Actualités

MichelMarc

N é à Saint-Cœur-de-Marie, un village du lac Saint-Jean maintenant annexé à Alma, Michel-Marc Bouchard compte parmi les plus grands dramaturges du Québec. Dès l’âge de 24 ans, il crée Les Feluettes ou la répétition d’un drame romantique, un véritable Roméo et Juliette gai dont il situe l’action à Roberval, dans son Lac Saint-Jean natal au début du siècle dernier, un pièce coup de poing qui le fera connaitre du grand public. Encore aujourd’hui, rares sont les pièces mettant en scène un tel drame romantique où deux jeunes Roméo se retrouvent séparés par l’homophobie. Traduite en plusieurs langues, portée au cinéma par le réalisateur canadien John Greyson, cette oeuvre demeure un fleuron de notre culture. L’Opéra de Montréal présente en mai 2016, l’adaptation de sa pièce pour l’opéra sur une trame musicale du compositeur australien Kevin March.

Depuis son arrivée en 1985 dans le paysage dramaturgique, Michel Marc Bouchard a bouleversé les conventions. Instigateur d’une parole théâtrale gaie, on lui doit certains des plus grands succès du théâtre québécois. À la différence de Michel Tremblay, l’oeuvre de Bouchard s’intéresse à la vie gaie en dehors des grands centres. Le jeune réalisateur Xavier Dolan a choisi d’adapter sur grand écran avec succès Tom à la ferme, l’une des pièces de ce prolifique auteur (une vingtaine de pièces à son actif). Il raconte l’histoire d’un jeune homme qui, venu à la campagne pour assister aux funérailles de son amant, découvre sur place que ce dernier avait caché son orientation sexuelle à sa famille.

Ces autres pièces sont régulièrement à l’affiche comme Christine, la reine garçon en 2012, Les Muses Orphelines et Tom à La Ferme qui poursuit ses chemins cinématographiques et théâtraux en accumulant des prix dans le monde entier.

La carrière de Michel Marc Bouchard a été ponctuée de nombreuses reconnaissances. Boursier du Conseil des Arts du Canada et de celui de l’Ontario, il fut trois fois finaliste au prix littéraire du Gouverneur-général du Canada et au gala des Masques dans la catégorie meilleure texte original. Il a été honoré du prix du CNA en 1992 et a été reçu officier de l’Ordre du Canada en 2005. En 2014, Michel Marc Bouchard a reçu le prix Laurent-McCutcheon, anciennement appelé Prix de Lutte contre l’Homophobie, par la Fondation Émergence.

Au royaume du Saguenay crédit auandre

Le fjord du Saguenay est classé parmi les plus grands attraits incontournables au monde par le guide Michelin, aux côtés de la tour Eiffel et des pyramides d’Égypte. Ce fjord, l’un des dix plus longs fjords au monde, est une gigantesque vallée glaciaire qui s’étire sur plus de 126 km. Dépaysant, le fjord du Saguenay déploie toute l’ampleur de son immensité avec ses gigantesques murailles de roc de plus de 350 mètres et les magnifiques villages qui le bordent, dont certains portent le label de l’Association des plus beaux villages du Québec.

Durant des millénaires avant l'arrivée des Européens, les Premières Nations ont utilisé le Saguenay comme voie de transport et de commerce. Il était la voie de déplacement entre les ressources en gibier de l'intérieur et les zones de pêches du Saint-Laurent ainsi que le lien entre les tribus de son bassin hydrographique. Le tout se faisait en canot d'écorce. Les Basques sont les premiers  européens selon toute apparence à avoir visité Tadoussac lors de leur chasse à la baleine. Ils ont sûrement commercé avec les Premières Nations, mais ce sont les Français qui y ont établi le premier poste de traite de fourrure en 1600.

La rivière était connue des Européens depuis le XVIe où elle apparut dans la cartographie du Canada, mais son éloignement des principaux lieux de peuplement est demeuré longtemps un obstacle à la colonisation. C’est l’exploitation de la forêt qui sera le déclencheur de l'arrivée des populations blanches dans la région. Car au début du XIXe siècle, le blocus continental par Napoléon a forcé l'Angleterre à s'alimenter en bois dans sa colonie canadienne pour la construction navale. La région du Saguenay, couverte de forêts, attira finalement des investisseurs comme William Price.

Le fjord du Saguenay est parsemé de paysages divers. Passé la ville de Saguenay, la vallée devient rapidement escarpée et les villages se font clairsemés au fond des baies. Le fjord du Saguenay est protégé et mis en valeur par deux parcs : le parc national du Saguenay et le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent.

Au fond du fjord, la ville de Saguenay avec ses 150,000 habitants, est la principale ville de toute la zone du Québec maritime. C’est aussi dans cette ville qu’on retrouve le seul établissement s’adressant spécifiquement à la clientèle gaie dans ces vastes régions aux populations clairsemées.

Dany Turcotte

Né à Jonquière en 1965, Dany Turcotte a fait ses débuts sur scène à 19 ans. Au cégep  où il entreprend des études en arts et technologie des médias, il fait la connaissance de Dominique Lévesque, qui devient son plus fidèle acolyte. Avec quatre autres amis, il fonde le Groupe Sanguin, un groupe d'humour qui offre de nombreuses représentations partout au Québec de 1986 à 1990. Après sa dissolution en 1991, Dany Turcotte forme, avec son complice de toujours, le tandem Lévesque et Turcotte. Le duo connaît un immense succès avec quatre spectacles originaux et plus de 2000 représentations devant plus d'un million de spectateurs. Vingt années de tournée leur valent plusieurs nominations aux galas de l'ADISQ et Les Olivier. Dany Turcotte remporte d'ailleurs l'Olivier du meilleur personnage humoristique en 1999 pour son légendaire Dany Verveine.

À  l'automne 2004, il devient le « Fou du roi » de la version québécoise de Tout le monde en parle, animée par Guy A. Lepage. Jusqu’alors très discret sur son orientation sexuelle et sa vie privée,  Dany est mis à mal face au chef du Parti Québécois André Boisclair, lui-même ouvertement gai, sur le plateau de Tout le monde en parle en septembre 2005. Il sort alors du placard la semaine suivante durant l’émission grand public. Il devient par la suite l'un des porte-paroles de Gai Écoute et ne se gêne plus pour faire allusion à son orientation sexuelle à la télé. En 2009, il reçoit le prix de lutte contre l'homophobie. Il participe ainsi à une campagne de lutte contre l’homophobie où il incarne avec Guy A. Lepage un couple gai fictif.

Depuis dix ans, il anime à la télévision de Radio-Canada, La petite séduction, une émission qui s’inspire du film québécois à succès La Grande Séduction,  où il fait connaître à une invitée parmi les plus beaux villages du Québec et du Canada. L’émission  connait un succès retentissant et permet au public québécois et canadien de découvrir des coins de pays méconnus. En compagnie de ses invités, Dany a jusqu'à présent visité près de 200 villages à travers le Québec et le Canada dont le village de La Doré dans l’édition 2016.

Les Escoumins

La côte de la Haute-Côte-Nord a été explorée dès le début du XVIIe siècle par Samuel de Champlain. C’est à lui que l’on doit les noms Les Escoumins et Bergeronnettes. Si le premier nom vient de la langue innue, le nom  les Bergeronnettes viendrait du fait que Champlain y aurait vu des alouettes qu’il avait confondu avec les bergeronnettes.

Avec le traversier qui la relie à Trois-pistoles sur la côte sud, la ville des Escoumins en est une de services. En plus du tourisme, la foresterie et la pêche sont des activités économiques importantes. Une des attractions touristiques les plus réputées est la croisière à bord d'embarcations légères, permettant d'approcher les mammifères marins qui fréquentent l'estuaire du Saint Laurent : rorqual commun, baleine à bosse, beluga,et le phoque. De plus, l'entrée du Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, située aux Escoumins, est l'un des sites de plongée les plus recherchés à l'est du Canada grâce à la diversité des espèces qui habitent les fonds marins. La municipalité possède également une rivière à saumons. Étant donné le relief sous-marin abrupt, les mammifères marins (principalement les belugas et les petits rorquals) fréquentent le rivage des Escoumins de très près.

Dans le village voisin, aux Bergeronnes, les baleines sont si proches, qu'on peut les voir de la terre au Cap-de-Bon-Désir.  Pionnier des croisières aux baleines, ses attraits touristiques sont nombreux: ressource faunique,  sites archéologiques et un patrimoine bien conservé. Avec un nombre impressionnant de visiteurs à chaque année et une demande touristique sans cesse grandissante, les Bergeronnais ont su conserver la beauté de la nature, leur simplicité et leur chaleur tant recherchées. Destination par excellence pour l’observation des baleines, le kayak de mer et la plongée sous-marine, Bergeronnes charme par son histoire, sa nature, son calme et son accueil.

Chicoutimi centre-ville

Chicoutimi est l'un des trois arrondissements de la ville de Saguenay, au centre géographique de son vaste territoire. C’est le plus urbanisé des trois arrondissements et le siège des principales institutions publiques dont l’Université du Québec et l’Hôtel de ville de Saguenay. En langue innue eshko-timiou signifie « jusqu'où c'est profond ». Le vocable autochtone, considéré comme descriptif, désignait déjà un lieu géographique avant toutes tentatives d'établissement. L'endroit constituait, ce qu'il est convenu d'appeler, « la tête de la navigation en eau profonde » sur le Saguenay.

Si chacun des trois arrondissements a son propre centre-ville, le centre-ville de Chicoutimi, autour de la rue Racine, est le plus ancien et le plus urbain. Comme dans tant de petites villes du Québec, la plupart des commerces de détail ont déserté le centre-ville et se sont installé dans les centres commerciaux près des quartiers résidentiels, et les restaurants et bars ont remplacé les anciens commerces sur la rue Racine qui est maintenant le premier pôle de sorties de Chicoutimi.

Autour de la rue Racine, on trouve parmi les meilleures tables de la ville et plusieurs établissements homosympas. L’Auberge Racine dans l’historique Maison Bossé est une adresse homosympa qu’il vaut la peine de visiter. En août, la rue Racine accueille le Festival des Rythmes du Monde , un festival de musique du monde où les artistes se produisent sur les scènes dressées aux deux bouts du tronçon central de la rue commerciale.

À proximité, le musée de la Petite Maison Blanche raconte l’histoire du déluge du Saguenay, une catastrophe naturelle survenue en 1996 et à laquelle cette résidence de 125 ans a survécu alors que le terrain autour d’elle était emporté par les eaux.

La Pulperie de Chicoutimi est un vaste complexe d’animation culturelle et touristique destiné à la préservation et la mise en valeur du patrimoine du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Situés aux abords de la rivière Chicoutimi, les bâtiments qui composent cet ensemble touristique appartenaient autrefois à la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi, qui transformait mécaniquement le bois en pâte à papier pour répondre à la demande des marchés européens jusqu’en 1930.

[caption id="attachment_11415" align="aligncenter" width="1024"] À la plage de la Martinique[/caption]

Au centre de l’archipel, l’ile de Cap-aux-Meules est le principal noyau urbanisé des Iles de la Madeleine. C’est là que se trouvent les principaux services gouvernementaux, ainsi que le terminal de croisière et le bureau d’information touristique.  Les premiers peuplements sur l'île se firent à L'Étang-du-Nord, mais la position stratégique de Cap-aux-Meules en fit rapidement le centre urbain de tout l'archipel. Cette position centrale en fait le principal pôle de sortie.

Parmi les adresses homosympas, le bar et salle de spectacles Aux Pas perdus est un incontournable. La salle de spectacles présente de nombreux artistes de passage aux Iles dans une ambiance intimiste et le bar adjacent est un lieu de rencontre au 5 à 7 et en soirée. Aux Pas perdus, c’est aussi dans un bâtiment voisin un bistro et un gite à l’étage.

À la Boutique d’art Tendance, l’artisan François Forest qui a débuté son travail dans la sculpture de l’albâtre il y a près de 30 ans, se renouvelle sans cesse avec des matières qui l'inspirent. Le verre recyclé, le verre fusionné, le bois de mer, le sable, la coquille de moule, les ustensiles recyclés, l'ivoire de morse prennent vie et deviennent des petits trésors.

À L'Étang-du-Nord, dans une ancienne usine de transformation de poissons, la microbrasserie À l'abri de la Tempête profite d'un emplacement de choix, en bordure de mer, avec une vue imprenable sur la dune de l'Ouest. Avant d'aller vous prélasser sur la plage ou après une journée bien remplie de sable et d'eau salée, faites une halte rafraîchissante dans sa salle de dégustation ou sur sa magnifique terrasse.

Toujours à L’Étang-du-Nord, la boutique Gourmande de nature est du calibre des plus belles épiceries fines doublée d’une boutique d’articles de cuisine. L’été, elle loge un comptoir rempli de trucs gourmands faits maison, des aides culinaires,  des délicatesses salées et sucrées et quelques plats cuisinés au gré du marché et du temps.

 

Avec ses quelque 80,000 habitants dont 85% sont acadiens, le comté de Gloucester qui recoupe la partie est de la Baie des Chaleurs, la région de la ville de Bathurst et la Péninsule acadienne, est le principal pôle de la vie acadienne au Nouveau-Brunswick. En-dehors de Bathurst dont la population n’est francophone que par une légère majorité, la grande majorité des autres villes et villages sont aussi francophones que les régions voisines du Québec.

Le village de Petit-Rocher à l’ouest de Bathurst a accueilli pendant plusieurs années un événement  de camping gai durant la fin de semaine de la Fête du travail et a acquis la réputation de village homosympa. Allez y faire un tour et ne manquez pas de visiter le Bistro culturel Cœur d’Artishow, de déguster des sushis au Kaï Sushi Bar ou de séjourner à l’Auberge d’Anjou à deux pas.

À Bathurst, le Gite de l’Étoile du Havre est une adresse homosympa incontournable. Les hôtes vous reçoivent dans leur maison qu’ils ont transformée en véritable hôtel boutique. Aussi vous bénéficierez des avantages des deux concepts. Et ils se feront un plaisir de vous faire découvrir le parc provincial de la Plage Youghall à proximité où vous découvrirez une fort jolie plage au cœur de la baie de Bathurst.

La péninsule acadienne à l’est est une région aussi largement homosympa. L’an dernier, le maire de Caraquet hissait pour la première fois sur l’hôtel de ville de cette ville de 4,000 habitants qui se veut la capitale culturelle de l’Acadie le drapeau arc-en-ciel à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie.  Caraquet est le siège de l’une des principales attractions de la région, le Village historique acadien et accueille chaque année un important Festival acadien autour de la Fête nationale du 15 août dont le tintamarre carnavalesque attire des milliers de visiteurs.

Tout près de Caraquet, Paquetville est le lieu de naissance de la chanteuse acadienne de renommée interntionale Edith Butler dont la chanson Paquetville a fait connaître son patelin aux quatre coins de la francophonie. Si vous visitez Paquetville, faites un détour à la Distillerie Fils du Roy, une jeune micro-distillerie qui vous réconciliera avec les saveurs des alcools forts. Son gin Thuya a été primé internationalement.

Vous trouverez tout autour de la péninsule acadienne de l’Ile Miscou à Val-Comeau de fort jolies plages de sable dont l’eau est réchauffée soit par la baie des chaleurs ou le détroit de Northumberland.

Longue-Pointe de Mingan

La réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan protège 150 km2 d’un chapelet d’îles calcaires situées au large de Havre-Saint-Pierre face à l’île d’Anticosti. On y retrouve des structures géologiques exceptionnelles, les monolithes, ainsi qu’une végétation de type boréale. Les eaux entourant les îles sont riches en oiseaux et en vie marine, dont le macareux moine qui niche sur certaines îles de l’archipel.

Au milieu du Golfe du Saint-Laurent, Anticosti est la plus grande île du Québec. C’est une île sauvage et envoutante baignée dans la lumière transparente du Nord. Vous aimerez ses falaises blanches que la mer vient caresser inlassablement, ses canyons vertigineux et le fracas des chutes puissantes. Vous y découvrirez d’immenses grottes secrètes, des cerfs de Virginie par milliers, des saumons qui ondulent dans les fosses émeraude et des phoques qui se font bronzer sur les rochers au soleil.

Laissez-vous séduire par sa beauté sauvage !

Villes principales: Sept-Îles (26 000 habitants); Baie-Comeau (23 000 habitants).

À moins d’une heure de Charlottetown, la célèbre station balnéaire de Cavendish et toute la région vous offre un accès à la mer des plus agréables sur la côte nord de l’Ile-du-Prince-Édouard. Depuis 1937, le Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard y a été établi sur 60 kilomètres  le long de cette rive du golfe du Saint-Laurent. Le parc national englobe ainsi les meilleures plages de l'Île-du-Prince-Édouard, dont une des plus populaires est la plage de Cavendish.

Cette destination a été rendue populaire par les romans de Lucy Maud Montgomery et son personnage d’Anne… la maison aux pignons verts, des romans traduits dans une quarantaine de langues. La ferme des ‘Pignons verts’ de la famille MacNeill où a grandi l’auteure et qui l’a inspirée pour la création de son personnage d’Anne, a été intégrée au Parc national.

Depuis plusieurs années, un débat académique intense a supputé le caractère lesbien des amours d’Anne avec ses amies au fil des romans. L’auteure, elle, décédée en 1942, avait pour sa part vivement nié tout penchant lesbien.

La région compte quelques adresses homosympas. Le Graham Inn vous offre un hébergement sympa avec piscine intérieure tout près de la mer et en prime le service est bilingue. Les unités d’Around the sea vous permettront de bénéficier de sa vue panoramique à 360 degrés puisque cette bâtisse est en rotation constante, rien pour vous étourdir, mais plutôt pour s’assurer de vous permettre de voir à la fois le lever et le coucher du soleil de vos fenêtres panoramiques.

Les établissements gais, lesbiens et homosympas se sont regroupés dans cette province, la plus petite du Canada, dans une association que vous trouverez facilement en ligne sur le site bilingue

www.gaytourismpei.ca

Moncton, à une trentaine de km de Shédiac, est au cœur de la principale agglomération du Nouveau-Brunswick. Après avoir résisté longtemps au bilinguisme malgré que plus du tiers de sa population soit francophone, la ville a su en tirer avantage depuis des décennies en attirant un grand nombre d’entreprises  de services ayant besoin d’une main d’oeuvre bilingue ou francophone. En croissance rapide depuis, l’agglomération a dépassé celle de Saint-Jean.  C’est aujourd’hui le siège de plusieurs institutions acadiennes dont l’Université de Moncton, la seule université francophone de la province.

Ce dynamisme a attiré de nombreux jeunes francophones qui ont quitté les régions rurales acadiennes, attirés par cette région métropolitaine  de 150,000 habitants et a contribué à faire croître rapidement la ville jumelle de Dieppe, la ville majoritairement francophone de l’agglomération.

Point de jonction ferroviaire et routier vers la Nouvelle-Écosse et les Iles du golfe, Moncton est le principal centre de la vie gaie au Nouveau-Brunswick. Pour prouver son ouverture à la communauté LGBT, la ville a peint plusieurs traverses pour piétons de la rue principale au cœur du centre-ville aux couleurs de l’arc-en-ciel. L’agglomération a son propre festival de la fierté LGBT, Rivière de fierté en août. La pandémie a eu raison du seul club gai et lesbien, le Pink Flamingos qui avait succédé en 2019 au Triangles, opéré pendant près d'un quart de siècle par l’acadienne Stella Fougère.

Les marées spectaculaires de la baie de Fundy se répercutent sur la rivière Petitcodiac qui traverse la ville en produisant un mascaret impressionnant, un phénomène naturel observable tous les jours au cœur de Moncton où le courant de la rivière s’inverse à la stupéfaction des touristes.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives