Actualités

La Côte-Nord, aux portes de la forêt boréale, se distingue par la culture des petits fruits, en particulier la canneberge, la chicouté, le bleuet, la graine rouge, la baie d’argousier, la camerise et la camarine noire. Mais la pêche et les produits marins sont le créneau d’excellence de la vaste région côtière. Les pêcheurs rapportent des eaux de l’estuaire du crabe des neiges et des crevettes, mais aussi des espèces moins connues, comme la mactre de Stimpson et le pétoncle de la Minganie.

La Haute-Côte-Nord, et tout particulièrement le pôle plus touristique qui va de Tadoussac aux Escoumins, compte parmi les meilleures tables de la Côte-Nord. Et bien évidemment, Tadoussac, la première destination touristique de la région en compte plusieurs.

Pour relaxer en terrasse, le Café Bohême dans l'ancien magasin général de Tadoussac au cœur du village offre une cuisine bistro avec pizzas fines, poissons fumés, pâtes fraîches, salades, canard confit, burgers gourmets, et des déjeuners tardifs.

À quelques pas, le restaurant Chez Mathilde est réputé la meilleure table de Tadoussac. Le chef Jean-Sébastien Sicard valorise les produits de la région, autant ceux de la mer que de la terre grâce à ses partenaires éleveurs et cueilleurs. Le décor est soigné et chaleureux, et des musiciens jouent du jazz tous les soirs.

Sur la même rue, à La Galouïne, le chef Martin Brisson propose une cuisine contemporaine où les saveurs du Saint-Laurent sont à l’honneur, aux côtés de celles du terroir boréal, typiques de ce coin de pays. L’auberge offre des forfaits comprenant hébergement et souper gastronomique.

Pour un bon café avec viennoiserie ou pour goûter au meilleur pain frais de la région, la boulangerie À l’emportée vaut le détour. Il n’y a qu’une table dans la boulangerie, mais en belle saison vous pouvez utiliser la terrasse ou apporter leurs produits frais du jour.

À Grandes-Bergeronnes, l’Auberge Rosepierre offre outre l’hébergement une cuisine européenne maison à l’année longue sur réservation. Discrètement sur la route 138, le restaurant du Boisé est réputé pour ses fruits de mer et un service chaleureux.

Aux Escoumins, la poissonnerie Manicouagan propose les meilleurs produits de la mer et des plats cuisinés pour emporter. Mais on peut aussi déguster sur place un délicieux repas où les recettes mettent en valeur les produits locaux dans la salle à manger de 102 places ou prendre l’air du large sur la terrasse. La chaudrée de mactres de Stimpson est une spécialité maison.

Le Café-bar Kiboikoi est venu s’ajouter en 2016 à l’offre touristique en combinant excellents cafés, sandwichs, salades, pâtisseries et bières de microbrasserie à une programmation culturelle qui anime les nuits des Escoumins.

À moins de 75 km de Gaspé, Percé est certainement la destination touristique par excellence de la Gaspésie. Du pic de l’aurore ou au détour de la Côte surprise, c’est un site d’une beauté exceptionnelle reconnu internationalement.  Le site naturel est enchanteur avec son célèbre Rocher Percé qui avait déjà été décrit et cartographié par Samuel de Champlain en 1603, et l’Ile Bonaventure, ce sanctuaire d’oiseaux juste en face, de l’autre côté de la baie.

Percé donne accès au Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé , refuge d'une colonie de fous de Bassan accueillant plus de 120 000 de ces oiseaux du mois d'avril au mois d'octobre, faisant de cette colonie la plus importante au monde, en plus d'être facile d'accès.

Au coeur de Percé, le nouveau Géoparc offre aux amateurs de géologie, d'aventures et d'émotions fortes une occasion unique de remonter le temps de 500 millions d'années. Sous le signe de la nouveauté et du plaisir, facilement accessible, c’est l’endroit pour se divertir au coeur des beautés exceptionnelles qu'offre Percé et tomber sous le charme de secrets méconnus. Fin août, Percé convie les cinéphiles aux Percéïdes, un festival international de cinéma d’auteur et d’art.

Percé compte d’excellentes tables et plusieurs établissements homosympas, du gite à l’hôtel. C’est un arrêt incontournable lors d’un voyage en Gaspésie. La boutique Wazo, dont les créations ont suivi Guy Laliberté lors de son voyage dans l’espace, maintenant relocalisée rue De L’Église, offre aux visiteurs des bijoux originaux tous faits avec des pierres de la Gaspésie.

C’est au Coin-du-Banc, huit km au nord du cœur de Percé, que se trouve la plus belle plage de la région. La plage du Coin-du-Banc s’étend sur plusieurs km et les eaux peuvent y prendre une couleur turquoise qui tranche avec le bleu de la mer au loin. On y contemple le Rocher Percé, l’Anse de Canne-de-Roches et ses falaises rouges et grises. Au bout de la plage, on pratique le naturisme depuis des décennies. Cette plage incite à la promenade  à la recherche d’agates et les levers de soleil et de lune y sont exceptionnels.

C’est aussi au Coin-du-Banc que se trouve la rivière du Portage, qu’on appelle ici la rivière aux Émeraudes. Ce site magnifique constitue l’un des points de départ du sentier des Rivières qui s’étend sur 27 kilomètres à travers la forêt jusqu’à L’Anse-à-Beaufils au sud de Percé. On pourra admirer sa chute et s’y baigner. On l’appelle rivière aux émeraudes à cause de la profondeur des eaux et de la couleur des pierres au fond qui lui donne une apparence verte.

Côté culturel, il ne faut pas manquer de visiter au sud de Percé l'ancienne usine de transformation de poissons, la Vieille Usine de l'Anse-à-Beaufils, devenue depuis des années le carrefour culturel de la région avec ses salles de spectacles et son bar et bistro sur le quai. À proximité, le Magasin historique fait revivre l’époque du magasin général, tenu souvent dans cette région par des jersiais. De l’autre côté de l’anse, juste en face de la Vieille Usine, s’est installée la Microbrasserie Pit Caribou où vous pourrez découvrir les bières locales tout en profitant de la terrasse sur l’eau.

À quelques km au sud de l’Anse à Beaufils, la plage de Cap d'Espoir est facile d'accès à partir de la route 132 et très populaire auprès des visiteurs et des gens de la région.

Chicoutimi est l'un des trois arrondissements de la ville de Saguenay, au centre géographique de son vaste territoire. C’est le plus urbanisé des trois arrondissements et le siège des principales institutions publiques dont l’Université du Québec et l’Hôtel de ville de Saguenay. En langue innue eshko-timiou signifie « jusqu'où c'est profond ». Le vocable autochtone, considéré comme descriptif, désignait déjà un lieu géographique avant toutes tentatives d'établissement. L'endroit constituait, ce qu'il est convenu d'appeler, « la tête de la navigation en eau profonde » sur le Saguenay.

Si chacun des trois arrondissements a son propre centre-ville, le centre-ville de Chicoutimi, autour de la rue Racine, est le plus ancien et le plus urbain. Comme dans tant de petites villes du Québec, la plupart des commerces de détail ont déserté le centre-ville et se sont installé dans les centres commerciaux près des quartiers résidentiels, et les restaurants et bars ont remplacé les anciens commerces sur la rue Racine qui est maintenant le premier pôle de sorties de Chicoutimi.

La ville de Saguenay ne compte plus pour le moment de bar gai depuis la fermeture du Tunnel. Autour de la rue Racine, on trouve parmi les meilleures tables de la ville et plusieurs établissements homosympas. L’Auberge Racine dans l’historique Maison Bossé est une adresse homosympa qu’il vaut la peine de visiter. En août, la rue Racine accueille le Festival des Rythmes du Monde, un festival de musique du monde où les artistes se produisent sur les scènes dressées aux deux bouts du tronçon central de la rue commerciale.

À proximité, le musée de la Petite Maison Blanche raconte l’histoire du déluge du Saguenay, une catastrophe naturelle survenue en 1996 et à laquelle cette résidence de 125 ans a survécu alors que le terrain autour d’elle était emporté par les eaux.

La Pulperie de Chicoutimi est un vaste complexe d’animation culturelle et touristique destiné à la préservation et la mise en valeur du patrimoine du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Situés aux abords de la rivière Chicoutimi, les bâtiments qui composent cet ensemble touristique appartenaient autrefois à la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi, qui transformait mécaniquement le bois en pâte à papier pour répondre à la demande des marchés européens jusqu’en 1930.

La rivière Saguenay tire sa source dans le lac Saint-Jean, le troisième plus grand lac du Québec avec une superficie de plus de 1000 km carrés. Alimenté par plusieurs bassins hydrographiques dont ceux des rivières Péribonka, Ashuapmushuan et Métabetchouane, cette véritable mer intérieure est fort appréciée par les touristes qui ne peuvent se résigner aux eaux froides de l’estuaire.

Après la dernière glaciation, la fonte des glaciers a provoqué l'apparition d'une vaste étendue d'eau appelée la mer de Laflamme connectée directement au  Saint-Laurent. Au fil du temps, les eaux se sont retirées pour former le lac que l'on connaît aujourd'hui. Nommé Pékuakami (qui signifie le lac plat en langue innue) par la nation des Porc-Épic qui habitait ses rives, le lac Saint-Jean fascine par la beauté de ses paysages. Des montagnes du Saguenay, on passe ici aux plaines très largement agricoles des terres basses de l’ancienne mer de Laflamme.

Chaque année, les plages et les campings autour du lac Saint-Jean accueillent des milliers de campeurs et de baigneurs pendant la saison estivale. Le plan d'eau se transforme alors en une véritable station balnéaire avec des eaux pouvant atteindre une température de 25 degrés Celsius durant les chaudes journées de l'été.

Au mois d’août, ne manquez pas de vous régaler des bleuets, ces myrtilles du Québec qui ont fait la renommée de la région et qui ont donné aux habitants le surnom affectueux de beluets. Amateurs de vélotourisme, la Véloroute des bleuets vous permet de faire le tour du Lac et comme elle a 256 km… de vous reposer dans ses gites hospitaliers tout en savourant les produits du terroir.

Pour découvrir l’univers culturel de la Gaspésie, il faut plonger dans l’œuvre de Sylvain Rivière, Poète, auteur de chansons, dramaturge et aussi excellent conteur, l’auteur originaire de Carleton-sur-mer célébrait en 2016 ses trente-cinq ans de carrière. Entre "De saumure et d’eau douce" paru en 1981 et "Carnets de la Gaspésie" en 2016, il a porté sa plume à quelque 75 ouvrages. Son premier opus a été réédité en 2016 pour souligner cet anniversaire et deux autres doivent être réédités en 2017 en plus de nouvelles publications.

Sylvain Rivière est de ces auteurs qui trouvent l’inspiration au contact des gens. « Je m’inspire de la tradition orale, des gens, des rencontres, des perceptions, du vécu. Ce sont des moments d’humanité qu’il faut recevoir, digérer, et tant mieux si on peut leur donner une deuxième vie », racontait-il à un journaliste l’an dernier.

En 1981, alors que débute sa carrière, il déménage aux Îles-de-la-Madeleine, qu'il affectionne tout particulièrement. Il y fonde en 1989, le Théâtre de la Parlure où il présente plusieurs de ses productions. En 1990, il  remporte le Prix Jovette-Bernier et le Prix Mérite culturel gaspésien. Il obtient également le Prix France-Acadie en 1994 avec son roman La Belle Embarquée. En 1996, son apport culturel est de nouveau récompensé, cette fois par le Prix Rosaire-Vigneault. Il reçoit le Prix Arthur Buies pour l'ensemble de son oeuvre en 1998.

Depuis quelques années, il est de retour en Gaspésie après avoir parcouru le monde pendant quarante ans et il vous accueille chaque été à son gite poétique La Lavandésie à Maria, tout près de Carleton-sur-mer où il est né. Mais il ne faut pas trop tarder car dès que la saison touristique tire à sa fin, Sylvain Rivière a le pied marin et il repart rapidement vers de nouveaux horizons

La rue Racine au cœur du centre-ville de Chicoutimi est une destination de prédilection si on veut bien manger à Saguenay. Plusieurs bonnes tables ont élu domicile sur cette ancienne rue commerciale dans une atmosphère toute urbaine où les terrasses se dressent sur les trottoirs  l’été.

Depuis 1994, le restaurant La Cuisine, un incontournable, s’enorgueillit d’une longue tradition de cuisine française à la fois authentique et créative. La Cuisine expérimente une gastronomie fine, nutritive et audacieuse, une variété de mets haut de gamme inspirée des dernières tendances culinaires rencontrées à travers le monde.

Non loin, le Bistro D, un petit resto style bistro offre un menu du terroir dans une ambiance chaleureuse  avec une cuisine distinctive et sans prétention. En s’attablant au comptoir, vous pourrez observer les chef et sous-chef travailler avec minutie et passion. Ils apportent des touches créatives en réinventant des classiques ou en fusionnant des inspirations asiatiques à la tradition française et québécoise.

Tout près, La Parizza marie pizzeria et bistro parisien offrant une expérience jazzy dans un contexte moderne. On s’y attable pour ses pizzas gastronomiques et son menu de bistro français typique avec bar à espresso et bar à vin avec une belle sélection d’importations privées.

À quelques portes, le Papy Resto Pub, avec sa cuisine à aire ouverte, fait profiter les amateurs de viande de l’arôme invitant de son grill. Sa spécialité, le steakhouse sur charbon de bois d’érable, a fait sa renommée. Ce procédé ajoute une saveur unique aux viandes de qualité.

À l’extrêmité est de la rue Racine, juste devant la cathédrale, La tour à bières logée dans une superbe maison ancienne offre ses bières de microbrasserie produites sur place et un menu de style pub en accompagnement. Les forfaits dégustation de bière sont populaires.

De passage à Sainte-Anne-des-Monts, il ne faut pas manquer de faire un arrêt au bistro La Broue dans l’Toupet. Le menu est ouvert sur les tendances culinaires du monde, mais bien ancré dans le terroir gaspésien. Le modeste bistro urbain ouvert par le chef Daniel Gasse originellement à Mont-Louis s’est établi à Sainte-Anne-des-Monts en 2015 alors qu’il revampait un ancien motel pour en faire le seul hôtel 4 étoiles de la région, Hôtel & Cie.

Si vous souhaitez plutôt dîner avec vue sur mer, le pub Chez Bass sur la 1ère avenue est un incontournable. Chez Bass propose une cuisine bistro inspirée du terroir gaspésien avec grillades et fruits de mer et une belle sélection de bières locales. L’été, sa terrasse permet de profiter pleinement du bord de mer et de l’animation urbaine.

Si vous préférez une cuisine gastronomique dans une atmosphère feutrée et une vue époustouflante sur la ville et la mer, allez faire un tour à l’Auberge Château Lamontagne. Dans cette superbe résidence bourgeoise du XIXe siècle, le chef Jérôme Paquet propose un menu évolutif avec poissons et fruits de mer, boeuf, agneau et foie gras. L’été, sa vaste terrasse fleurie saura vous ravir.

En vous promenant au cœur de la ville, découvrez les chocolats fins de Couleur Chocolat faits avec passion, des chocolats faits maison aux algues, caramel maison, truffes ou aux saveurs forestières de la Gaspésie. Ou allez prendre un verre au bar de l’ancienne Poste à la Seigneurie des Monts.

Plus vous poursuivrez votre route vers l’est, plus la montagne se rapprochera de la côte et vous découvrirez les paysages uniques de la Gaspésie entre mer et montagne. Sur 150 km, les quelques villes et villages de cette région peu peuplée sont blottis au fond des baies.

Passé Matane, la Haute-Gaspésie est le pays par excellence des éoliennes qui se dressent sur les montagnes. À Cap-Chat, Éole Cap-chat vous fait découvrir cette industrie verte en plein essor dans la région. À quelques km, Ste-Anne-des-monts est la principale ville de la région et le principal pôle de sorties. À proximité, il faut visiter la mine d’agates du mont Lyall. Sainte-Anne-des-Monts et Cap-Chat, deux villes voisines qui regroupent à elles seules les trois quarts des habitants de la Haute-Gaspésie, comptent plusieurs adresses homosympas.

En Haute-Gaspésie,  ce contact mer et montagne a fait de Mont-Saint-Pierre la capitale du vol libre, et des ailes multicolores viennent habiller son ciel durant l’été. En juillet, la Fête du Vol libre se veut une rencontre internationale de pilotes de deltaplane et de parapente.

De Sainte-Anne-des-Monts ou de Mont-Saint-pierre, vous pouvez accéder au parc national de la Gaspésie. Haut lieu de la randonnée pédestre, ce parc donne accès à un environnement montagnard exceptionnel. Parmi les monts qui traversent le parc, se trouve le mont Jacques-Cartier, le deuxième plus haut sommet du Québec. L'altitude de ces montagnes influence profondément le climat qui modèle tout le paysage et crée une diversité d'espèces unique au Québec et même au monde. Plantes arctiques-alpines et paysages de toundra constituent l'habitat d'un troupeau de caribous des bois, derniers représentants de cette espèce au sud du Saint-Laurent.

En poursuivant la route au-delà de Métis-sur-mer, on entre dans la Matanie par les jolis villages de Baie-des-sables et de Saint-Ulric.

Le village de Baie-des-Sables est reconnu  pour son patrimoine architectural : les jolies maisons, le quai, l’ancien moulin (1838), le presbytère (1864) et l’imposant clocher de son église, laquelle est ouverte au public pendant la période estivale pour visite et exposition d’artisanat local.

En passant par Baie-des-Sables, arrêtez-vous à l’Atelier Bertrand où l’artiste  vous invite à son atelier-boutique pour découvrir ses créations réalisées à partir de bois flotté (aussi appelé bois de mer ou bois de grève) et d'autres matériaux déposés par les marées sur la grève de Baie-des-Sables.  Ces créations écoresponsables sont réalisées à partir de ressources locales, qui se renouvellent continuellement, jour après jour, saison après saison, à deux pas de l’atelier.

Le village voisin de Saint-Ulric est riche aussi en patrimoine bâti et historique. L’église dont la construction de style néoclassique remonte à 1878, est l’une des plus intéressantes sur le plan architectural dans l’est du Québec.  Mais sa principale attraction, c’est sans contredit le vignoble Carpinteri avec sa villa toscane au beau milieu de la Gaspésie.

Les familles homoparentales trouveront un accueil et un environnement chaleureux au Gite Confort et Chocolat au cœur du village. Ce gite offre des suites bien adaptées aux familles avec enfants qui raffoleront de la chocolaterie et de la crèmerie attenantes pendant que les parents siroteront un café.  Le Gite est voisin du charmant Parc des Rives où les enfants pourront s’amuser tout près de la plage. Au confluent de la rivière Blanche et de la mer, de chaque côté du pont qui enjambe la rivière, deux haltes proposent de très beaux accès publics à la plage.

Avec ses 7,000 habitants, la ville de Sainte-Anne-des-Monts regroupe la majorité de la population de la Haute-Gaspésie. Dès la fin du XVIIe siècle, on y concède une seigneurie avec l’objectif d’y établir un poste de pêche permanent. C’est cette industrie qui permettra l’établissement d’un village permanent. Les premiers Annemontois s'y installent en effet en 1815 principalement attirés par la pêche. Aujourd’hui largement une ville de services et récréo-touristique, la ville a gardé ce cachet propre aux villages de pêcheur.

Sur le quai au cœur du front de mer, le Musée-aquarium Exploramer est le principal attrait touristique de la ville. Ce musée est un complexe d'activités centré sur le milieu marin et les écosystèmes du Saint-Laurent, où l'on retrouve un aquarium présentant vingt-et-un bassins de poissons et d'organismes marins, des expositions thématiques sur la mer, des excursions en mer et plusieurs événements culturels. Le quai abrite aussi un port de plaisance.

À proximité, la 1ère avenue qui suit le front de mer compte plusieurs belles auberges et restos homosympas souvent logés dans des bâtiments historiques comme le Château Lamontagne qui domine la baie ou l’Auberge La Seigneurie des Monts dont la partie ancienne date de 1790. L’été, les terrasses des auberges et restos de la 1ère avenue permettent de casser la croûte ou de prendre un verre en bord de mer.

À Sainte-Anne-des-Monts, on peut emprunter la route 299 communément appelée la Route du Parc, qui relie Sainte-Anne-des-Monts à New Richmond, en traversant complètement la Gaspésie par les terres. La route 299 donne accès au Parc national de la Gaspésie.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives