Actualités

Archive du blog pour mars 2017

L'Estérel

À quelques km à l’est de Sainte-Adèle, plus à l’écart de l’autoroute, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson est un havre de paix bien connu depuis des décennies par la communauté gaie. Fondé en 1864 par Édouard Masson, le fils du dernier seigneur de Terrebonne, le village agricole ne prend vraiment un essor touristique que lorsque le baron belge Louis Empain en 1935 achète 17 000 acres de terres autour du Lac Masson pour y construire un hôtel, un centre commercial et un centre sportif. Il donne alors au projet le nom de Domaine d'Estérel.

Interrompu par la Seconde Guerre mondiale, le vaste projet est racheté par un promoteur de l’Abitibi, Fridolin Simard qui y établit une nouvelle municipalité basée sur la villégiature, la Ville d'Estérel, une enclave de Sainte-Marguerite, mais qui obtient un statut de municipalité distincte.

Au cours des années 1960 et 1970, l'Hôtel Estérel devient une destination par excellence et participe grandement à la promotion de la villégiature dans les Laurentides. Le peintre Jean-Paul Riopelle réside alors à l'Estérel et y construit son atelier. La région est une source d'inspiration pour ce dernier avec ses paysages à couper le souffle et ses forêts majestueuses.

Se démarquant par ses résidences de grande recherche architecturale, Ville d'Estérel offre une grande intimité due à une grande végétation et à sa topographie, un endroit rêvé pour y construire son havre de paix et de loisirs, loin des problèmes de la métropole.

C’est aussi à Sainte-Marguerite que le peintre paysagiste Gordon Harrison établit son atelier et son gite où on peut faire des séjours artistiques et participer à des ateliers de peinture.

Hiver comme été, Ste-Marguerite et l’Estérel autour du lac Masson ont beaucoup à offrir aux visiteurs : le ski de fond, la raquette et la motoneige l'hiver alors que l'été invite à parcourir ses terrains de golf, au tennis, à la randonnée et aux sports nautiques.

Les plus intrépides qui n’ont pas peur d’explorer les cascades de la Rivière du Nord, découvriront d’autres beautés en nature. Les cascades sont fréquentées depuis des décennies par les naturistes gais qui y profitent du soleil et de l’eau fraiche l’été venue.

cidrerie_vergers_pedneault

En visite dans l’Isle, il ne faut pas manquer de découvrir les cidres fins et les mistelles des Vergers et Cidrerie Pedneault, une entreprise familiale quasi-centenaire. C’est en effet en 1918, grâce à un octroi gouvernemental, que la famille Pedneault plantait les 300 premiers pommiers et arbres fruitiers sur sa terre ancestrale de l’Isle-aux-Coudres. Depuis cette année-là, bien des étapes et réussites ont ponctué l’histoire de l’entreprise familiale qui n’a cessé de prendre de l’expansion. L’année 1999 a notamment marqué l'histoire de l'entreprise de façon plus significative avec l’apparition d’un cellier, d’une vinaigrerie et d’une cidrerie permettant alors à l’entreprise de mettre en marché de nouveaux produits élaborés sur place tels que le cidre et ses dérivés, les mistelles, , ainsi que le vinaigre. En 2007, l’entreprise remportait fièrement plusieurs prix au Festival de la gastronomie de Québec. On trouve ses produits dans plusieurs points de vente de Charlevoix ainsi que dans les succursales de la SAQ.

Pour goûter les spécialités locales, il faut faire un détour à la Boulangerie Bouchard. Reconnue depuis plus de 70 ans pour ses pains, ses pâtés croches, ses délicieuses brioches et ses incontournables tartes Grand-mère et au sucre, la boulangerie propose également divers pains artisanaux et une sélection de produits maison (pâtés, tourtières, confits, ketchups, rillettes, cretons, sandwichs, pains-pizzas, tartes et pâtisseries) de même que des produits végétariens, des fromages et différents produits de la région.

Perpétuant une tradition millénaire, à l’Isle-aux-Coudres comme dans Charlevoix, c’est dans les auberges qu’on trouve les meilleures tables. À l’Isle, il faut faire un détour à La Roche Pleureuse. Construit en 1930, l'établissement tire son nom d'une source particulière qui, au fil du temps, est devenue légende. La Roche Pleureuse fait partie intégrante du patrimoine insulaire. Sa salle à manger avec sa table gastronomique comblera vos attentes. L’été, la terrasse vous offre une vue plongeante sur le Saint-Laurent.

Chapelle-des-cuthbert

Berthierville à l’est complètement de la région de Lanaudière est le seul point entre Montréal et Trois-Rivières où on peut traverser le Saint-Laurent et gagner la Montérégie en transitant par traversier du village de St-Ignace-de-Loyola vers Sorel-Tracy. Comme pour Sorel-Tracy, le nom de la ville rappelle la mémoire d’un des commandants du Régiment de Carignan-Salières venu en Nouvelle-France en 1665 pour combattre les nations iroquoises alliées des colonies anglaises. Le huguenot Isaac Berthier y prit le nom d’Alexandre Berthier en se convertissant au catholicisme de façon à pouvoir rester dans la colonie où les protestants étaient interdits d’émigration. Après la guerre contre les Iroquois, il se vit concéder deux seigneuries, l’une dans Lanaudière, l’autre du côté de Bellechasse où on trouve encore aujourd’hui le village de Berthier-sur-mer. Sous le régime anglais, James Cuthbert et ses descendants reprendront la seigneurie de Berthier.

Ce riche passé se retrouve dans les maisons opulentes des rues Frontenac et Montcalm ainsi que sur l’ancienne place du marché. Lors de votre passage, il faut visiter la Chapelle des Cuthbert, un bâtiment patrimonial de la dernière famille de seigneurs des lieux. La descente de bateau très populaire donne accès au Saint-Laurent, aux îles de Berthier et au lac Saint-Pierre. À Berthierville, les fans de course automobile quant à eux voudront visiter le musée Gilles-Villeneuve consacré au célèbre pilote québécois de formule 1 décédé tragiquement au volant de sa Ferrari en 1982.

Si Berthierville a pris le nom de son premier seigneur, la municipalité régionale d’Autray dont elle est le chef-lieu porte celui du premier seigneur de Lanaudière, Jean Bourdon D’Autray. Les vieux villages de cette municipalité régionale qui longent la Saint-Laurent se visitent facilement à vélo en empruntant l’historique Chemin du Roy.Gilles Villeneuve

En visite dans D’Autray, les amateurs d’agrotourisme voudront faire un tour du côté de La Courgerie à Sainte-Élisabeth. Produisant des centaines de variétés de courges et autres cucurbitacées de toutes couleurs et de tous formats, les artisans de La Courgerie ont opté pour la cuisine afin de partager leur passion pour leur agriculture. Ces jardiniers gourmands proposent des créations surprenantes, savoureuses et uniques grâce aux parfums particuliers des récoltes de la ferme. De septembre à décembre, à la boutique sur la ferme, vous trouverez de charmants produits régionaux pour compléter vos recettes de saison.

Tout au nord, aux portes de la forêt profonde, Mandeville demeure une porte d’entrée de la réserve faunique Mastigouche. C’est dans cet ancien village forestier qu’on a tourné il y a quelques années, le film Un homme et son péché. Découvrez le nouveau parc régional des chutes du Calvaire ou faites le tour à vélo du lac Maskinongé, par le chemin Lafrenière qui rejoint la route 347. Après, vous aurez bien mérité de vous faire traiter aux petits oignons au Spa Natur’Eau.

CELINE-DION-FEATURECéline Dion est certainement la québécoise la plus connue à travers le monde. La p’tite fille de Charlemagne, petite ville de Lanaudière, a chanté pour la première fois en public ici dans le resto-bar de son père Le Vieux Baril. Sa vie aura été bien différente de la Céline du chanteur français Hugues Aufray à qui elle doit son nom. La cadette de quatorze enfants aura eu la carrière la plus extraordinaire qui soit. Une carrière qui aura débuté par la chanson composée pour elle par sa mère Ce n’était qu’un rêve, mais son rêve de devenir chanteuse s’est réalisé de la manière la plus merveilleuse qui soit. Elle fait aujourd’hui partie avec plus de 230 millions d’albums vendus dans le monde de la courte liste des cinq chanteuses les plus populaires de tous les temps.

Après des débuts plutôt conservateurs avec un premier album intitulé La voix du bon Dieu et comme premier succès la chanson Une colombe interprété au Stade Olympique de Montréal lors de la visite du pape Jean-Paul II, Céline Dion amorce un virage après son premier grand succès Incognito en 1988.

Mais c’est en 1991, il y aura 25 ans cette année, avec son premier grand succès international francophone l’album Dion chante Plamondon qu’elle devient une icône dans la communauté gaie alors qu’elle reprend le succès de Starmania Un garçon pas comme les autres et qu’elle interprète pour la première fois L’amour existe encore en plein épidémie du sida. Elle consolide son rôle d’icône en n’hésitant pas au fil des ans à s’associer à des festivités de la fierté gaie et à sortir de sa réserve sur les enjeux politiques pour se prononcer en faveur du mariage gai et de l’adoption par les couples gais et lesbiens.

Son succès L’amour existe encore prend un sens tout personnel quand elle résonne en 2016 aux funérailles nationales de son mari et gérant René Angélil, décédé du cancer, dans la même église Notre-Dame de Montréal où elle s’était marié vingt-et-un ans plus tôt.

La modeste maison d’enfance de Céline Dion où elle a appris en famille à chanter, au 130, rue Notre-Dame à Charlemagne, qui avait été transformé en commerce avant d’être rachetée par la famille, a fait place en 2015 à une nouvelle bâtisse qui loge notamment la Fondation Maman Dion. En juillet et août 2016, la tournée qui suivra la parution d’un nouvel album francophone l’amènera au Québec pour le plus grand plaisir de ses fans.

Vue-aérienne-plage

Sainte-Agathe-des-Monts avec, en son centre, le bien-nommé Lac des Sables, est depuis un siècle un vaste oasis de santé et haut-lieu de villégiature dans les Laurentides. La ville a su préserver son cachet unique et son architecture qui témoigne de cette histoire. De nombreux attraits et activités vous sont proposés été comme hiver : de magnifiques plages, des croisières sur le lac et des activités nautiques, des spectacles en plein-air au bord de l'eau, un théâtre renommé, un camping reconnu, du ski de fond, des sentiers de raquette et de randonnée pédestre, de l’escalade et des tyroliennes, et aussi du patinage sur le lac. À cette offre, s’ajoutent de charmantes boutiques, des restaurants réputés et une offre d’hébergement des plus diversifiée dont plusieurs sont homosympas.

Fondé en 1849, c’est vraiment avec l’arrivée du premier train en 1892 que le développement touristique du village prend son envol. Sainte-Agathe-des-Monts devient alors la destination favorite des riches hommes d’affaires anglophones de Montréal. Dès 1928, plus de 11 000 y skieurs arrivent par train. C’est de cette époque que date la présence toujours visible de la communauté anglophone. C’est ici que le controversé écrivain anglo-montréalais Mordecaï Richler situe l’action de son célèbre roman L'Apprentissage de Duddy Kravitz.

L’architecture particulière des grandes maisons de Sainte-Agathe-des-Monts, munies de grandes galeries couvertes et de solariums, rappelle l’époque où l’air pur et le soleil attiraient les malades et convalescents atteints de tuberculose, une maladie qui était endémique aux débuts du XXe siècle au Québec.

Le magnifique Lac des Sables dont la magie opère autant que le paysage inspirant qui l’entoure au cœur de la ville, vous offre trois belles plages de sable. La plage Major est la plus grande. La plage Tessier, la deuxième plage en importance, est l’endroit idéal pour se reposer au soleil et profiter de la tranquillité des Laurentides. La plage Sainte-Lucie au cœur de la ville de Sainte-Agathe-des-Monts, sur la rue Larocque, permet aux visiteurs de se rafraîchir tout en profitant des services du centre-ville.

Le Théâtre Le Patriote fondé en 1968 est un lieu mythique de la vie culturelle québécoise qui a vu défiler nos plus grands artistes de la chanson et de la scène de Gilles Vigneault à Pierre Lapointe et Ariane Moffatt.

tyroparc-laurentides-quebec

À Sainte-Agathe, les amateurs de sensations fortes ne manqueront pas de visiter le parc d'aventures en montagne Tyroparc avec ses quatre méga-tyroliennes, sa Via Ferrata, la descente en rappel, la randonnée pédestre et la tyrolienne de nuit. Vous découvrirez le cœur des Laurentides en voltigeant à 115 m du sol et ce, sur une distance de 2,6 km, l'un des parcours aériens les plus hauts au Canada.

À Val-des-Lacs, au nord de Ste-Agathe, le centre Kanatha-Aki invite les amants de la nature à des activités d'hiver et d'été, à l’évasion et à sa découverte dans ce qu'elle a de plus beau et de plus sauvage à vous offrir. Reposant sur la philosophie amérindienne du Kanatha-Aki qui signifie en algonquin gardien de la terre sans frontière, le centre offre divers forfaits personnalisés comprenant la balade, randonnée, excursion ou expédition, le traîneau à chiens, le cheval, la survie en forêt, la pêche toutes saisons, une journée authentique de coureur des bois, la rencontre avec le bison des bois et un site traditionnel amérindien. Les nuitées se passent sous un tipi, un refuge, dans la cabane du trappeur ou en camping sauvage.

La Maison Nesbitt

La ville de Lac Brome, née de la fusion de sept villages dont le plus connu est Knowlton, doit son nom au lac qu’elle entoure. Cette étendue d’eau de 15 km carrés avec ses 20 km de berges est le plus rapproché des grands lacs qui font la plaisir des Montréalais à la recherche de lieux de résidence secondaire dans les Cantons de l’Est. C’est ici que la rivière Yamaska trouve sa source. Ce lac majestueux sait attirer les amateurs de plein air et les sportifs. L’été, il se prête aux joies de la baignade, du pédalo, de la planche à voile et du catamaran. Il sait aussi ravir les amants de la nature avec ses zones écologiques et ses habitats fauniques.

Les Cantons de l’est comptent une foule de villages ravissants dont plusieurs sont marqués pour l’influence de leurs fondateurs loyalistes, ces réfugiés de la Révolution américaine demeurés fidèles à la Couronne britannique qui colonisèrent les premiers la région après 1783. Knowlton, sur le lac Brome, est un de ces pittoresques villages des Cantons de l'Est où la population francophone côtoie les descendants de ces loyaux sujets qu’on appelle les Townshippers. À seulement 100 km de Montréal, Knowlton est reconnu pour ses boutiques et antiquaires bien achalandés, ses restaurants et cafés, ses auberges et gites. Situé sur la Route des Vins qui méandre dans la campagne de Brome-Missisquoi, Knowlton est l'arrêt idéal au début ou à la fin de votre périple pour savourer un bon repas arrosé d'un des vins régionaux dans un des restaurants du village. Le pittoresque village des Cantons de l'Est a été choisi par le magazine L'Actualité comme un des plus beaux villages du Québec. L’élégant village victorien est reconnu pour son héritage loyaliste et la richesse de son patrimoine bâti. L'Auberge Knowlton s'enorgueillit d'ailleurs d'être la plus ancienne auberge toujours en activité des Cantons de l'Est, depuis 1849. Les luxueuses résidences situées au pourtour du lac, le Musée de Brome et le circuit patrimonial rappellent la prospérité d'antan et l'héritage anglophone. Le cœur du village s'illumine tous les mois de décembre pour les Fêtes. Les Printemps meurtriers célébrant la littérature policière animent le village avant la haute saison touristique.

C’est dans ce charmant village que l’écrivaine et comédienne Francine Ruel, bien connue des téléspectateurs québécois, trouve son inspiration pour ses romans. Cela fait maintenant douze ans que l'écrivaine et comédienne habite dans un petit carré vert de Knowlton et qu'elle participe année après année aux Correspondances d'Eastman.

Autour du lac, l'agrotourisme est à l'honneur avec la ferme du célèbre Canard du Lac Brome qui se spécialise dans l’élevage du canard de Pékin, des canards élevés naturellement pour leur viande, et ce, sans gavage. C’est aussi un excellent point de départ pour explorer la route des vins de Brome-Missisquoi avec une visite chez Léon Courville au vignoble du Domaine Les Brome. Ou pour découvrir les nombreux créateurs de saveurs du terroir des alentours. La campagne environnante est riche de pittoresques auberges, fermettes et de petites routes panoramiques qui peuvent être découvertes à vélo.

Le charme victorien de Cowansville

Ville aux quatorze ponts, la ville voisine de Cowansville est la plus importante ville de Brome-Missisquoi. En plus du lac Davignon, en plein cœur de la ville, le quartier historique de Sweetsburg fait le charme de Cowansville grâce à son empreinte loyaliste et à ses magnifiques édifices et résidences cossues de style victorien, qui bordent les rues Principale et du Sud. La Maison Bruck (1875), le circuit d’œuvres murales « Les belles disparues », les nombreux restaurants et le Café de village de la boulangerie artisanale La mie bretonne offrent aux visiteurs un cadre agréable pour flâner et prendre le temps de vivre. La place Nelsonville révèle une vue splendide sur la rivière et, la nuit tombée, on peut y admirer les vestiges éclairés du vieux moulin à farine datant de 1837.

back1

Avec son climat adouci l’hiver quand la masse d’air de l’Atlantique franchit les Appalaches, les Cantons de l’Est comptent plusieurs microclimats qui ont permis l’émergence d’une industrie viticole florissante depuis une trentaine d’années, industrie qui est venue s’ajouter aux vergers et aux cidreries qui sont une tradition aussi ancienne que la Nouvelle-France. Dans Brome-Missisquoi, du Lac Brome jusqu’à Frelighsburg en passant par Dunham , vous trouverez plus de vingt vignobles et un réseau de 140 km, la route des Vins, vous amènera dans sept charmants villages de la région. Vous êtes ici dans la principale région viticole du Québec qui produit à elle seule 60% de toute la production québécoise. Des vins blancs, rouges, rosés, des vins de glaces, fortifiés et tous les autres produits alcoolisés du cidre au gin.

La Route des vins compte plus d’une centaine de partenaires surnommés « les amis de la route des vins ». Vous y trouverez des lieux d’hébergements, des restaurants et de nombreux attraits agrotouristiques, d’arts et de culture et de plein air pour enrichir et compléter votre séjour. Idéal pour faire un pique-nique dans un vignoble agrémenté d’une visite libre ou guidée pour découvrir l’univers viticole ou encore une escapade gourmande pour découvrir les produits du terroir et les bonnes tables de la région. À travers montagnes, collines et vallées, une vingtaine de vignobles vous attendent pour vous faire partager leur amour du bon vin. Certains sont vignerons depuis plus de trente ans alors que d’autres se sont ajoutés tout récemment. Pas un n’est pareil, chacun a sa personnalité propre, mais ce qu’ils ont en commun c’est la passion qui les anime pour fabriquer du bon vin.

Au tout début de ce circuit, à quelques km de l’Autoroute des Cantons de l’Est, le Domaine Les Brome à Lac Brome bénéficie d’un site champêtre exceptionnel avec une vue à couper le souffle, un chai magnifique et moderne. Avec ses 18 hectares de vignes plantées sur des coteaux plongeant vers le Lac Brome, ce vignoble surélevé bénéficie d’un microclimat qui permet de vendanger tard en automne au moment où le raisin atteint une belle maturité. Son sol pauvre, caillouteux, argileux avec un peu de calcaire constitue un terreau fertile et permet le développement de vins typés, expression d’un terroir remarquable.

Le village de Dunham, au cœur de ce circuit regroupe plusieurs vignobles et cidreries dont les doyens, le domaine des Côtes d’Ardoise et le vignoble de l’Orpailleur. Le Domaine des Côtes d'Ardoise, le premier vignoble de la région est un véritable site champêtre. Vous serez charmés par ses jardins, ses bâtiments historiques sans oublier l'exposition des oeuvres d'art. Le vignoble de l’Orpailleur, pionnier lui aussi de son industrie au Québec, a planté ses premières vignes en 1982 dans la belle vallée de Dunham. Il offre aux amateurs de vin une famille de dix vins qui jouissent d’une reconnaissance nationale et internationale grandissante auprès de nombreux experts. Le vignoble compte plus de 140 médailles d’or et d’argent, reçues lors de concours internationaux, un témoignage évoquant bien le soin que le vignoble met à l’élaboration de ses vins.

Juste en face, la cidrerie et vignoble Union libre offre des cidres de feu exquis, produits d’une technique toute différente du cidre de glace. À ses cuvées de cidre de feu, cidre de feu fortifié et cidre de glace, s’ajouteront bientôt ses premiers vins. Un nouveau venu aussi, le Vignoble Centaure vous invite savourer des goûts uniques, un harmonieux mélange de vin traditionnel avec du vin de paille qui est la marque de commerce de la maison. Vous trouverez aussi dans la région le célèbre Domaine Pinnacle dont les cidres de glace, les crèmes et whiskys à l’érable, ainsi que le gin sont réputés.

En auto ou à vélo, vous pouvez découvrir tout sur sa production et découvrir la diversité des produits de notre terroir chez l’un ou plusieurs des 21 vignobles du circuit officiel de la Route des vins.

Restaurant_Le_Cheval_de_jade_petoncles_g

À Tremblant, ce n’est pas le choix qui manque. Au cœur de l’ancien village de Saint-Jovite, sur la rue du même nom, les restos s’ouvrent sur rue avec terrasse dans une atmosphère urbaine. C’est là qu’on trouve L’Arôme, un vrai resto à petit déjeuner style bistro avec cuisine faite maison avec sa propre confiture maison et son jambon cuit à l’érable et bière. Pour dîner, les hamburgers sont tout simplement pour les amoureux de la viande. Un peu plus loin, chez Mille Pâtes, il faut déguster les pâtes fraîches, sauces, lasagnes, ravioli. Tout est fabriqué sur place dans le respect des traditions, avec un zeste de folie. La boutique permet de repartir avec des produits frais ou congelés, lasagne au canard confit ou ravioli aux champignons truffés, sauce alla gigi ou pâtes sans gluten. 

Sur la rue Labelle, en route vers la montagne, la Crêperie Catherine est un incontournable depuis vingt-deux ans. Autrefois sur le site de la station de ski, elle a maintenant élu domicile tout près de la piste du P’tit train du Nord. Les crêpes sont préparées sous vos yeux. La soupe à l’oignon gratinée, les escargots et les salades avec vinaigrette maison et les desserts décadents servis avec sauce chaude de sucre à la crème sont très populaires.

Dans le village de Mont-Tremblant, le Resto-Pub Au Coin de l’Hôtel Mont-Tremblant sait satisfaire tous les appétits : hamburger, steak frites, fish & chips, panini, salade et tapas. En soirée, le restaurant, face au Lac Mercier, propose une table d’hôte aux accents méditerranéens avec pâtes du jour, confit de canard, grillades, steak Angus, poisson du jour.

Du côté de la station de ski, depuis plus de vingt ans, La Savoie propose une authentique expérience savoyarde. Grâce à un savoir-faire très français avec en vedette les meilleures recettes de raclettes et de fondues, vous savourerez un repas typique des Alpes. Juste à côté, la Maison de la Crêpe vous ravira avec ses crêpes fraîches salées, sucrées ou très très sucrées, cuisinées devant vous avec beaucoup de passion, une touche d’amour et plein d’ingrédients frais et de saison. La Maison fabrique son propre nutella, un sucre à la crème aux bananes et un croquant aux arachides savoureux.

Du côté d’Huberdeau, l’Auberge du Lac à la Loutre vous accueille au restaurant Le Poirot avec une cuisine raffinée et évolutive, aux inspirations françaises, régionales ou du terroir, tout en couleurs et saveurs. La carte comprend une sélection de gibiers à saveur maison ainsi que des produits classiques interprétés aux tendances actuelles. Le dessert maison, la dunette à l'érable, est un doux délice que l'on ne trouve nulle part ailleurs, fait avec des produits frais du terroir.

12118757_884811608253688_6326417167727347128_n

À seulement 50 kilomètres de Montréal, aux confins de la Montérégie et des Cantons del’Est, St-Paul-d’Abbotsford offre une occasion de sortie des plus épicurienne. En plus des producteurs de tout type, une virée autour du mont Yamaska vous permet de découvrir quatre vignobles et un large éventail de vins, de cidres et de mistelles.

Sur la 112, le vignoble et cidrerie Côteau St-Paul, sur le versant sud du mont Yamaska, produit un large éventail de vins blancs, rosés et rouges, mais aussi des vins fortifiés de type porto. Les Sao Paulo vous feront craquer et la mistelle de cerise se laisse savourer. Les vins de glace rouges ou blancs sont sucrés légèrement, bien sirupeux. Vous les découvrirez dans la boutique au décor médiéval. À partir de la mi-août, vous pouvez y faire l’auto-cueillette de raisin de table, une expérience assez unique au Québec.

Un peu plus loin en empruntant le Grand Rang Saint-Charles, le Domaine Le Grand Saint-Charles, vignoble et cidrerie bénéficie non seulement de la protection naturelle de la montagne contre les vents froids hivernaux, mais aussi des particularités des sols sablonneux et graveleux de la base des Montérégiennes, amenant ainsi un drainage naturel propice à la culture des vignes et des pommiers. Avec les cépages St-Pépin, Frontenac gris et Vidal, le Domaine s’oriente naturellement vers la production de vins blancs de grande qualité en respectant et en utilisant les particularités du climat québécois, ainsi que de cidres fins.

En faisant le tour de la montagne, vous reviendrez par le Rang de la Montagne et vous vous arrêterez aux Artisans du Terroir, vignoble et confiturerie. La boutique, la terrasse avec vue sur le vignoble vous invitent à déguster ses vins blanc, rouge , rosé, apéritif, de glace et d’hiver au chocolat et ses cidres de glace bien sûr, mais aussi ses confitures aussi surprenantes que variées, des compotes, des pommettes dans le sirop ou des rondelles de pommes séchées. Les becs sucrés ne sauront résister aux tartes ni aux gaufres, encore moins à la belle sélection de chocolats pour rehausser les saveurs de leur expérience.

Plus loin sur le rang, en terminant par Les Petits Cailloux, profitez-en pour vous offrir un pique-nique avec vue imprenable qu’offre ce vignoble à flanc de montagne. Les entrelacs à perte de vue sillonnent le terrain pentu pour ouvrir sur la plaine à l’horizon. Un jardin d’eau, fleuri et cerné de grosses pierres, accueille un jet d’eau qui descend en cascade à côté des tables de pique-nique. Il est possible de se procurer sur place fromages et charcuteries pour accompagner la dégustation des vins blanc, rosé, rouge, de glace ou fortifié. Un coup de cœur, le Sirroco, un vin fortifié de style porto aromatisé à l’érable.

PIC-gazebo-spring

À proximité de Sherbrooke et Magog, il est considéré comme l'un des dix plus beaux lacs du Québec. C’est un joyau de la région. Le lac Massawippi qui signifie en abénaquis « le grand lac profond » a une superficie de 18,7 km carré et un périmètre de 38 km. C'est un paradis pour la pêche sportive. Salmonidés, achigans, perchaudes et brochets y abondent. À l'automne, en octobre et novembre, le lac est une halte incontournable pour des milliers d'oiseaux migrateurs : outardes, oies blanches, grands hérons et canards peuvent y être observés. Les boisés qui l'entourent regorgent de cerfs de Virginie, d'orignaux, de dindons sauvages et de castors. Avec un peu de chance on peut même y observer des tortues géantes.

Reconnu comme l’un des plus beaux villages du Québec, North Hatley a été fondé en 1897. À la pointe nord du lac Massawippi, le village s'est développé comme un amphithéâtre naturel qu’on a voulu protéger en décrétant une partie du village « Site du patrimoine » en 1986. Le charme des lieux a attiré, dès la fin du XIXe siècle, de riches touristes américains qui en ont fait un haut-lieu de la villégiature québécoise. Avec les années, plusieurs résidences, somptueuses et centenaires, se sont transformés pour devenir de charmantes auberges, des gîtes touristiques, des galeries d’art ou des boutiques. Plusieurs restaurants vous mettent l'eau à la bouche dont la table réputée du Manoir Hovey Relais & Châteaux. Les activités en plein air ne sont pas en reste avec la piste cyclable qui arrive au cœur du village près du parc Dreamland, propice à la farniente et aux concerts improvisés, et le centre d'équitation à la sortie du village.

À l’autre bout du lac, le toponyme d’Ayer’s Cliff rappelle la falaise qui domine la rive sud du lac Massawippi. Dès la fin du XVIIIe siècle, un petit hôtel de diligences accueillait les voyageurs en provenance des États-Unis. Cette tradition d'hospitalité se poursuit encore aujourd'hui grâce aux lieux d'hébergement touristique aux abords du lac. Étape du Chemin des Cantons, Ayer's Cliff a conservé son lustre anglo-saxon grâce à ses résidences d'antan, à son charmant kiosque de musique et au site de l'exposition où se tient un marché public tous les samedis d'été. La piste cyclable Sentier nature Tomifobia longe la rivière du même nom jusqu'à Stanstead et une descente de bateau permet d'accéder facilement au lac.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives