Actualités

Créée en 1999 par un couple de la région Basque, en France, vivant au Québec depuis longtemps, la Ferme Basque de Saint-Urbain est passée aux mains de nouveaux propriétaires en 2022. Les acquéreurs, Philippe Dorval et Vicky Boily, des gens du Saguenay issus du monde agricole, ayant possédé une ferme laitière dont ils se sont départis il y a quelques années, pour entreprendre un nouveau défi familial, arrivent sur cette exploitation de canards avec dynamisme et détermination.

Ferme basque
Ils se sont donc installés à St-Urbain, dans la belle région de Charlevoix, avec leurs quatre enfants, pour faire perdurer l’entreprise dans le respect des traditions et de la qualité déjà en place. Le couple Boily-Dorval forme une équipe complémentaire, provenant de milieux différents avec une forte passion pour l’entrepreneuriat et l’agriculture qui les unit.
Vicky baigne dans le milieu agricole depuis toujours, ayant touché à plusieurs types de productions agricoles. Elle est diplômée en Gestion et exploitation d’une entreprise agricole du Cégep d’Alma depuis 2007 et diplômée en Entrepreneuriat agricole à l'Université Laval depuis 2017. Elle y complète actuellement un Bacc. en Agroéconomie. Au cours des dernières années, elle a eu l’occasion de travailler auprès de firmes spécialisées en agronomie sur des projets d’analyse de production agricole.
Pour sa part, Philippe s'intéresse à l’agriculture depuis sa rencontre avec son agricultrice de conjointe. Ses emplois étudiants dans les boucheries du coin lui sont très utiles aujourd'hui. De plus, son esprit pratico-pratique et son parcours professionnel industriel font qu’il a toujours une solution pour réparer quoi que ce soit.
Depuis l’intégration de Philippe et Vicky, plusieurs projets de croissance et de modernisation ont été entrepris. Entre autres, des rénovations de la boutique et de la ferme, l’amélioration de la production et le développement d’une nouvelle image de marque. « Le désir de demeurer une petite entreprise agroalimentaire efficace, tout en étant respectueuse et à l'écoute des animaux et de l’humain est primordial », assure Vicky.

Ferme basque
Pour l’instant, on souhaite modifier le calendrier de production pour augmenter l’élevage de 5 000 à 6 000 canards par année dès 2023, tout en conservant des notions de techniques artisanales, de maintien du bien-être de l’animal qu’on doit gaver pour obtenir le produit final, soit le foie gras de canard.
Le couple profite d’ailleurs du mentorat des fondateurs de la Ferme Basque depuis leur acquisition et cela constitue un élément non négligeable à leur motivation et à leur désir de performer dans l’innovation.
Parlant de cela, les Fêtes de 2022 ont été l’occasion de lancer un nouveau produit pour leur clientèle, qui a connu un succès inespéré. On a réalisé des cailles farcies au foie gras. Les clients se les sont arrachées dans le temps de le dire.

WFerme basque
Vicky rappelle qu’il est possible de visiter la ferme. Les visites sont libres et gratuites. On y trouvera des panneaux d’interprétation qui guideront les visiteurs, de l’intérieur de la grange où on y découvrira les canetons, vers les parcs extérieurs où les canards adultes se promènent au gré du temps. Il s’agit d’une expérience unique qui permet de bien comprendre le processus d’élevage et de production.
Une visite à la boutique voisine permet aussi de découvrir la gamme complète de produits de la Ferme Basque de Charlevoix, mais également d’autres produits du terroir Charlevoisien. On y retrouve tout ce qu’il faut pour préparer le pique-nique parfait, préparer un plateau de charcuterie ou encore offrir des cadeaux d’exceptions.

La Ferme Basque de Charlevoix
lafermebasque.ca
813, rue Saint-Édouard
Saint-Urbain (Qc) G0A 4K0
418 639-2246

Les bonnes idées prennent souvent du temps à aboutir. Parce que les visionnaires veulent réussir leurs projets en mettant toutes les chances de leur côté. C’est ce que Steve Horman, sa conjointe Véronique Piché et leur associé Mathieu Fleurent, entrepreneur en construction, ont compris alors qu’ils ont mis plus d’une quinzaine d’années à imaginer leurs refuges prêts-à-camper aux Éboulements, dans Charlevoix.

Hauts refuges
C’est en 2020, en pleine pandémie mondiale, qu’ils ont choisi d’entreprendre la réalisation de leur rêve. Originaires des Laurentides, c’est dans la région de Charlevoix que leur choix s’arrête. Le fleuve, les montagnes, les grands espaces à perte de vue ! En choisissant le village des Éboulements, ils ont trouvé « un endroit qui nous ressemble, un village accueillant où la communauté est tissée serrée. Ce fut le coup de foudre instantané », explique Steve Horman, qui s’y est installé depuis deux ans avec sa conjointe et les trois enfants.
Hauts Refuges se veut un lieu rassembleur où les gens peuvent profiter du moment présent, s'amuser et se reconnecter avec la nature. C'est au printemps 2022 qu'on entreprend la construction des trois premiers refuges, tout en cèdre, à l’intérieur comme à l’extérieur, acquis chez Cédréco dans la municipalité voisine de Saint-Aimé-des-Lacs. En quelques mois, La Luciole, La Forestine et La Canopée s’élèvent au milieu de la forêt. Des refuges conçus afin qu'ils soient pratiques, confortables et chaleureux, adaptés aux besoins des familles qui souhaitent voyager sans trop se compliquer la vie.

Hauts refuges
Le groupe d’actionnaires ont profité d’une aide financière du programme EPRTNT de Tourisme Québec pour la mise en œuvre du projet, qui vise à renouveler et à bonifier l’offre touristique en région en fonction du développement d’une offre touristique attrayante et distinctive, la mise en valeur d’une offre touristique innovante, et le développement de nouveaux créneaux pour les entreprises touristiques. On a aussi reçu une aide financière du Fonds d’aide au tourisme de Développement économique du Canada (DEC) pour le Québec. Cela a permis de compléter la construction du quatrième refuge, la Chouette, au cours des derniers mois.
Hauts refuges
De quoi s’agit-il exactement ? C’est un domaine écotouristique quatre saisons, comprenant plusieurs refuges perchés à la cime des arbres, uniquement accessible par des sentiers pédestres. Les habitations, de type prêt-à-camper, peuvent accueillir entre 1 et 6 personnes et sont adaptées aux familles. Chauffer le poêle à bois, lire auprès du feu, jouer aux cartes ou cuisiner entre amis, voilà qui est inspirant. Chacune des unités disposent de plusieurs lits confortables et de tout le nécessaire pour la confection des repas.
Certaines ont même une glissoire extérieure partant du balcon. De quoi fasciner les enfants et même leurs parents. Steve Horman explique que ces équipements proviennent des anciens parcs d’amusement intérieurs des restaurants MacDonald, qu’on reconnaît à leurs couleurs vives.

Hauts refuges
Pour l’instant, les refuges situés à différentes hauteurs du sol, et offrant chacune des particularités propres, sont dotés d’électricité, d’un frigo, mais pas de toilette intérieure ni d’eau courante. Il y a une toilette chimique confortable en bas de chacun des refuges. Lors des prochaines phases de développement, les propriétaires souhaitent construire une aire commune où les gens pourront se rassembler, une grande cuisine communautaire, un parc, un espace de feu de joie, un jardin, un bloc sanitaire, etc.

Hauts Refuges – Prêt-à-camper
hautsrefuges.com
760, rang Sainte-Catherine
Les Éboulements (Qc) G0A 2M0
(418) 635-2329

En circulant sur le boulevard de Comporté à La Malbaie, tout près du secteur Pointe-au-Pic, on ne peut pas rater cette impressionnante maison un peu en retrait, ses attrayantes couleurs et ses belles plates-bandes qui la mettent en évidence. C’est là que la Galerie d’art Au P’tit bonheur a élu domicile depuis 1995, après une rénovation majeure du bâtiment inoccupé et laissé à l’abandon pendant un certain temps auparavant.

Au P'tit Bonheur
Aujourd’hui, sa propriétaire et directrice depuis 2011, Marie-Éve Tremblay, est fière de proposer une galerie d’art qui se démarque par son style, son approche clientèle et la composition de son catalogue d’artistes. Le P’tit Bonheur, qui emploie huit personnes, est à la fois vaste et intime : 6000 pi2 de salles d’exposition où le visiteur a l’impression de se retrouver chez des amis. Les petits salons du premier étage et les pièces plus aérées du second, permettent aux amateurs de découvrir les œuvres d’art dans une atmosphère feutrée. « Aussi imposante et invitante soit-elle, une galerie ne trouve sa substance que dans ce que le visiteur peut y retrouver », explique la galeriste propriétaire.
Ainsi, la galerie se fait un point d’honneur d’offrir aux amateurs et collectionneurs une sélection variée et de grande qualité d’œuvres figuratives et semi-figuratives d’une quarantaine d’artistes chevronnés, peintres et sculpteurs parmi les plus réputés, provenant de partout au Canada. « Notre galerie se veut un endroit inspirant où les artistes jouissent d’une liberté exceptionnelle, privilège qui les amènent à livrer le meilleur d’eux-mêmes. Notre vocation, c’est d’être à la fois complices de leur accomplissement artistique et partenaires de premier plan dans l’épanouissement de leur carrière », assure la directrice.
Au P'tit Bonheur
Et on ne change pas une formule gagnante ajoute-t-elle : pas question de tenir des vernissages ou des événements publics au P’tit Bonheur. Ce n’est pas dans son ADN. Pas question non plus d’une succursale ailleurs. Toutes les énergies sont dirigées vers la galerie actuelle dont la localisation est certainement un atout majeur.
L'aventure du P’tit Bonheur a commencé, comme nombre de projets heureux, par une histoire d’amour d’une famille avec le monde des arts. Elle débute en 1986, avec l'arrivée de Jacques Tremblay et de Rosanne Duchesne, les parents de Marie-Ève, dans la magnifique région de Charlevoix. Ils prennent alors les rênes de la galerie d'art qui occupait alors avec panache le Salon rose du Manoir Richelieu.
Au début de 1991, Jacques et Rosanne décident de franchir une nouvelle étape de leur destinée de galeristes. C’est la naissance de leur P’tit Bonheur. Déterminé à bâtir la galerie de ses rêves, le couple entreprend le projet de rénover ce vieil immeuble abandonné. On lui fait subir une sérieuse cure de rajeunissement, imaginant chaque détail pour créer un endroit où il fait bon être. On y a même ajouté au décor, partout dans les diverses salles, une impressionnante collection de centaines de pièces en verre antique des propriétaires, regroupés par styles.
Marie-Ève Tremblay est fière de dire que grâce à son audace, à sa créativité et à la complicité extraordinaire de ses artistes, « la Galerie d’art Au P’tit Bonheur est aujourd’hui l’un des fleurons du monde des arts canadiens, une véritable destination culturelle pour l’amateur d’art à la recherche d’excellence ».

Au P'tit Bonheur
Autre détail important à souligner, c’est que la galerie s’est donné le mandat et les moyens de faire rayonner le talent de ses artistes, notamment grâce à son site web. On retrouve sur cette vitrine virtuelle pas moins de 600 œuvres originales, tableaux et sculptures, et plus d’une centaine de reproductions éditées en tirages limités. Et toutes les œuvres présentées en ligne sont disponibles en galerie. Des mises à jour régulières permettent à la clientèle d’y découvrir de nouvelles entrées, au gré des arrivages et de l'inspiration des artistes.
La galerie a près de 30 ans d'expérience dans l'expédition d'oeuvres d'art. Elle offre gratuitement le service d'emballage des achats à expédier. L'expédition est également offerte sans frais pour les envois de tableaux, sculptures et reproductions à destination du Canada. Enfin, depuis ses tout débuts en 1986, Au p’tit bonheur permet de régler les transactions d'achat par versements mensuels, sans frais ni intérêt. « Cette décision d’affaires, prise en 1986 à une époque où pareil service était rarement affiché et accessible, a marqué les débuts d'une relation de confiance étroite et durable avec la clientèle », assure la directrice de la galerie.

De leur retraite bien méritée, Jacques et Rosanne se réjouissent de ce que leur création est devenue et apprécient que leur relève ait poursuivi avec la même passion qui les a animés pendant toutes les années où ils y ont œuvré.
Au P’tit bonheur
auptitbonheur.com
265, boulevard de Comporté
La Malbaie, Qc G5A 2Y6
418-665-2060

Rue Saint-Jean-Baptiste dans le vieux Baie-Saint-Paul. Une vitrine qui donne déjà un avant-goût de ce qui vous attend à l’intérieur. La Galerie Guylaine Fournier a pignon sur rue à cet endroit depuis 18 ans. Elle l’a acquise d’un artiste peintre qui y tenait son atelier et avec qui elle a débuté comme responsable de la galerie.
Deux mois plus tard, il lui a offert de transférer le tout à son nom. Il avait vu en elle la personne motivée et passionnée qui allait poursuivre ce qu’il avait entrepris.

Galerie Guylaine Fournier
Il ne fallut pas beaucoup de temps avant que Guylaine entreprenne de modifier les lieux pour l’agrandir. Il fallut donc percer le plancher et y aménager un large escalier en même temps qu’on a creusé le sous-sol pour yen faire un vaste espace d’exposition. Parallèlement, on a agrandi le rez-de-chaussée en y ajoutant deux locaux contigus.
Aujourd’hui, la Galerie Guylaine Fournier propose « une galerie équilibrée où tous les styles sont offerts, autant d’artistes établis que d’autres qui émergent », explique-t-elle.

Galerie Guylaine Fournier
En bonne galeriste, soucieuse de toujours mieux desservir la clientèle, elle considère que le plus important critère est celui de la confiance. C’est pourquoi les artistes qu’elle représente ont en commun le désir d’une association saine, durable et profitable avec sa galerie. Pour y parvenir, tous préconisent une politique de prix raisonnables.
« Elle est loin l’époque où le talent était l’apanage de quelques-uns seulement. Aujourd’hui le talent foisonne. Le choix est diversifié. Le prix abordable des oeuvres de qualité est un critère extrêmement déterminant dans la décision d’achat », affirme Guylaine Fournier. Le slogan de sa galerie, c’est « L’art plaisir ». C’est bien le plaisir, la sensation que l’on ressent lorsqu’on trouve enfin la pièce qui nous fascine. « C’est en tout cas ce que nous ressentons lorsque nous voyons les yeux d’un client briller à la vue du tableau magique, de la sculpture recherchée. C’est aussi ce que ressentent nos artistes quand ils nous présentent leurs œuvres : le plaisir », conclut la galeriste.

WGalerie Guylaine Fournier
Si elle dirige la galerie de Baie-Saint-Paul en solitaire, elle propose maintenant une galerie avec son associé et conjoint à Pointe-au-Pic (La Malbaie), rue Richelieu. On y trouve certains des mêmes artistes qu’à Baie-Saint-Paul, de même que d’autres exclusifs.

Galerie Guylaine Fournier
GALERIE GUYLAINE FOURNIER
galerieguylainefournier.com
104-2, rue Saint-Jean-Baptiste
Baie-Saint-Paul, Qc G3Z 1M6
418 435.4183

Des vacances dans Charlevoix ? La nature sauvage, l’air pur et la magnifique diversité des paysages, trois parcs nationaux et un des plus beaux sites au monde pour l'observation des mammifères marins, la diversité étonnante de ses sites naturels : la région de Charlevoix a de quoi séduire les plus exigeants.

Hébergement Charlevoix
C’est ce qui a incité Daniel Guay, il y a déjà 20 ans, à créer une plateforme centralisée pour l’offre de chalets et de condos dans la région, Hébergement Charlevoix. « Entre amis, entre amoureux ou en famille dans un cocon juste à soi. Champêtre, luxueux, au pied des pentes de ski ou sur le bord d'un lac en pleine nature sauvage, les options sont nombreuses pour trouver un chalet à louer », explique son directeur.
L’organisme propose un regroupement de plus de 300 chalets, maisons ou condos confortables à prix abordable dans la région de Charlevoix. « On offre le confort, le calme d'une maison ou d'un chalet pour un séjour sans tracas, comme si on était à la maison », assure Daniel Guay. Hiver comme été, toute l’année finalement, on peut trouver l’endroit idéal pour s’évader en n’emportant avec soi que ses vêtements et effets personnels. Lorsqu’on voyage en famille particulièrement, cela a ses avantages.
Les amateurs de ski savent combien les centres de Charlevoix sont appréciées et réputées. Plusieurs chalets et condos offerts se trouvent justement à proximité des pentes, parfois même juste à leurs pieds. Ceux qui préfèrent le fleuve, l’air marin et les plages sablonneuses de la région seront également bien servis. Bref, il y a des chalets et maisons à louer pour tous les goûts et toutes les occasions.
En plus de proposer des offres d’hébergement, le site web de l’entreprise présente une série d’activités à faire et de lieurs touristiques à visiter dans Charlevoix toute l’année. On a donc l’embarras du choix. On y présente aussi les festivals régionaux de même que les meilleurs endroits pour se restaurer. Une équipe de sept collaborateurs.trices mettent à jour ces sections en permanence.
Les vacanciers à la recherche de la perle rare peuvent trouver aisément en utilisant l’outil de recherche du site web, ou encore en se rendant rencontrer les gens aux bureaux de Baie Saint-Paul.
Hébergement Charlevoix
Bref, 20 ans d’expérience en hébergement de location, c’est certainement un gage de professionnalisme et de qualité. De plus, Daniel Guay est administrateur de la Corporation de l'industrie touristique du Québec (CITQ), qui est responsable entre autres de l’enregistrement de l’hébergement touristique au Québec. Toutes les inscriptions du site d’Hébergement Charlevoix y sont enregistrées.
Hébergement Charlevoix
Hébergement Charlevoix
hebergement-charlevoix.com
43, rue Racine
Baie-Saint-Paul, Qc G3Z 2P9
418 435.5107

Ce titre est destiné surtout à attirer l’attention sur une femme entrepreneure qui a créé il y a plus de 25 ans le Centre de l’Émeu de Charlevoix (CEC), un centre d’élevage et de valorisation de l’émeu, animal exotique et surprenant présent à la ferme familiale Tremblay depuis 1997.
Le Centre de l’Émeu de Charlevoix (CEC) est guidé par les valeurs intrinsèques de Raymonde Tremblay, fondatrice et propriétaire, lesquelles sont liées à la santé, à la famille et à l’environnement. Elle a fait réaliser au fil des années de activités de R&D qui ont permis de développer une gamme de produits pour le soin du corps, notamment.

Centre de l'émeu
Juste à côté de cette ferme et centre d’interprétation qu’on peut visiter et où on peut goûter à la viande et tester les produits santé, la maison familiale des Tremblay, où Raymonde poursuit l’opération d’une résidence touristique au 2e étage, que sa mère Gertrude Gagné a entrepris en 1979, d’abord comme gîte du passant, après le décès de son mari.


Appartement avec vue

Chez Gertrude
La Résidence touristique Chez Gertrude que l’on connaît aujourd’hui opère depuis 2006-2007 et consiste en un appartement de 4 chambres pouvant accueillir de 6 à 9 personnes. On y trouve une salle de séjour bien éclairée où il fait bon se retrouver, une salle à manger pour 10 personnes, une cuisine bien équipée, un hall d’entrée avec rangement multiples, un grand patio avec vue magnifique du Mont du Lac des Cygnes et de la ferme d’émeus voisine. On y a aussi accès à une salle de bain privée, à deux salles de bain partagées et un petit évier dans toutes les chambres. Des commodités variées sont aussi présentes, comme laveuse et sécheuse, planche et fer à repasser, séchoir à cheveux, BBQ.
La literie et les serviettes sont fournies.
Chez Gertrude
Bien entendu, la visite du Centre de l’émeu et de ses divers attraits est incluse dans le forfait. La résidence est louée à un seul groupe à la fois, ce qui assure la tranquillité des lieux aux occupants.
Chez Gertrude
Avantageusement située au cœur du village, la résidence permet à ses occupants d’aller profiter de plusieurs activités et attraits touristiques de la région, dont le Parc des Grands Jardins donnant accès à la magnifique région des montagnes de Charlevoix.

Le Centre de l’émeu, toujours aussi fascinant
En 1997, Raymonde Tremblay, avec la complicité de son conjoint Guy Filion, en partenariat avec son frère Damien, sa mère Gertrude Gagné et un ami, Guy Simard, relancent les activités sur la ferme familiale inexploitée depuis deux décennies avec un projet inusité. De cette association naît le Centre de l’Émeu de Charlevoix (CEC).
Centre de l'émeu
Une quarantaines d’émeus débarquent dans les bâtiments construits par les aïeux Tremblay. Plus tard, on construit ce qui devait devenir l’étable d’engraissement pour abriter les émeus en période hivernale et assurer ainsi leur confort. Depuis, le centre a franchi plusieurs étapes de son développement pour finalement devenir l’ÉCONOMUSÉE de la huilière, en 2015, pour regrouper sur un même site toutes les activités du CEC avec la construction d’un nouveau bâtiment.
Depuis 2020, le CEC est devenu un site agrotouristique qui offre un monde de découvertes via une expérience élargie et intégrée. Il y naît plus de 200 bébés émeus chaque année.
Centre de l'émeu
En 2023, explique Raymonde Tremblay, les visiteurs pourront profiter encore des repas préparés par un chef cuisinier spécialisé dans le traitement de la viande d’émeu. On y trouvera aussi des mets cuisinés prêt à emporter. Plusieurs activités de sensibilisation et d’interprétation seront encore proposées aux visiteurs. Sans parler de la boutique où les produits pour les soins du corps, à base d’huile d’émeu pure, sont offerts.

Chose certaine, Raymonde Tremblay mène en parallèle ses deux fonctions de « fermière entrepreneure » et d’aubergiste, avec détermination et passion.

Le Centre de l’émeu de Charlevoix
fermeemeu.com
710, rue Saint-Édouard
Saint-Urbain, QC G0A 4K0
(418) 639-2606


Résidence touristique Chez Gertrude
gertrude.qc.ca
706, rue Saint-Édouard
Saint-Urbain (QC) G0A 4K0
418 639-2205

Elle est encore toute jeune. Elle a du caractère. Elle est remplie d’œuvres colorées et diversifiées. Tableaux, sculptures, bas-reliefs, petits meubles, et autres produits mix médias. Elle loge dans ce qui fut longtemps un motel se rappellent les gens du coin. Rue Richelieu, derrière le Musée de Charlevoix. Le 500, c’est l’adresse. C’est même le père de la galeriste Guylaine Fournier qui l’avait construit. Il n’en reste pas grand-chose, mis à part les murs extérieurs et la fondation.

500 Richelieu
C’est en 2021 que Guylaine et son conjoint et copropriétaire Pierre Pellerin entreprennent de transformer cet espace cloisonné acheté quelques années plus tôt. Qui plus est, le bâtiment est directement voisin de la maison qu’elle habite à La Malbaie, secteur de Pointe-au-Pic.


Aujourd’hui, elle est fière de recevoir les visiteurs à sa galerie qui en met plein la vue dès qu’on y entre. La lumière du jour est omniprésente grâce aux nombreuses fenêtres tout autour. Des éclairages bien dirigés mettent en valeur les différentes œuvres.


Guylaine Fournier a plus de 18 ans d’expérience comme galeriste, à sa galerie de la rue Saint-Jean-Baptiste dans le vieux Baie-Saint-Paul dont est la propriétaire unique. La galerie de La Malbaie est toutefois indépendante de l’autre puisqu’elle est dirigée en copropriété, même si plusieurs artistes voient leurs œuvres présentées dans les deux galeries.

500 Richelieu
Fait intéressant, le Manoir Richelieu de Pointe-au-Pic a demandé récemment d’exposer une soixantaine d’œuvres provenant de la Galerie 500 dans quelques salles et lieux communs de l’hôtel, ce qui offre une belle visibilité, il va sans dire. En plus de la reconnaissance de la qualité du produit.


Guylaine Fournier ne se destinait pas du tout à cette profession. À 17 ans, elle a quitté le foyer familial de Charlevoix pour aller compléter des études. Puis à l’âge de 22 ans, elle devient propriétaire d’un hôtel. Plus tard, l’opportunité est arrivée à Baie-Saint-Paul, alors qu’un artiste peintre qui tenait atelier et qui cherchait une relève l’invite à l’aider avec le service à la clientèle. Après deux mois, il lui propose de tout transférer à son nom et c’est ainsi qu’elle devint galeriste.


Ce qui la motive, ainsi que son conjoint, dans le choix des artistes, ce sont plusieurs facteurs, dont la diversité, la différence, le contact avec l’artiste, et bien sûr des coups de cœur, dans les styles contemporains, figuratifs et surréalistes. Certains artistes deviennent des amis avec le temps.

E500 Richelieu
Quelques projets les animent actuellement, comme la transformation du second étage de logement à galerie, incluant la réalisation d’un escalier intérieur pour y accéder. On devrait pouvoir découvrir cette nouvelle section dès juillet 2023. Puis on souhaite développer la tenue d’événements, comme des vernissages, des activités culturelles, entre autres sur la terrasse extérieure qu’on aménagera à ces fins.


Bref, Guylaine Fournier déborde d’enthousiasme à propos de l’avenir de la Galerie 500. C’est essentiellement sa clientèle qui la motive à se dépasser.
500 Richelieu
Galerie d'art 500 Richelieu
galerie500richelieu.com
500, rue Richelieu
La Malbaie, Qc
(418) 665-7768

Logeant depuis 30 ans dans un bâtiment très emblématique au tout début du chemin du Havre à La Malbaie, le Musée de Charlevoix fait découvrir et connaître le Charlevoix d’hier et d’aujourd’hui à travers ses activités de conservation, de diffusion, d’éducation et de recherche du patrimoine historique et artistique de la région avec une attention particulière à l’art populaire.

Musée Charlevoix
Son histoire débute dans les années 1940 avec un collectionneur qui veut honorer l’écrivaine Laure Conan. En 1975, le Musée régional Laure-Conan prend vie. Il s’installe au centre-ville de La Malbaie, dans l’édifice de l’ancien bureau de poste. Plus tard, on souhaite doter Charlevoix d’un édifice muséal plus adéquat. Un groupe de personnes se met à la tâche. Le 29 juillet 1990, le Musée de Charlevoix ouvre enfin ses portes sur le Chemin du Havre. Ce magnifique bâtiment, dont l’architecture évoque un phare, offre désormais de vastes espaces d’exposition et de conservation pour les milliers d’œuvres et d’objets de sa collection.

Musée Charlevoix
Le directeur général du Musée, Sylvain Gendreau, explique que l’orientation donnée è l’institution, soit l’histoire et l’art populaire, tire son origine d’une collection plus de 4 000 artéfacts liés à l'ethnohistoire de la région, acquis au fil des ans. Meubles et accessoires de maison, jouets et jeux, outils du bois et du textile, et bien sûr, vêtements et linges de maison constituent les principales catégories d'une collection qui se veut le reflet de l'identité charlevoisienne.
Le Musée de Charlevoix peut compter sur de sérieux et importants contributeurs, dont le Casino Loto-Québec, le ministère de la Culture et des Communications, la Ville de la Malbaie, la MRC de Charlevoix-est, divers établissements muséaux et d’économusée de la région, le Domaine Forget et le milieu scolaire régional.

Musée Charlevoix
Sylvain Gendreau appuie son action sur une équipe de sept personnes occupant des fonctions professionnelles, techniques et administratives. Il travaille également avec le conseil d’administration présidé par Me Marie-Christine Dufour. Les expositions présentées au Musée sont diverses, dont une permanente, « Charlevoix raconté », et des expositions temporaires qui varient tout au long de l’année. Un calendrier d’activités pour toute la famille est offert en ligne et permet d’y trouver des éléments d’intérêt en tout temps.
Le patrimoine religieux mis en valeur
Le Musée de Charlevoix s’apprête enfin à acquérir, avec la ville de La Malbaie, l’église plus que centenaire de Pointe-au-Pic, presque voisine du musée. L’église est classée bien culturel à protéger par le ministère de la Culture du Québec.
Le Musée pourrait la doter d’une aire citoyenne, d’un café, d’une salle de spectacle, d’un pavillon muséal et plus encore. Dans le cadre du projet Cité-Mémoires, on devrait y voir des projections sur la façade au cours des prochains mois.
Riopelle 100
L’année Riopelle à La Malbaie
Rappelons aussi que dans le cadre des célébrations des 100 ans de l’artiste Jean-Paul Riopelle, le Musée tiendra une exposition « Riopelle et l’art populaire » dès le 16 juin prochain et ce, jusqu’en février 2024. Elle a été imaginée par Yseult Riopelle, commissaire invitée, qui la dédie à son père en rendant hommage à son attrait pour l’art populaire.
La chasse, la pêche et la nature ont inspiré à Riopelle des œuvres issues d’objets qu’il trouve ou dérobe, et dont il détourne le sens. L’exposition met en scène ses espaces d’attache, dans l’estuaire du Saint-Laurent, et les créatures vivantes ayant inspiré sa production des années 1980. L’exposition fait un lien avec la collection d’art populaire du Musée de Charlevoix, une forme d’expression particulièrement appréciée de l’artiste.

Riopelle 100
On constate donc que ce ne sont pas les idées et les projets qui manquent afin de rassembler les citoyens et leur permettre de se reconnaître, d’échanger et de partager leur culture et leur histoire. Finalement, le Musée numérique et le Musée sur la route complètent l’offre muséale et font découvrir la richesse culturelle et sociale de Charlevoix à l’extérieur de ses frontières.
Musée de Charlevoix
museedecharlevoix.qc.ca
10 chemin du Havre
La Malbaie (Québec) G5A 2Y8
(418) 665-4411

Construite au début du 20e siècle et ayant appartenu à la famille Binsse, de riches villégiateurs des États-Unis à partir de 1950, cette vénérable demeure située sur le chemin des Falaises, porte bien son nom d’Auberge sur la Côte. Trônant sur un vaste terrain qui donne vue sur le Fleuve, dans la baie de Murray (comme on appelait autrefois ce secteur), l’immeuble principal a été construit avec beaucoup de cachet et un mélange de styles qui lui procure un charme certain.

Auberge sur la Côte
Au rez-de-chaussée, on y trouve un grand salon dominé par un superbe foyer de pierres. Tout à côté, on peut profiter de la verrière ou de la terrasse avec leur vue imprenable sur la baie. À l’autre bout, une salle à manger dominée par une vaste table de bois devant le foyer. Puis au fond, voisinant la cuisine, une salle destinée aux petits déjeuners des clients.

Auberge sur la Côte
On y compte 11 chambres, avec chacune leur décor et leur cachet personnel. Il n’y a ni climatisation ni téléviseur. La direction de l’auberge mise sur la contemplation du fleuve ou du feu de foyer, alors que les températures descendent assez bas le soir pour dormir confortablement avec les fenêtres ouvertes. En d’autres cas, des ventilateurs sont offerts dans les chambres.

Auberge sur la Côte
Il y a aussi un chalet voisin pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes, comportant une cuisine bien équipée, un salon avec petit foyer et 3 chambres avec lits doubles ou queen. L’idéal pour une famille autonome qui veut profiter d’un séjour charmant et agréable.
Un vaste stationnement et un grand terrain aménagé et paysagé, incluant une terrasse en été, complètent le décor.

Auberge sur la Côte
L’aubergiste actuelle, Lise Gagné, en est devenue propriétaire en 2018. Autrefois dans une carrière de consultante en ressources humaines, elle se voyait dans un changement important. L’opportunité de l’auberge est arrivée et son âme d’entrepreneure a décidé de s’y lancer. Elle se considère comme une personne de défis et celui-ci en fut un de taille, surtout avec l’arrivée de la pandémie. Comme la plupart des autres entreprises du secteur touristique, entre autres, ce fut une période difficile qui a demandé des ajustements et une gestion rigoureuse.
Aujourd’hui, même si les contrecoups de la COVID sont encore présents, Lise Gagné est fière de sa décision et elle compte sur la localisation exceptionnelle de l’auberge et son accueil chaleureux, en plus du calme et de la simplicité des lieux pour satisfaire encore longtemps sa clientèle.

Auberge sur la Côte
L’Auberge sur la côte est ouverte toute l’année. On n’y sert plus de repas comme autrefois, mais les petits déjeuners santé sont remarquables, offrant des produits locaux et du terroir.


Auberge sur la côte
aubergesurlacote.com
205, Chemin des Falaises
La Malbaie, Qc G5A 3C9
418 202-9881

Qu’on se le dise : la première édition de l’événement Fierté Charlevoix, qui se tiendra du 19 au 25 mai à divers endroits de la région de Charlevoix, dont La Malbaie et Baie-Saint-Paul, aura de quoi satisfaire les gens qui se rendront participer à l’une ou l’autres des nombreuses activités au programme.
En dévoilant la programmation lors d’une conférence de presse le jeudi 20 avril au Musée de Charlevoix à La Malbaie, la coordonnatrice du comité organisateur, Caroline Dufour, n’a pas manqué de souligner la contribution et la collaboration exceptionnelles de nombreux partenaires du milieu, dont le monde municipal. Plusieurs maires et représentants de conseils municipaux de Charlevoix étaient d’ailleurs présents à cette occasion.

Fierté Charlevoix lancement

C’est d’ailleurs par le lever du drapeau de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres devant les hôtels de ville que cette semaine prendra son envol dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le 17 mai. La population sera invitée à y assister. L’horaire de ces levées de drapeau se trouve sur le site web de Fierté Charlevoix.

Jean-François Quesnel Hosanna
La programmation propose une diversité d’activités dont des conférences, des spectacles d’artistes de drag (au Musée d’art contemporain et au Casino), du théâtre avec Hosanna de Michel Tremblay, un brunch au Casino de Charlevoix, un marché communautaire, une activité sur la ferme avec Fierté Agricole, une exposition photographique au Musée de Charlevoix, etc.

Musée Charlevoix concours
Il y aura également des activités de sensibilisation dans 13 écoles grâce à la participation de GRIS-Québec et le soutien de Gris-Chaudière-Appalaches et Gris-Montréal. On tiendra des discussions permettant de démystifier la diversité sexuelle et la pluralité des genres auprès des jeunes du secondaire. L’organisme propose plusieurs services, dont une ligne d’écoute et des accompagnements en groupe pour les parents.
Fierté Charlevoix s’est associé des figures bien connues de la communauté, dont la porte-parole Gabrielle Boulianne-Tremblay, actrice et autrice originaire de Saint-Siméon, et l’artiste drag Océane Aqua-Black, (alias Thierry Simard, un Baie-Saint-Paulois), que plusieurs ont découvert au concours Canada Drag Race l’an dernier, pour ratisser large auprès du public. « L’idée c’est que tous puissent ouvrir leurs horizons et s’amuser », explique Caroline Dufour.

Gabrielle Boulianne-Tremblay
La porte-parole présentera deux conférences durant cette semaine, dont l’une aborde les thèmes de la résilience et de son parcours inusité en tant que femme trans artiste pluridisciplinaire.
Le comité organisateur de Fierté Charlevoix est convaincu que cette programmation saura satisfaire les personnes intéressées et préoccupées par les questions reliées à la communauté LGBTQ. Les gens sont invités à consulter le site web pour plus de détails.

Fierté Charlevoix
fiertecharlevoix.com
Caroline Dufour, coordonnatrice

Fierté Charlevoix lancement

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives