Actualités

francois cormier-2011

François Cormier a permis au cinéma de prendre une toute autre place à Percé, voire même en Gaspésie. L’événement, devenu désormais un rendez-vous incontournable pour les amateurs de culture dans l’Est du Québec, donne à l’enfant du pays un statut forcément particulier. Depuis huit ans, au mois d’août alors que les cieux se remplissent des étoiles filantes dites perséides, Percé voit toutes les stars briller sur grand écran avec les Percéides.

Celui qui avait quitté sa région natale pour « apprendre son métier » à Montréal, a ensuite voulu revenir sur ses terres pour faire vivre aux habitants de son coin des émotions artistiques qu’on pense souvent réservées aux grandes villes. Après avoir été impliqué dans le milieu culturel comme commissaire, programmateur et collaborateur pour le Festival des Grandes Écoles de Cinéma du Monde, le Festival Vues d'Afrique et pour le Festival international du Jeune Cinéma de Montréal, en 1992, il fonde Champ Libre, un diffuseur montréalais dans les domaines des arts électroniques et de l’architecture dont il a assumé la direction artistique de 1992 à 2007. En 2008, il crée en Gaspésie un tout nouvel événement dans les domaines du cinéma et de l’art contemporain, Les Percéides, festival international de cinéma et d’art de Percé, et La Nuit du cinéma à Percé, une activité de diffusion hivernale en plein air sur le site historique Charles Robin sur la plage de Percé.

Avec cette initiative, François Cormier fait la part belle à un genre méconnu pour le grand public qui l’assimile parfois à un art obscur, le cinéma d’auteur, qu’il soit québécois ou international. Il met également en avant la création 100% gaspésienne, rêvant doucement à donner l’impulsion nécessaire pour l’éclosion d’une jeune génération de cinéastes du coin qui n’auraient pas besoin de partir, à Montréal ou ailleurs, pour réussir.

www.perceides.ca

Matane Crevettes

Pour déguster les meilleures crevettes nordiques et autres délicieux produits de la mer, la poissonnerie Boréalis est une véritable institution depuis près de vingt ans à Matane. À la poissonnerie et à la boutique qui offrent une gamme de produits d’épicerie fine, d’importation et du terroir, ainsi que des mets préparés de qualité, s’est ajouté il y a quelques années un bistro pour le plus grand plaisir des touristes qui peuvent maintenant savourer sur place sa fine cuisine de la mer.

Sur la rue Saint-Jérome au centre-ville, parmi les adresses homosympas, il faut visiter  la brasserie artisanale La Fabrique et déguster, dans un décor agréable et chaleureux, une gamme de bières brassées directement sur place, accompagnées de sandwichs et de burgers où les produits locaux et régionaux sont mis à l’honneur. La Fabrique offre également un calendrier culturel stimulant où spectacles de la relève musicale croisent expositions d'arts visuels.

À quelques coins de rue, le café-boulangerie Toujours Dimanche est facile à repérer avec son drapeau arc-en-ciel dans la porte. À la fois boulangerie artisanale, café et épicerie, Toujours Dimanche propose pains, viennoiseries et gâteries. Sur place ou pour emporter, on y offre déjeuners de style continental, mets préparés, smoothies, cafés espressos et autres breuvages spécialisés.

À l’Hôtel Quality Inn, le restaurant La Terrasse, qui, comme son nom l’indique, jouit d’une charmante terrasse côté mer, vous offre ses spécialités de grillades, poissons, fruits de mer et fondue chinoise. Le déjeuner continental pour les hôtes est copieux et le brunch du dimanche couru.

Un coin de Toscane en Gaspésie

Une des attractions de la région, c’est le vignoble Carpinteri à Saint-Ulric. On ne s’attend guère à trouver une luxueuse villa d’inspiration toscane et un vignoble en Gaspésie. Le Vignoble Carpinteri  est en fait le vignoble le plus au nord du Canada. Pour réaliser son rêve, en 2004, la famille Carpinteri fait l'acquisition d'une ancienne fraisière ayant un microclimat favorable. Le site étant propice à la culture de la vigne, les terres ont été converties en vignoble avec des cépages hybrides. Aujourd'hui la plantation compte 5 ha de vignes. Le vignoble offre des visites guidées et des dégustations. En boutique, vous pourrez faire le plein de ses exceptionnels vins gaspésiens. On peut même y séjourner dans l’un de ses suites et y faire une cure de vinothérapie!

Steve-Deschenes-MIG-2

Jouant de complicité avec les éléments naturels qui l’entourent, la baie des Chaleurs se protège des vents et jouit d’un microclimat qui tempère ses eaux. C’est qu’elle porte bien son nom cette baie! Celui-ci lui fut attribué par Jacques Cartier, en 1534, alors qu’il y débarquait en pleine canicule de juillet!

En poursuivant sur la route 132, le paysage change et on traverse des villages verdoyants.

Le village de Bonaventure vous invite au Musée Acadien du Québec qui retrace l’épopée des Acadiens qui, fuyant la déportation de 1755, s’établirent de la Lanaudière à la Montérégie jusqu’à la Côte Nord et aux Iles de la Madeleine. Un bon nombre s’installèrent dans la Gaspésie voisine colorant au passage l’accent et la culture de la région.

Carleton-sur-Mer est depuis longtemps une destination touristique importante de par ses plages sur la baie, ses eaux baignables et ses établissements de thalassothérapie.

Le barachois est le site d’un des plus beaux campings municipaux du Québec. À Carleton, le bistro du Naufrageur est le rendez-vous des amateurs de musique et de bière de cette micro-brasserie gaspésienne.

Dans le fond de la baie, le parc national de Miguasha est un incontournable. Ici, les poissons et les plantes fossiles racontent la vie... cette vie qui existait sur notre planète, il y a 380 millions d’années, à cette époque où les espèces ont effectué le passage de la mer à la terre. De passage dans la région, l’auberge Wanta-Qo-ti est un gite homosympa des plus appréciés.

plat_auberge_wakeham_Gaspé

Principale ville d’une région à laquelle elle a donné son nom, Gaspé fut le premier point de contact de l’explorateur français Jacques Cartier avec le continent et les Premières Nations qui l’habitaient en 1534. C’est aujourd’hui encore le chef-lieu de la Gaspésie. Si c’était autrefois une ville essentiellement administrative, Gaspé vaut maintenant qu’on s’y arrête.

Au cœur de Gaspé, la rue De la Reine est la principale artère commerciale et vous y trouverez plusieurs adresses homosympas. Les auberges Maison Carter et William Wakeham (où la reine Elizabeth a failli séjourner lors de sa visite, préférant finalement le yacht royal), ainsi que l’Auberge sous les arbres sont à proximité.  La rue s’est faite coquette et compte plusieurs boutiques et cafés sympas avec terrasses. Il ne faut pas manquer d’aller faire un tour au Marché des Saveurs Gaspésiennes où vous pourrez découvrir tout plein de produits du terroir, ainsi que des bières et des vins typiquement gaspésiens, que ce soit le vin de fraises de la Baie des Chaleurs, les bières du Naufrageur ou les vins Carpinteri. Le café Brise-Bise est un bistro-bar sympa avec spectacles. Au mois d’août pendant dix jours, la rue De la reine est le cœur du Festival de musique du Bout du Monde qui accueille plus de 170 artistes.  Cet évènement a comme but premier de faire découvrir la musique du monde, ses rythmes, danses et saveurs, de valoriser la scène culturelle gaspésienne et de développer le potentiel culturel  de Gaspé par la création d’un événement musical. C'est un événement inspiré par les traditions, la fête et la joie de vivre.

Le Musée de la Gaspésie, sur le boulevard de Gaspé, a pour mission de conserver et mettre en valeur l'histoire et la culture gaspésiennes. Il présente des expositions, publie le Magazine Gaspésie et opère un centre d'archives historiques.

C’est dans le parc national de Forillon au nord de Gaspé que se terminent les Appalaches en une série de collines et de plateaux ondulés qu’on appelle les monts Notre-Dame, avec leurs sommets plats et leurs flancs escarpés. Cette région possède un caractère unique, avec la présence de dix formations rocheuses différentes, de colonies d’oiseaux marins et de plantes arctiques. L’ancien poste de pêche de Grande-Grave est devenu un site patrimonial et témoigne du mode de vie de familles de pêcheurs pendant des milliers d’années.

4245525466_41c1930645_b

À  l’ouest de Rimouski, sur le bord du Saint-Laurent, le parc national du Bic vous attend avec ses caps, ses baies, ses anses, ses îles et ses montagnes qui dessinent un paysage exceptionnel. Des milliers d'oiseaux marins viennent y nicher et des plantes rares fleurissent sur les caps rocheux. Ce petit parc national est unique avec ses caps, anses, îles et montagnes de carte postale. À l’entrée du parc national, l’Auberge du Mange-Grenouille sise dans un bâtiment datant des années 1840, est une des auberges les plus recherchées de la region.

Profitez de votre visite au Bic, pour découvrir une des fermes les plus originales de la région. La Ferme C’est la faute des Biquettes vous offre une visite animée ludoéducative, plus de quinze espèces d’animaux dans un lieu propre et accueillant. Découvrez les particularités des moutons (bergerie en exploitation) chèvres, lamas, lapins, cochons, poules, autruches et plusieurs autres. Loin d’une simple visite, vous vivrez ici, une expérience où humour et informations pertinentes sont à l’honneur. En plus de voir, nourrir et toucher plusieurs espèces, vous comprendrez aussi la vie à la ferme. Le propriétaire François Gagnon est un ami de la communauté.

dessert_auberge_wakeham_gaspé

De passage à Percé ou à Gaspé, c’est l’occasion de déguster les fruits de mer et poissons frais du golfe.

À Percé, la Maison du Pêcheur est passée à l’histoire et elle nous offre aujourd’hui  une cuisine régionale à base de poissons et de fruits de mer, mais aussi des pizzas sur bois et des viandes grillées. Du côté de l’Anse-à-Beaufils,  le café-Bistro de la salle de spectacle et galerie La  Vieille Usine avec  sa terrasse directement sur le quai,  est un  lieu naturel de rencontre. Au menu, la maison s’enorgueillit d’offrir les délices du terroir gaspésien, d’excellents cafés et boissons variées. Ses incontournables 5 à 7 et ses soirées musicales animeront votre séjour.

Des auberges homosympas  vous accueillent aussi à leur restaurant.  Le Manoir de Percé au coeur du village offre une cuisine gastronomique et régionale avec  ses spécialités  de bouillabaisse, de saumon fumé artisanal et  grillades en plus des déjeuners. Le restaurant La Maison Mathilde jouxte l’Auberge des Trois sœurs.  Sans prétention, ce resto offre à sa clientèle des plats de qualité inspirés des frais produits de la mer. Dans une ambiance conviviale, La Maison Mathilde  propose homard, poisson, fruits de mer, pâtes, viandes et volailles.

Du côté de Gaspé, l’impressionnante Auberge William Wakeham  au riche cachet historique est parmi les meilleures tables de la région. Elle sert dans sa  salle à manger une  cuisine du marché faite de produits de la mer et du terroir habilement apprêtés par ses chefs. Ses menus se composent de poissons et fruits de mer de la Gaspésie, mais  aussi de certains poissons importés d’une fraîcheur irréprochable, de viandes et légumes du Bas-St-Laurent, de Gaspé et Percé, de fromages et gibiers du terroir québécois.

Pour manger sur place, pour apporter ou pour s’approvisionner, le Marché des saveurs gaspésiennes, rue de la Reine au coeur de Gaspé,  offre des menus mettant à l’honneur les produits régionaux, fromages québécois et d'importation, charcuteries, produits fins et pâtisseries.  Comme c’est avant tout une épicerie fine, c’est l’occasion de faire le plein des délices gaspésiens.

20160524_200118_resized

Le Kamouraska prolonge la Côte-du-sud jusque dans le Bas-Saint-Laurent. C’est une enfilade de jolis villages fondés à la fin du XVIIe siècle comme dans le reste de la Côte-du-Sud. Le village de Kamouraska est probablement le plus pittoresque. En plus de son riche patrimoine architectural et historique, Kamouraska émerveille toujours par la beauté, la diversité, l’harmonie et la sérénité de ses paysages. Tout près, des sommets des montagnes à Coton et du Cabouron, on s’émerveille devant un panorama agricole, villageois, maritime et montagneux. Sur la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent, on y bénéficie d’un paysage exceptionnel : filets des pêches à l’anguille ancrés sur l’estran, l’archipel de Kamouraska, et en toile de fond le massif majestueux des Laurentides dans Charlevoix aux couchers de soleils impressionnants.

En plus de ses très belles maisons traditionnelles, ce village tricentenaire offre la visite de son musée et de son centre d’art, des activités culturelles et artistiques. Plusieurs anciennes villas sont devenues des auberges de charme et le village compte plusieurs adresses homosympas. Allez  faire un tour à la Villa Thomas Ward, une auberge depuis le XIXe siècle.

Les premiers colons s’établirent à Kamouraska vers 1692. Ravagé lors de la guerre de conquête en 1759, le village est déjà au début du XIXe siècle un centre de villégiature au cœur d’une seigneurie prospère passée aux mains de la famille Taché. Une deuxième paroisse, St-Pascal, est créée au sud. Cette ville voisine, en bordure de l’autoroute 20, est aujourd’hui le chef-lieu de la municipalité régionale de Kamouraska et offre un large éventail de services.

Comme beaucoup de jeunes filles de bonne famille de Québec, la romancière Anne Hébert séjourna dans ce charmant village durant son enfance. Sa mère, descendante de la famille seigneuriale des Taché, lui raconta le terrible drame survenu en 1839 lorsqu’à l’issu d’un triangle amoureux sur fond de mariage malheureux, le jeune seigneur de Kamouraska, Achille Taché, fut assassiné par le Dr George Holmes, l’amant de sa femme, Éléonore d’Estimauville. Celle-ci fut d’abord soupçonnée de complicité, mais finalement relâchée. Le Dr Holmes, lui, avait fui au Vermont et n’a jamais subi de procès. Ce drame lui inspire le roman Kamouraska pour lequel elle reçoit le prix des Libraires de France en 1971 et qui lance pour de bon la carrière de la romancière des deux côtés de l’Atlantique. Cette grande œuvre romanesque est portée au cinéma par Claude Jutra en 1973, sur une trame musicale du compositeur André Gagnon. Elle grave le nom du village dans la mémoire collective des Québécois.

Une résidence victorienne, aujourd’hui appelée Maison du domaine seigneurial Taché, existe toujours à Kamouraska. Elle fut l’un des lieux de tournage du téléroman Cormoran. La résidence a été construite en 1886 là où se trouvait le Manoir Taché du roman d’Anne Hébert, détruit dans un incendie évoqué dans les visions de son personnage romanesque Elisabeth Rolland.

IMG_0699

Passé Matane, la Haute-Gaspésie est le pays par excellence des éoliennes qui se dressent sur les montagnes. À Cap-Chat, Éole Cap-chat vous fait découvrir cette industrie verte en plein essor dans la région. À quelques km, Ste-Anne-des-monts est la principale ville de la région. À proximité, il faut visiter la mine d’agates du mont Lyall. Cap-Chat et Sainte-Anne-des-Monts comptent plusieurs adresses homosympas.

Plus vous poursuivrez votre route vers l’est, plus la montagne se rapprochera de la côte et vous découvrirez les paysages uniques de la Gaspésie entre la montagne et la mer. En Haute-Gaspésie,  ce contact a fait de Mont-Saint-Pierre la capitale du vol libre, et des ailes multicolores viennent habiller son ciel durant l’été. En juillet, la Fête du Vol libre se veut une rencontre internationale de pilotes de deltaplane et de parapente.

De Mont-Saint-pierre, vous pouvez accéder au parc national de la Gaspésie. Haut lieu de la randonnée pédestre, ce parc donne accès à un environnement montagnard exceptionnel. Parmi les monts qui traversent le parc, se trouve le mont Jacques-Cartier, le deuxième plus haut sommet du Québec. L’altitude de ces montagnes influence profondément le climat qui modèle tout le paysage et crée une diversité d’espèces unique au Québec et même au monde. Plantes arctiques-alpines et paysages de toundra constituent l’habitat d’un troupeau de caribous des bois, derniers représentants de cette espèce au sud du Saint-Laurent.

RimouskiLeBic

D ans le Bas-du-fleuve,  juste avant d’arriver en Gaspésie, Rimouski est la principale ville de tout l’Est du Québec avec ses  46,000 habitants. Cette charmante ville universitaire compte plusieurs établissements homosympas et une vie culturelle et nocturne active concentrée le long du boulevard Saint-Germain. Sertie de ces deux joyaux que sont Le Bic à l’ouest et Saint-Luce-sur-mer à l’est, la région offre un large éventail de tous les plaisirs maritimes, de la plage sablonneuse au kayak sur mer.

Rimouski compte quatre musées qui vous plongeront dans l’univers marin. Le plus important est le Site historique maritime de la Pointe-au-Père. Visitez les anciens bâtiments de la station de phare et ce phare qui a joué un rôle central dans l’histoire de la navigation sur le Saint-Laurent. Érigé en 1909, c’est l’un des plus hauts au Canada. La visite permet d’atteindre son sommet et de profiter d’une vue fantastique.

1200px-Maison_Lamontagne_de_Rimouski_en_2010

Le Musée Empress of Ireland raconte l’histoire beaucoup moins connue que celle du Titanic, mais toute aussi tragique de l’Empress of Ireland. De sa construction, en 1906, jusqu’au naufrage qui fit 1012 victimes, en 1914, vous apprendrez tout sur ce magnifique navire. Découvrez la collection d’objets prélevés sur l’épave, des photos, des bornes interactives et des témoignages de passagers. Un spectacle multimédia vous plongera dans l’atmosphère de cette nuit tragique. Vous pouvez aussi y monter à bord de l’Onondaga, le seul sous-marin accessible au public au Canada. En entrant dans le navire vous découvrirez le quotidien d’une soixantaine d’hommes, qui vivaient confinés pendant des mois dans un sous-marin de 90 mètres. La visite audioguidée vous plongera dans ce monde fascinant et inconnu. Il est aussi possible de passer une soirée et une nuit à bord pour vivre l’expérience comme si vous étiez sous-marinier!

En prenant une navette à la marina de Rimouski, on peut accéder à l’Ile Saint-Barnabé, à trois km au large, un lieu de migration de plus de 72 espèces d’oiseaux dont le cormoran et le grand héron.

À visiter aussi, la maison Lamontagne, une maison à colombages pierroté, classée monument historique. Cette demeure, qui représente un des derniers vestiges de ce type d’architecture en Nouvelle-France, fut construite vers 1744.  Au plan carré initial, une rallonge est ajoutée en 1819. C’est aujourd’hui un centre d’interprétation de la vie en Nouvelle-France.

À une dizaine de km de Rimouski, retournez mil ans en arrière aux origines de la civilisation occidentale à la Feste Médiévale de Saint-Marcellin en août. Trois jours de célébrations, tournois, foire et spectacles sont au programme ainsi que le célèbre banquet du Seigneur des lieux. Visitez le Bourg médiéval soigneusement reconstitué, avec sa tour de guet de quinze mètres, son trébuchet et ses décors qui vous transporteront en l’an mil.

Lors de la fin de semaine de la Fête du Travail, le centre-ville de Rimouski s’anime pour  la 32e édition de son festival de jazz. L’organisation propose, cette année encore, une programmation qui mettra en vedette des figures mondiales du jazz, des virtuoses en pleine ascension internationale, des visages incontournables de la scène québécoise, des jeunes musiciens de la relève et plusieurs artistes régionaux du jazz bien en vue.

20160610_183453_resized

A vec ses 4,000 habitants, La Pocatière est la principale ville du Kamouraska, cette région rurale qui s’étend sur 60 km aux tout-débuts du Bas-Saint-Laurent. Elle compte une importante population estudiantine étant le siège du cégep régional et de l’Institut de technologie agricole (ITA) dans tout l’est du Québec .La salle de spectacle du cégep sur le campus de l’impressionnant Collège de La Pocatière, un ancien collège classique fondé en 1827, a pris le nom d’André Gagnon, le pianiste de renommée internationale originaire du village voisin de Saint-Pacôme. Sur le campus collégial au cœur de la ville, le Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation fait découvrir aux visiteurs la vie traditionnelle des villages agricoles.

Mais La Pocatière, c’est aussi une ville industrielle, siège de l’usine de matériel ferroviaire de Bombardier Transport, la célèbre multinationale québécoise.

Construite principalement sur la côte au-dessus des battures, la ville offre un panorama extraordinaire sur l’estuaire et la côte charlevoisienne en face.

Cette petite ville a déjà compté un bar gai il y a une dizaine d’années et elle est une escale fréquente pour les touristes qui se dirigent vers la Gaspésie.

La présence de l’ITA n’est certes pas étrangère à la vigueur du renouveau agroalimentaire vigoureux du Bas-Saint-Laurent. À La Pocatière, allez faire un tour à la fromagerie artisanale Le Mouton Blanc qui produit le fameux fromage Tomme du Kamouraska et d’autres fromages de brebis tout aussi goûteux, ainsi que des produits de viande d’agneau.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives