Actualités

Archive du blog pour mars 2017

Boum Défense à Gaspé

Si vous êtes amateur de plages sablonneuses pour la bronzette ou le naturisme, c’est dans la baie de Gaspé que vous trouverez les plus belles plages de sable de toute la Gaspésie. Comme la baie est orientée vers le golfe, les vagues y sont plus importantes que sur l’estuaire. Dans la baie de Gaspé, trois plages sont à ce titre dignes d’intérêt. De chaque côté de la baie, les plages Haldimand et de Cap-aux-Os sont les plus facilement accessibles.

La Plage Haldimand dans l’ancien village du même nom sur la rive sud de la baie, est la plus longue, la mieux aménagée et la plus fréquentée. Elle est située à 8 km du centre-ville de Gaspé, dans un décor fabuleux, avec le Parc national de Forillon comme toile de fond. Avec son vaste stationnement, son chalet de services avec casse-croûte et douches, c’est la seule des trois à s’adresser à un large public.

Sur la rive nord de la baie, dans le village de Cap-aux-Os enclavé dans le parc national de Forillon, la plage municipale est toute aussi sablonneuse,  mais plus courte et les services sont plus rudimentaires et elle est moins fréquentée.

La plage de Boom Défense est plus difficile d’accès, les véhicules ne pouvant s’approcher à proximité. C’est un long banc de sable à travers la baie et on y a accès par le côté sud. On a alors le choix entre la plage du côté de la ville ou celle du côté du golfe. Mais il n’y a ici aucun service, c’est la plus naturelle des trois plages de la baie. Cette plage possède une très ancienne tradition de naturisme et de nudisme. C’est l’une des sept plages recommandées par la Fédération québécoise de naturisme. Il importe toutefois par les amateurs de trouver la section où celui-ci se pratique.

André Gagnon pianiste

Né à Saint-Pacôme-de-Kamouraska en 1942, le pianiste André Gagnon est certes le plus éminent fils de la région. Véritable prodige, il joue du piano et il compose de courtes pièces dès l'âge de six ans. André Gagnon fait ses débuts en 1958 comme accompagnateur du chansonnier Hervé Brousseau, avec qui il fonde le groupe Les Bozos l'année suivante. Ce groupe comprend aussi Clémence Desrochers, Jean-Pierre Ferland, Claude Léveillée, Jacques Blanchet et Raymond Lévesque. Ensemble, ils donnent plusieurs concerts, avec Gagnon comme pianiste-accompagnateur. Il collaborera pendant plusieurs années avec Claude Léveillée à la fois en concert et sur disque. Il accompagne aussi son amie Renée Claude. En 1968, il connaît son premier grand succès populaire et international avec la pièce Pour les amants.

Parmi ses albums les plus importants, mentionnons Saga, paru en 1974 qui comprend un bel hommage au poète Émile Nelligan ainsi que Il neige sur Kamouraska, et surtout Neiges, enregistré en 1975 sur lequel se retrouve, outre la longue et populaire pièce titre, les succès Ouverture éclair, Wow, Ta samba, Dédéthoven et Flash back. Trois ans plus tard, en 1978, il récidive avec le microsillon Le Saint-Laurent qui connaît un égal succès.

Entre-temps, en 1976, le 45 tours disco Surprise le fait connaître dans toutes les discothèques du monde. Deux albums Imagination  et Surprise  sont alors publiés aux États-Unis et au Royaume-Uni pour satisfaire la demande grandissante dans ces deux pays. Le pianiste fait alors de nombreuses tournées, tant au Canada anglais et à l'étranger qu'au Québec. En 1986, quand il publie l'album Comme dans un film, il devient aussi très populaire en Australie, en Corée du Sud et particulièrement au Japon où il fait un malheur.

En 1990, André Gagnon signe la musique de l'opéra romantique Nelligan sur un livret de Michel Tremblay, pour laquelle il reçoit un Félix pour le meilleur spectacle de l’année.

Ses disques ont remporté les Félix du microsillon instrumental de l'année à dix reprises de 1978 à 2003. Il reçoit aussi un Félix  pour la meilleure trame sonore originale pour Juliette Pomerleau, en 1999, et  un Félix à titre d'artiste québécois le plus célèbre à se distinguer à l'extérieur du Québec, en 1977 et en 1989. André Gagnon a été nommé officier de l’Ordre du Canada en 1978.

EnregistrerEnregistrer

 

La Poune noir et blancIl y aura vint ans cette année que s’éteignait Rose Ouellette, mieux connue et appréciée des Québécois comme La Poune, la reine du burlesque. Née dans le Faubourg Québec en 1903, dans le quartier qui allait devenir le Village, elle a fait les belles heures du Théâtre National, la plus vieille salle de spectacles encore ouverte du quartier, coin Sainte-Catherine et Beaudry. C’est la belle époque du burlesque, avant l’arrivée de la télévision, et La Poune y devient légendaire avec son personnage coiffé d’un chapeau de matelot et sa voix rude qui peut facilement passer pour masculine. C’est le célèbre Olivier Guimond père qui lui apprend son métier et la surnomme très tôt La Poune pour que ça rime avec son propre nom de scène, Ti-Zoune. Ce duo connaît d'énormes succès aussi bien à Montréal qu'à Québec et Ottawa.

C’est ainsi qu’en 1928, Rose Ouellette devient directrice du Théâtre Cartier à St-Henri et forme une troupe de burlesque qui compte dans ses rangs Juliette Pétrie qui sera sa partenaire durant plusieurs décennies. Après huit ans au Théâtre Cartier, Rose Ouellette devient en 1936 directrice du Théâtre National et devient la première femme en Amérique du Nord à avoir dirigé deux théâtres. Elle acquiert un statut de célébrité nationale et remporte d'immenses succès. Pendant 17 ans, la foule se pressera tous les soirs aux portes du National pour entendre La Poune entonner sa chanson-thème C'est d'la faute à poupa et présenter, dans des numéros de comédie et de chant, de nouvelles vedettes, dont Alys Robi qui y fait ses débuts.

Tous les grands acteurs burlesques de cette génération ont joué au Théâtre National dirigé par Rose Ouellette, les Manda Parent, Paul Desmarteaux, Juliette Huot, Olivier Guimond fils, Jacques Normand, Léo Rivest et bien d’autres. Quand la télévision de Radio-Canada entre en ondes, Rose Ouellette quitte le Théâtre National en 1953 pour se joindre à la troupe de Jean Grimaldi pour laquelle elle effectuera, durant quelques saisons, des tournées dans tout le Québec.

Rose Ouellette femme

Il faudra attendre les années 1960 pour que la télévision et le cinéma québécois naissant passent par-dessus leurs préjugés et fassent appel à Rose Ouellette en lui accordant des rôles dans des téléromans ou des films. Elle se produira par la suite pendant vingt ans et demeurera la grande reine du burlesque québécois jusqu'aux derniers moments sur scène au Théâtre de Variétés de Gilles Latulippe pour ne prendre sa retraite qu’à l’âge vénérable de 90 ans, trois ans avant sa mort. Elle sera décorée de l’Ordre national du Québec en 1990.

Après un court mariage duquel naîtra une fille, Rose Ouellette est toujours demeurée discrète sur sa vie sentimentale. Mais plusieurs racontent qu’elle aura été la première lesbienne à faire sa marque dans ce qui est maintenant le Village.

photo_le village

Avec sa vingtaine de bars, pubs, clubs et discothèques, le Village est le principal centre de la vie nocturne gaie au Québec. Certains établissements sont de véritables institutions. Le Complexe Sky avec son pub, son club, sa terrasse sur le toit où on trouve aussi une piscine, est un incontournable depuis vingt ans. Il se dresse dans la même bâtisse que l'ancienne Boîte En-Haut, le premier bar gai du Village, ce qui en fait le plus vieux lieu de rencontres gaies toujours ouvert depuis plus de 40 ans.

Une visite du Village gai ne saurait être complète sans une soirée au Cabaret Mado où règne la célèbre drag queen Mado Lamotte sur une cour de personnificateurs féminins et autres artistes défiant les genres. Vous le trouverez facilement avec le personnage clownesque de Mado sur la devanture.

Le Unity et le Play Montréal sont deux discothèques des plus populaires. Le Stéréo, célèbre afterhours reconnu pour la qualité de son système de son, accueille une clientèle branchée mixte, gaie et hétéro, ce qui témoigne de l'ouverture d'esprit de la métropole. Ces clubs accueillent régulièrement les meilleurs DJs du circuit gai.

Les amateurs d’hommes barbus et poilus, de cuir et de jeans se retrouvent à l'Aigle Noir ou au Stud, alors que les filles se donnent rendez-vous au Cocktail, le vendredi. Pour un verre entre amis dans une atmosphère chaleureuse, le Lounge L’Un & L’Autre, rue Amherst, est fort apprécié.

Le quartier ne manque pas à la réputation de ville ouverte de Montréal avec ses saunas, ses bars de danseurs nus, sans parler des lieux de drague. Les touristes apprécient beaucoup les bars de danseurs nus comme le Stock et le Campus qui dénudent depuis des décennies les plus beaux garçons de la ville. Avec de nombreux hôtels, auberges et gîtes à proximité, il est facile de profiter de sa vie trépidante 24 heures sur 24. Avec sa centaine de cafés et restaurants, les visiteurs trouveront toujours une table et une atmosphère à leur goût. Il est littéralement possible d’y faire le tour du monde dans votre assiette. Pour faire des emplettes, l’homme gai trouvera tout l’essentiel dans les boutiques du Village.

Cidrerie-Boutin

En visite à Saint-Jean-sur-Richelieu, c’est l’occasion d’amorcer votre visite du Circuit du paysan, un circuit d’agrotourisme qui vous permettra de découvrir de chouettes produits du terroir du Haut-Richelieu et du Haut-Saint-Laurent : vignobles, fromageries, pâtisseries et boulangeries ainsi que plusieurs attraits naturels. Dans les limites mêmes de la nouvelle ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, vous pouvez commencer par une visite du vignoble Le Mas des Patriotes dans l’ancien village historique de L’Acadie. Prix Fleur bleue du Musée du Haut-Richelieu pour le patrimoine bâti, ce vignoble offre un cachet unique par la richesse de son histoire et la beauté de son terroir. Les vins déclinés en blanc, rouge et rosé sont offerts en vente et en dégustation dans de magnifiques bâtiments de ferme anciens complètement rénovés.

De l’autre côté du Richelieu, passé Iberville, le mont St-Grégoire comme les collines montérégiennes voisines est planté depuis des siècles de pommiers. La Cidrerie et Verger Léo Boutin fait la transformation de produits à base de pommes. En plus de visiter la boutique et de cueillir vos pommes, vous pouvez aussi profiter de la table gourmande offrant des repas champêtres où la pomme et ses arômes sont à l’honneur. La cidrerie vous offre un bel éventail de cidres mousseux, apéritifs ou digestifs, de cidres fruités et de mistelles qui ont remporté 38 médailles, prix et mentions honorifiques à ce jour.

À flanc de montagne, sur le versant nord du Mont-Saint-Grégoire, le Verger de la Montagne est exploité par une troisième génération de Duchesne. Depuis plus de 75 ans, la superficie du verger s'est grandement accrue passant de 10 à plus de 23 hectares et près de 15,000 pommiers. Les techniques de production ont évolué et la production de pommes au Verger est en continuelle évolution pour vous offrir les deux nouvelles variétés créées par La Pomme de Demain, la Rosinette et la Passionnata. Cette dernière, charnue et savoureuse a la particularité de peu s’oxyder. Idéale pour vos salades de fruits et autres recettes avec des pommes fraîches.

Sainte-Flavie plage

À quelques km de Sainte-Luce-sur-mer et de Rimouski, Sainte-Flavie et la Mitis sont d’un point de touristique considérés comme la porte de la Gaspésie. C’est ici que le visiteur qui souhaite faire le tour de la péninsule gaspésienne en provenance du sud, doit choisir entre la route 132 est ou la 132 ouest, puisque cette route encercle la Gaspésie en longeant ses côtes et complète la boucle à travers la vallée de la Matapédia.

Village agricole à l’origine, Sainte-Flavie offre ce paysage si familier au Bas-Saint-Laurent de rochers en bordure de mer, mais protégeant ici bien souvent des bouts de plage sablonneux. Le village a développé au fil des ans une vocation culturelle, une vocation à laquelle le pionnier qu’est l’artiste peintre et sculpteur Marcel Gagnon n’est pas étranger. Son Centre d’art, avec galerie, boutique, resto et auberge sur mer est au cœur de la Route des Arts qui vous fera découvrir les galeries et ateliers d’artistes du village. C’est derrière ce centre d’art, dans la mer et au gré des marées qu’on peut admirer son Grand Rassemblement, une œuvre d'art grandeur nature regroupant quatre-vingt statues sortant de la mer en une longue procession. À marée basse, ces étranges sculptures surgissent de la mer, et elles s’y enfoncent quand elle remonte,

Au cœur du Village, le Vieux-Presbytère accueille plusieurs expositions d'artistes tout au long de la saison estivale, de même que l'exposition inédite « Contre vents et marées » qui présente les richesses du littoral et l'épisode des grandes-marées du 6 décembre 2010.La Grange à dîme présente la vie agricole du siècle passé, ainsi que le musée de paléontologie.

Le Vieux Moulin, un ancien moulin à farine construit en 1830, est une halte enivrante et un petit bijou de musée. C’est dans ce décor chaleureux que les artisans passionnés de l’Hydromellerie du Vieux Moulin élaborent de fabuleux vins de miel plusieurs fois médaillés d’or, tout en vous conviant à l’étage, au Musée de la Neufve-France qui regorge de trésors patrimoniaux de la Nouvelle-France et d'artefacts exceptionnels des Premières Nations. À la boutique apicole, hydromels mousseux et tranquilles côtoient une vaste gamme de produits fins de la ruche.

Moules frites

Du côté de Sainte-Luce-sur-mer,  le café-bistro de l’Anse-aux-Coques est une véritable institution. Bien situé juste en face de l’Anse aux coques et de sa promenade, on y sert une cuisine du terroir mettant en valeur les spécialités régionales, ainsi qu’un menu végétarien. Si près de la mer et avec un tel nom, on s’imagine bien que les poissons, fruits de mer  sont à l’honneur. On y sert aussi des pâtes actualisées et fines pizzas, des grillades, déjeuners santé, des oeufs bénédictine en terrasse ou dans la superbe salle à manger. On s’y affale volontiers pour voir les visiteurs passer.

Sur un petit cap à côté de l’église et profitant d’une vue remarquable sur l’anse et le village, le Bistro du Nipigon propose comme son nom l’indique un menu bistro où moules & frites, homard, fish & chips, crevettes, pétoncles, côtes levées, filet mignon, salades, pâtes sont à l’honneur.

Le café LeZ Assoiffés de l’Auberge Sainte-Luce offre des déjeuners légers et d’excellents cafés  au rez-de-chaussée de cette auberge centenaire qui offre à l’arrière une large fenestration vers la mer.

ste-luce-sur-mer-couchee-soleil

Juste à l'est de Rimouski, Sainte-Luce-sur-mer est la principale station balnéaire de l’estuaire. Ce joli village est connu pour sa plage, certes la plus belle plage de sable sur la rive sud de l’estuaire, et sa promenade de l’Anse-aux-coques en bordure de mer.  Le fond peu profond de l’anse permet l’été à l’eau de se réchauffer et rend la baignade possible pour les amateurs d’eaux froides. L’endroit est bien connu des gens du Bas-Saint-Laurent, mais méconnu du grand public.

Du Bistro du Nipigon, vous aurez une vue imprenable sur la baie et le proprio, un ex-Montréalais qui a adopté comme plusieurs la région pour ne plus revenir dans la métropole, vous racontera avec plaisir l’histoire du Nipigon, un ancien navire de sa Majesté coulé au large de Sainte-Luce pour le plus grand plaisir des plongeurs. C’est aussi au large de Sainte-Luce, dans le Saint-Laurent que se trouve l'épave de l’Empress of Ireland . Le navire a coulé en seulement 14 minutes, le 28 mai 1914 en faisant plus de mille victimes. L'épave a été classée bien culturel du Québec en 1999. L'église de Sainte-Luce datant de 1841, est un véritable chef-d'œuvre avec ses vitraux, et son architecture remarquable.

À la fin du mois d’août, Les Sculpturales réunit une fois par année quatre sculpteurs professionnels, lesquels produisent de superbes oeuvres monumentales, dans des billes de pin. Les sculptures sont entièrement réalisées en plein-air, le long de la Promenade de l’Anse-aux-Coques. Les visiteurs ont l’opportunité d’admirer sur place l’habileté de chacun des artistes. Les sculptures produites ornent ce charmant village pour le plus grand plaisir des visiteurs.

 Sang Royal

Au centre-ville de Rimouski, vous trouverez plusieurs adresses homosympas. Elle se concentre autour du boulevard Saint-Germain, l’artère du centre-ville autour de laquelle tout se passe. La brasserie artisanale Le Bien et le Malt, sur Belzile, tout près du boulevard Saint-Germain, fut l’une des premières adresses à s’afficher homosympa. Ouverte depuis 2008, Le Bien et le Malt propose neuf bières brassées sur place, en plus d’offrir des hydromels, des cidres, des vins d’importations privées et des scotchs. Au menu, la brasserie vous permet de déguster charcuteries, fromages et poissons fumés issus du savoir-faire local et québécois. Depuis l’automne 2014, directement à la boutique de la brasserie, certaines bières sont disponibles en bouteilles pour emporter.

Tout près, Yin Yan Sushi propose les meilleurs sushis en ville. Quand on est si près de la mer, comment résister à ses nigiri, sashimi, hosomaki, maki, pizzas sushi. Le menu offre aussi des plats thaïlandais, malaisiens et autres classiques d’Orient, du steak de thon, tataki de boeuf, crevettes croustillantes, etc.

Aussi en retrait du boulevard St-Germain, depuis près d’un quart de siècle, la brochetterie Chez Gréco propose une cuisine gourmande d’inspiration méditerranéenne mettant à l’honneur grillades, brochettes, fruits de mer, spécialités grecques et  fondues. Du même propriétaire et à la même adresse, Union Pacific  offre dans un chic rustique une cuisine française contemporaine soigneusement présentée..

Pour prolonger l’expérience maritime jusque dans le café, il faut déguster les cafés du Moussonneur , boulevard Saint-Germain. C'est du café vert trempé dans l'eau de mer aux Îles-de-la-Madeleine. Ce café est ensuite séché au soleil, avant d'être torréfié au fur et à mesure de la demande. Ce café d'exception se retrouve en grande quantité dans les mélanges espressos concoctés par le Moussonneur.

Si vous êtes en visite dans la région avant les fêtes de fin d’année, il ne faut pas manquer le Marché des Saveurs du Bas-Saint-Laurent qui réunit chaque année des dizaines de producteurs artisans de toute la région.

 

12CindySpaJour600X400Essayer de résister au charme de la cour et des jardins, c'est tenter l'impossible. Magnifiquement paysagé et parfaitement entretenu, profitez au parterre de l'ombre des arbres pour prendre le pouls des lieux. Le spa, à proximité; la piscine au sel; le tourbillon... Tout invite aux délices et à la détente.

Stéphane, l'hôte, est aussi serviable qu'accueillant. Inévitablement, il vous fera visiter les lieux qu'il a créés. Volubile, il vous explique le soin qu'il a pris à créer cet univers aussi singulier que lui, le plaisir qu'il prend à partager son petit coin de paradis agréablement privé.

Ne vous étonnez pas de vous faire offrir un massage, puisque l'aubergiste pratique la massothérapie depuis longtemps. Laissez-vous gâter! Massage sur le toit, dans le bain tourbillon ou sur la table, vous vivrez autrement l'expérience pour peu que vous lui fassiez confiance. Osez!

L'auberge est chaleureux. On s'y sent à l'aise, rapidement comme chez soi. Des services sont là pour faciliter votre séjour, comme le réfrigérateur et la machine à glace. Surtout, n'hésitez pas à lâcher votre fou dans la salle de jeux. De grands éclats de rire, c'est aussi ça les escapades!

À l'étage, lorsque vous irez au lit (vibromassant), le sommeil vous gagnera en un rien de temps et au matin, vous n'aurez plus qu'à vous remplir la panse pour conclure votre passage. Inévitablement, vous repartirez avec l'adresse en vous promettant d'y revenir. N'est-ce pas cela l'irrésistible attrait d'un oasis!

3461, avenue des Églises, Charny, Qc, G6X 1W5, 418.832.9292

www.aubergespaetdetentecharny.com

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives