Actualités

Dans le quartier Sainte-Rose, à Laval, à quelques enjambées de la rivière des Mille-Iles, une vieille maison ancestrale datant de 1834 abrite depuis plus de 40 ans un établissement de restauration. Pour les habitués du coin, c’était le resto La Vieille Histoire qui y logeait, jusqu’à ce que Jean-François Pépin et Mélanie Joannette décident de l’acquérir.


Ainsi, depuis 2017, c’est un vieux rêve que ce couple réalise avec le restaurant Black Forest – Cuisine urbaine. Celui-ci est né d’une idée de partage et de découverte des sens. Textures, goûts et innovation sont en symbiose pour faire vivre ce voyage culinaire urbain.

Black Forest - Laval
Question de mieux saisir le contexte qui a précédé cette acquisition, disons que la restauration a fait partie de l’ADN familial depuis au moins trois générations chez les Pépin. Son grand-père et son père ont opéré des restaurants avant lui. Dans les années 2010, il a lui-même joué dans ce milieu, entre autres avec un service de traiteur auprès d’un opérateur de services aériens à Mirabel pendant quatre ans. Puis, le couple s’est mis à la recherche d’un restaurant et c’est sur le boulevard Ste-Rose à Laval que l’occasion s’est présentée.


Jean-François et Mélanie ont choisi dès le départ de modifier le style et le menu de leur restaurant, tranchant donc totalement avec la tradition des lieux. Toutefois, ils ont choisi de conserver l’ambiance chaleureuse qui rappelle celle des petites chaumières d’antan, une ambiance qu’on ressent dès notre entrée. Le décor est rajeuni par des éléments décoratifs modernes au charme discret. On y est littéralement plongé dans le charme des chaudes couleurs, des boiseries et de l’aménagement qui favorise le confort et les discussions entre convives.

Black Forest - Laval Black Forest - Laval
C’est toutefois avec leur choix de menu changeant mensuellement et selon les saisons que l’imaginaire créatif des chefs parvient à vous mettre l’eau à la bouche. À travers quelque 800 tapas gastronomiques cuisinés depuis 2017, l’équipe du Black Forest nous propose de plonger dans son univers épicurien. Jean-François Pépin, qui dirige les cuisines avec ses adjoints, favorise les produits locaux et du terroir québécois. Les produits sont travaillés et transformés dans une vision de cuisine du monde aux nombreuses influences.

Black Forest - Laval Black Forest - Laval
Une des spécialités de ce restaurant, qui emploie 19 personnes, c’est aussi les accords mets et vins. Le propriétaire est un fin sommelier. Les vins sont en fait une vraie passion pour lui. On y propose des vins d’importation privée de même que des produits de qualité provenant de la SAQ pour compléter ses accords avec son menu des plats en dégustation.

Black Forest - Laval Black Forest - Laval
Ce menu, il est conçu de plats à partager à la carte. Encore mieux, c’est d’opter pour le menu dégustation. Il est toujours composé d’une bouchée du jour pour débuter, puis ensuite de 10 plats du mois. Là-dessus, il y a toujours deux crus (genre ceviche et tartare de crudités), deux pâtes maison, deux protéines, deux poissons et fruits de mer ainsi que deux plats végétariens. On peut compléter le tout avec un dessert original.


Chaque plat est divisé en quatre portions, mais il peut être adapté pour 3 ou pour 6. En plus des vins, un grand choix de bières de microbrasseries est également offert, ainsi que de délicieux cocktails pour accompagner le repas.

Black Forest - Laval Black Forest - Laval
À noter que Black Forest offre des mets à emporter, un service qui fut fort populaire durant la pandémie de COVID 19. On peut y recevoir des groupes dans une salle prévue à cet effet. On peut choisir de s’installer dans la salle à manger à l’ambiance plus discrète, ou dans la section du bar près des cuisines. En été, la terrasse installée sur la galerie avant est très populaire.


Comme si cela ne suffisait pas, le couple restaurateur a choisi d’étendre son expérience culinaire dans un second Black Forest, à Terrebonne, depuis 2022. On y propose une signature, une ambiance, un décor et un menu originaux qui attire une clientèle locale et régionale.

Le Black Forest – Cuisine urbaine
leblackforest.ca
284, boul. Sainte-Rose
Laval (Québec) H7L 1M3
(450) 937-1200

Le Comité exécutif de la Ville de Montréal a entériné la nomination des 17 personnes qui recevront l'insigne de l'Ordre de Montréal, le 16 mai prochain. L'Ordre de Montréal est la plus haute distinction montréalaise et rend hommage aux Montréalaises et aux Montréalais qui s'engagent pour la communauté et qui contribuent de manière remarquable au développement et au rayonnement de la métropole.

« Je suis très fière d'annoncer les récipiendaires 2024 de l'Ordre de Montréal. Une fois de plus, je souhaite rendre hommage à ces 17 Montréalaises et Montréalais, qui ont en commun une remarquable détermination à bâtir un monde meilleur. Je vous invite à découvrir ces personnes de cœur et de valeur, issues de milieux et d'origines diversifiés, qui se démarquent dans des domaines d'activités variés. Chacune et chacun d'entre eux favorise le bien-être de nos communautés, incarne une source d'inspiration pour nos jeunes et génère un impact positif dans la société. Leur engagement et leurs actions contribuent à façonner une métropole plus forte, plus solidaire et plus inclusive », a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Les récipiendaires 2024
.
Le titre d'officière ou d'officier sera remis entre autres à deux personnalités de la communauté LGBT reconnus pour leur engagement de longue date auprès de cette communauté :

OrdreMontréal

- Line Chamberland, sociologue, professeure à l'Université du Québec à Montréal et fondatrice de la Chaire de recherche sur l'homophobie ;

OrdreMontréalOrdreMontréal
- Luc Provost, créateur du populaire personnage de Mado Lamotte, pilier haut en couleur de la scène montréalaise et entrepreneur.

Les autres récipiendaires de ce titre sont :

- Marguerite Mendell, cofondatrice de l'Institut Karl Polanyi et de l'Association communautaire d'emprunt de Montréal, professeure à l'Université Concordia;
- Norman Steinberg, philanthrope, vice-président de BFL Canada;
- J. Sebastian van Berkom, philanthrope, fondateur et associé, président du conseil et chef de la direction de Van Berkom gestion mondiale d'actifs;
- Dorothy Williams, historienne, spécialiste de l'histoire des Noirs au Canada, auteure de The Road to Now : A History of Blacks in Montreal.

Pour leur part, les personnes suivantes recevront le titre de chevalière ou de chevalier de l'Ordre :

- Louise Bessette, pianiste concertiste et professeure au Conservatoire de musique de Montréal;
- Isabelle Boissé, directrice générale de l'Institut Pacifique;
- Mario Fortin, ex-directeur général des cinémas Beaubien, du Parc et du Musée;
- Véronique Lacroix, cheffe d'orchestre et fondatrice de l'Ensemble contemporain de Montréal;
- Anne-Marie Mes-Masson, chercheuse et professeure au Département de médecine de l'Université de Montréal;
- Menka Nagrani, chorégraphe, metteure en scène et artiste multidisciplinaire, directrice fondatrice des Productions des pieds des mains;
- Nancy Neamtan, cofondatrice et ex-présidente du Chantier de l'économie sociale;
- Gabor Szilasi, photographe de la vie Montréalaise, mentor et professeur.

À propos de l'Ordre de Montréal

À l'occasion du 375e anniversaire de Montréal et en complément des symboles municipaux que sont les armoiries, adoptées en 1833, et le drapeau, en 1938, l'Ordre de Montréal a été créé au titre de la plus haute distinction honorifique décernée par la Ville. Cette distinction honorifique vise à reconnaître les mérites de Montréalaises et de Montréalais s'étant distingués par :

- L'éminence de leur contribution au développement de la ville;
- La notoriété de leur apport à son rayonnement local et international;
- Le caractère exemplaire de leur engagement au service de leurs concitoyennes et de leurs concitoyens;
- La qualité remarquable de leurs réalisations professionnelles.

Pour plus de détails, visitez le site web Ordre de Montréal

Plus de 60 artistes d’ici sont à l’honneur dans l’exposition Variations sur l’art d’ici, à l’affiche du 24 avril au 5 mai, à l’Écomusée du fier monde.


Admirez la création contemporaine d’ici


Selon Bernard Lévy, écrivain et ancien rédacteur en chef de la revue Vie des Arts (1992-2018), l’exposition « loge à l’enseigne du pluralisme. Des œuvres d’artistes chevronnés côtoient celles d’artistes émergents; par ailleurs, arts figuratifs et arts abstraits font bon ménage. L’objectif principal de l’événement ne consiste pas à satisfaire tous les goûts, il répond plutôt au souci d’être le plus représentatif possible des genres et des styles qui caractérisent la créativité artistique qui s’étend de l’ère moderne aux tendances de l’art contemporain et actuel au Québec. Ainsi avec Variations sur l’art d’ici, l’Écomusée du fier monde demeure résolument au service de tous les publics. [...] "

À travers une variation de styles, de thèmes et de techniques, admirez une sélection d’œuvres picturales représentative de la création contemporaine québécoise et canadienne. L’entrée à l’exposition est gratuite. 

Écomusée

Les œuvres exposées seront mises aux enchères lors du 23e encan bénéfice au profit de l’Écomusée du fier monde, qui propose une double formule. Le mardi 7 mai, un encan crié mettra 36 œuvres à la vente. 30 autres œuvres seront accessibles au moyen d’une plateforme de mise en ligne lors d’un encan virtuel, qui se déroulera du 24 avril au 8 mai.

Pour cette édition 2024, on retrouve des oeuvres provenant d’un noyau d’artistes que l’on peut qualifier d’habitués : Luc Béland, Stéphanie Béliveau, Pierre Blanchette, Graham Cantieni, René Derouin, Hélène Goulet, Jérôme Fortin, Muriel Faille, Michel Lagacé, Jean-Pierre Morin, Marc Séguin, Irène Whittome. 

Et puis, il y a des œuvres signées par des artistes remarquables dont les noms jalonnent l’histoire de l’art moderne du Québec :
Marcel Bellerive, André Bergeron, Louis-Pierre Bougie, Kittie Bruneau, Marcelle Ferron, Frère Jérôme, Denis Juneau, Fernand Leduc, Maurice Perron, Jean Jérôme, Jean-Paul Riopelle, Robert Savoie, Francine Simonin, Claude Vermette, ZÏLON.

Enfin, les amateurs découvriront quelques nouveaux venus : Martine Bertrand, Marie- Chloé Duval, Gilles Bossé, Jean-François Lauda, Philippe Mayer.

Pour consulter le catalogue des oeuvres, c'est ICI.


Écomusée du fier monde
2050, rue Atateken
Montréal (Qc)

Plusieurs activités culturelles d’intérêt pour la communauté LGBT s’annoncent à Montréal et ailleurs en région en prélude à l’été. Le monde du théâtre est particulièrement actif ces temps-ci. En voici quelques-unes parmi d’autres.

Les anciennes odeurs
de Michel Tremblay

Printemps théâtral

Jean-Marc, professeur de cégep de trente-huit ans, reçoit chez lui son ex-amant, dont le père se meurt dans une lente agonie. Ce lieu est chargé d'odeurs et d'émotions, de souvenirs heureux et de non-dits moins heureux qui vont guider les personnages dans leurs conversations.

Productions Jean-François Quesnel
Théâtre de la Comédie de Montréal
1113 Boul. de Maisonneuve E, Montréal
16-17*-18 mai 2024
* Interprétation simultanée en langue des signes québécoise.

Billetterie : Zeffy

-----------------------------------------------

Being at home with Claude
de René-Daniel Dubois

Printemps théâtral

L’histoire de Being at home with Claude résonne pour beaucoup de personnes s’identifiant comme 2ELGBTQI+. Lundi 5 juillet 1967. Palais de Justice de Montréal. Alors que l’Expo bat son plein survient un fait divers troublant. Un meurtre crapuleux. Face à un inspecteur déterminé à le faire avouer, un jeune prostitué lève progressivement le voile sur les motifs d’un crime impardonnable pour le commun des mortels.

Une coproduction barre/oblique x La p’tite réplique
Petite salle du Centre culturel de l’Université de Shebrooke,
2500 boul. de l’Université, Sherbrooke
4, 5 et 6 avril 2024

Billetterie : Zeffy

---------------------------------------------

Every Day She Rose
de Andrea Scott et Nick Green

Printemps théâtral

Une pièce qui explore les relations entre amis et alliés et du privilège qui les séparent. Après la manifestation de Black Lives Matter lors du défilé de La Fierté de Toronto en 2016, deux amis découvrent que leurs politiques raciales et queer ne sont pas aussi alignées qu'ils le pensaient, et les dramaturges qui sont derrière leur histoire doivent trouver comment interpréter cette réalisation.Cathy-Ann, une femme Noire hétérosexuelle, et son colocataire Mark, un homme blanc homosexuel, sont rentrés du défilé avec des points de vue très différents sur ce qui s'est passé et sur la manière dont cela a affecté leurs propres communautés.

Production Black Theater Workshop
(en anglais avec surtitres français)
Théâtre Espace Libre (Studio)
1945, rue Fullum, Montréal)
Du 4 au 13 avril 2024


Billetterie : BTW
_____________________________________

Un coeur habité de mille voix

Printemps théâtral

Roman de Marie-Claire Blais
Adapté pour la scène par Kevin Lambert

Un homme trans en fin de vie qui se prépare à recevoir des ami.e.s. Le personnage, René, 93 ans, commence sa journée en pyjama entouré de son infirmière et d’une grande amie, Louise, qui l’aide à s’habiller. Et au cours de cette journée qui doit se terminer avec l’arrivée d’amies, il dévoile des parties de sa vie, se remémore des amours passées, et parle des luttes auxquelles il a participé comme personne transgenre à l’époque contre l’intolérance. Marie-Claire Blais aborde la question de la mémoire et de la nécessité de se souvenir du passé et des luttes menées par les personnes et les groupes LGBGTQ+, surtout face à la montée de l’homophobie et de la transphobie, et donc, c’est non seulement un testament littéraire mais aussi un testament politique.


Coproduction : Ubu compagnie de création et Espace Go
À l’Espace Go
4890, boulevard Saint-Laurent, Montreal
Du 2 au 28 avril 2024

Billetterie : Espace GO

--------------------------------------------------

La Duchesse de Langeais
De Michel Tremblay

Printemps théâtral
Personnage emblématique, voir mythique de l’œuvre de Tremblay, « Se tenant debout, au bar d’un tout inclus défraîchi quelque part dans le sud, celle qui se présente comme une des plus grandes stars mondiales, la Duchesse de Langeais, vous parle directement, à cœur et à corsage ouvert, de tout et de tout le monde. Son langage est coloré, étonnamment cru et elle en a gros sur le cœur. Elle nous parle de sa vie, se délectant en nous livrant les plus croustillants détails. Hilarante, irrévérencieuse, on ne sait si c’est vérité ou fabulations, mais on reconnaît entre les lignes toute la souffrance d’un homme qui garde, envers et contre tout, une soif d’amour insatiable. »


Interprété par Luc Arsenault
Mise en scène de Fred Gagnon
Théâtre de la Comédie de Montréal
1113 Boul. de Maisonneuve E, Montréal
Supplémentaire : 24-25 avril 2024

Billetterie : La Duchesse

__________________________________

Le Grand Jeu
Adaptation du film The Full Monty

Printemps théâtral

Quand quatre gars sur le « BS » décident de monter un show de strip-tease. Mais comment passer de « Emploi Québec » au « 281 » quand on a une bedaine et que l’on s’approche plus du colon que de l’Apollon ?! Ils n’ont rien à perdre, rien à cacher… Pour s’en sortir, ils vont tout déballer !


Mise en scène : Jamin Chtouki
Interprètes : Luc Arsenault, Alexis Paquette, Alex Laroche. Jamin Chtouki
Théâtre de la Comédie de Montréal
1113, Boul. de Maisonneuve E, Montréal

Samedis 13 et 20 avril 2024
Vendredis 19 et 26 avril 2024


Billetterie : Le Grand Jeu

La Fondation Massimadi diffuse des œuvres artistiques des communautés noires LGBTQ+ afrodescendantes depuis sa création en 2009. L’art et la culture sont utilisés comme leviers de changement social dans la lutte contre les multiples formes de discriminations vécues par les personnes noires et queer, telles que l’homophobie, la transphobie et le racisme.

Massimadi permet aux personnes lesbiennes, bisexuelles, gaies, transgenres, queer (LGBTQ+) d’origines afrodescendantes de se rassembler, grâce à ses différentes initiatives communautaires axées sur les arts, explique son président, Laurent Maurice Lafontant. Par exemple, l’organisme célèbre chaque année le Mois de l’histoire des noirs et propose le Festival annuel des arts et des films LGBTQ+ afro.


En 2023, Massimadi a lancé le projet Momentum dans le but de mettre en place un programme de mentorat annuel pour la scénarisation de projets audio-visuels dont le contenu est développé par des scénaristes s’identifiant comme noir·e·s et faisant partie des communautés LGBT+. Le projet d’accompagnement scénaristique est sous la coordination de Naomie Caron. « Nous leur fournissons les conseils et les outils nécessaires pour leur permettre de mieux poursuivre les prochaines étapes de leurs projets de film, en ayant un scénario de qualité pouvant intéresser des producteurs », explique-t-elle.

Momentum Naomie Caron avec le président de Massimadi, Laurent Maurice Lafontant

S’étalant sur près de six mois, les scénaristes sélectionné·e·s ont participé à plusieurs ateliers, formations, conférences et ont été soutenu·e·s par des mentor·e·s afin d’approfondir leurs démarches d’écriture, peaufiner leur scénario et s’outiller afin de pénétrer l’industrie cinématographique québécoise et canadienne. « Ce projet a comme objectif de les accompagner à raconter leurs histoires et ainsi sensibiliser le public afin de combattre toutes discriminations envers les personnes LGBTQ+ spécialement des communautés noires », assure Naomie Caron.

Momentum

Les professionnels de l’industrie et les médias ont pu assister au dévoilement des huit candidat-e-s composant la première cohorte de Momentum, le 14 mars dernier. L’événement leur a permis de présenter les scénarios de leurs œuvres, de réseauter avec des professionnels de l’industrie et de célébrer la diversité et la créativité de la communauté afro-queer.

Momentum Momentum
Les participants présents ont pu assister à la lecture publique des huit scénarios finaux, présentée par quatre interprètes talentueux, mettant ainsi en lumière les récits uniques et inspirants des participants de la cohorte 2023-2024.

 Momentum
Les jeunes scénaristes ont démontré hors de tout doute des talents et une assurance dans leurs présentations. Les œuvres proposées prennent diverses formes, du documentaire au récit en passant par la fiction, entre autres.


Il faudra surveiller ces jeunes artistes au cours des prochaines années alors que le fruit de leurs démarches prendra forme et pourra, l’espère-t-on, être présenté au public.


Massimadi poursuit son engagement envers les communautés LGBT+ noires afrodescandantes et proposera en 2025 une nouvelle édition de son Festival annuel des arts et des films LGBTQ+ afro.

La Fondation Massimadi
massimadi.ca
130-365, rue Sainte-Catherine Est
Montréal, QC H2X 3X2
(514) 360-4970

Le complexe de restaurant et marché italien Le Richmond dans Griffintown est bien loin de ce que les amis d’enfance Luc Laroche et Paul Soucie ont d’abord imaginé et créé. Après avoir été copropriétaires du Misto, rue Mont-Royal est, jusqu’en 2015, ils ont entrepris ensemble de joindre leurs talents respectifs pour mettre au monde Le Richmond, un endroit de premier choix.


Ces deux adeptes de voyages et d’escapades gastronomiques ont choisi pour ce faire un espace industriel de 3200 pi² qui date de la fin des années 1800, rue Richmond, au sud de la rue Notre-Dame, pour y aménager un restaurant qui allait mettre en relief la richesse architecturale de l’endroit, le tout selon l’imaginaire créatif du réputé designer Luc Laroche.

Richmond 1 
Il faut voir le résultat : après de coûteux et complexes investissements, on a inauguré en 2013 une salle manger de 230 places assises dont une trentaine sur la mezzanine, surplombant la salle à manger, et 90 places dans la cour intérieure avec toit rétractable. Le tout se présente selon un véritable chef-d’œuvre de bon goût et d’audace. Et là on ne parle pas encore du menu !

 
Acier peint en noir, briques, éléments structuraux et décoratifs en bois de pruche : les matériaux rappellent le Montréal de 1886, dans lequel est né ce bâtiment. Ils sont cependant employés avec une approche moderne et contribuent à créer un décor convivial et chaleureux. Lorsque la toiture rétractable s’ouvre sur la terrasse du restaurant, la verdure intérieure fait écho à celle des grands arbres qui poussent à l’extérieur, et l’on peut profiter de la nature et du moment présent.

 
Le jury du 8e Grand prix du design au Québec, en 2016, a été impressionné au point de lui accorder son vote. On a souligné la qualité de ce concept, qui se démarque en plongeant dans l’histoire pour créer un intérieur invitant.

Le Richmond
Le succès n’a pas tardé. Au point où en 2015, la direction dorénavant composée des copropriétaires Ertan Eren, comme directeur général, et Luc Laroche, comme président, associés dans la vie comme en affaires, (photo ci-haut) a entrepris de prolonger l’offre alimentaire dans un nouveau concept qui occupe le local voisin du restaurant, rue Richmond. C’est ainsi qu’est né le Marché italien Richmond., qui agit en quelque sorte comme « garde-manger » du Richmond, explique son DG.

Richmond 1 Le Richmond
On y trouve un bistro-marché-traiteur dans un espace à aire ouverte où l’on peut profiter d’un verre de vin et d’une assiette d’antipasti au bar, savourer un repas complet du côté bistro et trouver des produits fins exclusifs ainsi qu’une sélection de mets à emporter.

 
Les articles disponibles au Marché italien Richmond sont préparés par le chef exécutif Liam Fanning et son équipe, des coffrets de recettes gourmandes où on peut préparer ses plats préférés à la maison, des coffrets gourmands spécialement préparés pour le 5 à 7 virtuel, ou les desserts préférés pour satisfaire sa gourmandise.

Richmond 1 Richmond 1
Le directeur général explique que le Richmond entrevoit de poursuivre son association avec le monde événementiel, comme le Grand Prix F1 de Montréal, et d’autres grands événements annuels. Le volet traiteur demeure une activité en croissance depuis la pandémie et toujours populaire. Le Richmond dispose d’une salle au 2e étage du restaurant pour recevoir des groupes ou tenir des événements spéciaux.


Un menu qui transporte et surprend

Le Richmond
Nous avons pu déguster quelques plats du menu du Richmond qui nous ont réellement convaincu de l’inspiration qui prévaut dans ses cuisines. En entrée, le Burrata (purée d’aubergine rôtie, tomates confites, chips de prosciutto, huile d’herbes) et les Pétoncles poêlés (beurre blanc, Œufs de saumon, salicorne, huile d'herbes), deux plats savoureux et surprenants pour les papilles. 

Le Richmond Richmond 1

En plat principal, la Morue d’Islande (Fregola, bisque de homard, salsa verde) et les pâtes flambées aux truffes, sur meule de fromage : spectaculaire ! Au dessert, un entremet de bleuets & lime (Sablés aux amandes & agrumes, sirop de lime, bleuets) et une mousse chocolat et abricots (coulis d’abricots, pacanes confites au caramel) ont complété ce régal à saveur italienne.

Le Richmond


Une équipe pleine de ressources
Diplômé du Collège Lasalle en 2012 à l'âge de 20 ans, Liam Fanning a débuté sa carrière culinaire a un très jeune âge. Ce qui était au départ un intérêt culinaire est devenu une passion au fil des années. Après deux premières années à travailler dans différents restaurants et services de traiteurs à fort volume dans la région de Montréal, il poursuit son expérience en cuisine dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal, à l’Île-du-Prince-Édouard et à travers l’Europe.


Pionnier dans la cuisine du restaurant le Richmond depuis l’ouverture en 2013, il monte les échelons de chef de partie à sous-chef exécutif. En 2017, il part en Italie travailler pour se perfectionner avec des chefs renommés, spécialisés dans les produits frais et de saison. De retour à Montréal, Liam est devenu le chef exécutif du Groupe Le Richmond en 2020. Depuis, ce jour, il élabore les menus et supervise les équipes du restaurant Le Richmond, du Marché Italien Le Richmond et de la salle à manger, soit une trentaine de personnes au total.
Les associés propriétaires, pour leur part, proposent des talents et des expériences complémentaires, qui servent bien les intérêts de l’entreprise.

 
Né et élevé à Istanbul, en Turquie, Ertan Eren a poursuivi ses études au Québec avec son deuxième baccalauréat en génie mécanique spécialisé en systèmes et mécatronique à l'Université Concordia. Après avoir obtenu son diplôme en 2013, il se joint au Richmond et prend en charge la gestion de projet des premiers restaurants de ce groupe à Griffintown. Ses connaissances en budgétisation, prévisions et finances ainsi que sa passion pour l'hôtellerie et la gastronomie, lui permettent d’être promu au poste de directeur général et l'un des propriétaires du Groupe Le Richmond.


Pour sa part, véritable passionné de mode et entrepreneur dans l’âme, Luc Laroche débuta sa carrière en créant la ligne ultra-chic de sous-vêtements pour hommes, Lùk by Luc Laroche, au début des années 90. Il en assumera la direction de la création et de la mise en marché au Canada et aux États-Unis pendant plus de 14 ans avant de partir à la conquête de grandes maisons de prêt-à-porter, comme Château Lingerie, la marque espagnole Mango, puis à New York chez Tommy Hilfiger, comme vice-président des opérations au détail pour l’Amérique du Nord. De retour à Montréal avec un savoir-faire impressionnant en finances, en développement des affaires et en commerce de détail, il se lance dans une toute nouvelle aventure : la restauration, avec le Misto, en 2011. Quelques mois plus tard, il entreprend la concrétisation d’un grand projet : le restaurant Le Richmond dans Griffintown. Luc prend ainsi l’entière conception du design intérieur sous son aile et dirige le projet.

 
En plus de tout ça, il est depuis 5 ans vice-président, support aux opérations chez LCI Éducation, la division internationale du réputé Collège LaSalle, composé de cinq écoles et offrant plus de 60 programmes. Celui-ci est aujourd’hui présent sur cinq continents et compte maintenant 23 campus d’enseignement supérieur qui forment chaque année plus de 17 000 étudiants à travers le monde.

___________
Le Richmond
377, rue Richmond
Montréal (Qc) H3J 1T9
514 508.8749
lerichmond.com

Le Richmond marché italien/Bistro
333, rue Richmond
Montréal (Qc) H3J 1T9
514 508.8749
lerichmond.com

La ministre responsable de la Condition féminine et chargée de la lutte contre l'homophobie et la transphobie, Martine Biron, a lancé un appel de candidatures pour la première édition du prix Action LGBTQ+ en 2024.


Ce prix récompense des organismes et des personnes qui contribuent à faire du Québec une société accueillante et respectueuse des droits des personnes LGBTQ+, notamment en réduisant les inégalités vécues par ces dernières. Il se décline en deux catégories :


- Hommage : pour honorer les réalisations exceptionnelles, le dévouement et le mérite d'une personne ou d'un organisme québécois dans le domaine de la lutte contre l'homophobie et la transphobie ;


- Milieu de vie en confiance : pour récompenser une personne ou un organisme s'illustrant dans un milieu de vie, par exemple dans le milieu de l'éducation, du sport et des loisirs ou dans le réseau de la santé et des services sociaux, et ayant contribué à l'instauration d'un environnement sécuritaire pour les personnes LGBTQ+ qui les fréquentent. Cette initiative peut aussi contribuer à la prévention de la violence à caractère homophobe et transphobe.


Les personnes et organismes qui souhaitent déposer une candidature peuvent le faire jusqu'au 22 mars 2024.


Le prix Action LGBTQ+ contribue aux objectifs de la Politique québécoise de lutte contre l'homophobie et au renforcement du milieu communautaire et des réseaux de soutien aux personnes LGBTQ+, qui correspond à une orientation du Plan d'action gouvernemental de lutte contre l'homophobie et la transphobie 2023-2028, lancé le 14 décembre 2023.


Les candidatures doivent être déposées au moyen du formulaire de candidature disponible sur la page Web du Prix Action LGBTQ+.


La première cérémonie de remise de prix aura lieu au printemps 2024.

L’ ’île d’Orléans est connue comme un lieu exceptionnel pour la richesse de son patrimoine. Les habitants de l’île sont conscients de la dimension nationale du riche héritage patrimonial et historique dont ils ont hérité. Ils sont sensibles à la charge symbolique que l’Île continue de transporter, à leurs yeux mêmes comme à ceux de tous les québécois. Ils ont donc choisi de mettre en valeur les caractéristiques propres de l’Île, qui en font encore aujourd’hui la « terre mémoire » de l’Amérique française.

Patrimoines maritime et naturel, politique et territorial, social et familial, artistique et culturel, toute la chaîne historique, toute l’activité humaine y sont représentées. Les activités d’interprétation offertes dans les cinq lieux historiques de l’Île sont complètes en elles-mêmes, mais elles s’enrichissent en plus du Réseau d’histoire de l’île d’Orléans, une approche intégrée qui fait du patrimoine historique de l’Île une richesse exceptionnelle par sa complémentarité.

Vestiges d’un patrimoine historique d’une richesse exceptionnelle, parcourez ces six lieux d’interprétation qui vous raconteront, à leurs façons, le passé pertinent de l’île d’Orléans. Ici vous découvrirez le mode de vie des habitants de l’Île à l’époque du Régime seigneurial alors qu’ailleurs vous en apprendrez plus sur l’un des grands poètes francophones, mais partout, vous serez comblés par les connaissances que vous en retirerez.

Les étapes du circuit

Comment vivait-on sous le Régime français, alors que nous n’avions ni électricité, ni eau courante, ni confort ? Venez le découvrir en visitant la Maison Drouin, seule maison de l’île datant du Régime français et non modernisée. Vous y découvrirez comment vivaient vos ancêtres, les habitants de la Nouvelle-France. L’alimentation, l’architecture, le mode de vie, le travail et la famille sont abordés durant une visite guidée de 30 minutes. Vous prendrez conscience du rythme de vie des colons et du travail qu’ils devaient abattre chaque jour pour subvenir à leurs besoins et à ceux du seigneur.

Découvrez le Manoir Mauvide-Genest (1734), résidence Louis XV d’un chirurgien devenu seigneur, restaurée et meublée avec rigueur. Des guides en costume d’époque relatent la vie au temps du régime seigneurial français. Un multimédia, des activités pédagogiques et des conférences complètent la programmation

Automne 2020. En pleine pandémie de COVID. La plupart d’entre nous étions bien en sécurité à la maison, espérant que le tout se termine rapidement. Pour leur part, le couple Raphaëlle Imbault et Laurence Latraverse se « magasinaient » un commerce de vêtements dans le Village. Fallait le faire. Fallait oser.

Osez
Justement, c’est la boutique « OSEZ » de la rue Wolfe, en opération depuis 2004, qui était dans leur mire. Le propriétaire, Simon, les informe alors qu’il est en processus pour mettre fin aux affaires. À moins qu’elles acceptent de l’acquérir et de prendre la relève. D’autant plus qu’elles y achetaient plusieurs de leurs vêtements déjà depuis quelques années.
Raphaëlle était déjà familière avec le Village et ses particularités. Elle a travaillé au Cabaret Mado, au bar, pendant quelques années et fréquentait les établissements et commerces du secteur régulièrement. C’est chez Mado d’ailleurs qu’elle a rencontré celle qui est devenue sa conjointe depuis maintenant 13 ans. Ni une ni l’autre n’avait d’expérience en gestion de commerce.
Pourtant, étant donné qu’elles connaissaient bien cette boutique et son offre de vêtements, dont une grande partie unisexe, elles ont décidé de faire le saut, avec le support de leur ami Simon. « Nous n’avions pas l’intention de la changer, de la transformer. Notre souhait le plus cher, c’était de la garder ouverte. Avant tout. Nous croyons à ce quartier. Nous étions prêtes à nous engager pour contribuer à son maintien, et peut-être ainsi à améliorer le sort de chacun de ceux et celles qui y vivent, qui y viennent chercher des produits et services », explique Raphaëlle.
En octobre 2020, elles prennent possession des clefs de la boutique et font les premières commandes de vêtements, dont une série pour femmes, qui s’avéreront de tailles trop petites, à leur grand désarroi. Elles choisissent d’en faire don au magasin Le Chaînon, en partie, et à un autre organisme communautaire.
Comble de malchance, à l’hiver 2021, les vitrines de la boutique sont l’objet de vandalisme, à deux reprises en l’espace de quelques semaines, et un certain nombre de vêtements exposés en vitrine disparaissent. Pourtant, jamais rien de tel n’était arrivé au cours des 14 années précédentes.
Qu’à cela ne tienne, le couple se relève les manches et poursuit son engagement à servir la clientèle composée à 70% d’hommes. Les étalages proposent des vêtements tout aller haut et moyen de gamme, dont certains proviennent de grandes marques comme Lacoste et Diesel. Autant les femmes que les hommes y trouvent de quoi satisfaire leurs goûts. Certains produits leur sont exclusifs dans un environnement de quelques kilomètres. Elles cherchent à maintenir des prix abordables même si la récession a généré une certaine augmentation des coûts chez les fournisseurs.

Osez
La variété des items offerts est vaste : hauts et bas divers (sport et classiques), accessoires, kangourous, sacs, casquettes, chandelles, aromathérapie, savons, etc.
La non-binarité étant socialement en vogue dans les discours, l’idée de « dégenrer » ou du moins de mélanger/neutraliser les genres dans le vêtement est aussi présente au niveau de plusieurs collections de sportwear et de streetwear, notamment avec la marque Scotch and Soda.
Elles donnent du travail occasionnel à deux autres personnes. Les heures d’ouverture sont aménagées en fonction des saisons. Jusqu’à la piétonisation en mai, la boutique est ouverte à midi du lundi au samedi. Ensuite elles seront étendues à la faveur de l’achalandage grandissant de l’été.

Osez
Disons-le, l’endroit est agréable, bien localisé à moins de 50 mètres de l’intersection de la rue Sainte-Catherine. Le décor est simple, lumineux, et sympathique. Des cabines d’essayage attendent les clients à l’arrière et de larges miroirs couvrent des sections de murs, créant un effet de grandeur.
Raphaëlle et Laurence sont toujours fières et heureuses de leur décision et entendent poursuivre leur présence, rue Wolfe, encore longtemps. Elles ont osé et on ne peut que les féliciter pour l’avoir fait dans un contexte aussi difficile et risqué.

Boutique OSEZ boutiqueosez.com
1320 Rue Wolfe
Montréal, QC H2L 3J3
(514) 521-2004

vignoble-carone

La région de Joliette fut longtemps au Québec au cœur de la production du tabac, une habitude que les premiers colons français avaient emprunté aux Premières Nations qui le cultivaient. Les Amérindiens rencontrés par Jacques Cartier cultivaient déjà le tabac qu'ils faisaient sécher au soleil avant de le fumer dans une pipe. Le Québec devint ainsi jusqu’au début du XXe siècle le premier producteur canadien de tabac. La culture du tabac était surtout concentrée au nord de Montréal, dans Lanaudière.  Le déclin du tabagisme et la concurrence des tabacs produits à l’étranger à meilleur coût entrainèrent à partir de 1980 le déclin de cette production agricole.

Par un curieux retour des choses, la vigne venue d’Europe a remplacé le tabac indigène qui lui est maintenant produit à travers le monde. La reconversion d’anciennes terres à tabac de la région a permis la naissance d’une industrie viticole florissante depuis une vingtaine d’années. À Saint-Thomas de Joliette, c’est le cas du Vignoble Le Mernois. Dans son pavillon de dégustation, vous pourrez découvrir ses vins issus d’un terroir riche et distinctif. Il produit des vins uniques et savoureux à partir de cépages du nouveau monde qui se déclinent en blanc, rosé, rouge et fortifié.

Mais c’est un peu à l’es, du côté de Lanoraie qu’on trouve le plus de vignobles dans la région. Le Vignoble aux Pieds des Noyers a été un des premiers vignobles à s’implanter sur la rive nord du Saint-Laurent. Il se distingue par son caractère unique et particulier en procédant à la culture de cépages nobles. Un service de traiteur et de table gourmande personnalisée sont disponibles sur réservation.

Au Vignoble Carone, l’héritage et le savoir-faire italiens adaptés à la situation québécoise font des produits Carone des vins de haute qualité respectés dans le milieu. Médailles internationales en poche, les vins Carone sont reconnus et appréciés un peu partout dans le monde. son Cabernet Severnyi  est le seul vin rouge québécois à figurer parmi les cent meilleurs vins disponibles au Québec. Trois autres vins rouges du vignoble  figurent parmi les vingt meilleurs vins du Québec.

Le Vignoble Mondor a emprunté son nom de la compagnie qui était à l’époque une entreprise renommée, cultivant du tabac de grande qualité. Ses terres fertiles, chargées de l’histoire de la région, renaissent désormais grâce à la viticulture. L’entreprise est toute récente et les premières cuvées ont été élaborées en 2009. Le vignoble produit des vins rouges et blancs, secs et fruités , ainsi qu’un vin de glace.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives