Choses à faire

Il ressemble à ses photos. Grand, solide, imposant, charmant, pausé, calme… Dès le premier contact on se sent à l’aise, un peu comme si on s’était vus la veille. Pourtant, François Cormier en mène large alors que se prépare la 15e édition des Percéides, le Festival international de cinéma et d’art à Percé, en Gaspésie, dont il est le directeur général et artistique, mais également le fondateur.


Originaire de Newport, il vit et travaille à Montréal et à Percé. Il a une formation en urbanisme de l'Université de Montréal (1985). Il a poursuivi des études interdisciplinaires en arts à l'Université Laval de Québec (1982) et dans le programme Arts et lettres du CEGEP de la Gaspésie et des Îles (1979).

Percéides

François Cormier


Après ses études, il séjourne en Europe et plus particulièrement en France où il devient chargé de projet pour le métro de Paris (RATP) au service de design et de recherche sur l'intégration des nouvelles approches en architecture urbaine (1987-1989). De retour à Montréal, il s'implique activement dans le milieu culturel comme commissaire, programmateur et collaborateur pour le Festival des films du Monde (FFM, Festival des Grandes Écoles de Cinéma du Monde, le Festival Vues d'Afrique et pour le Festival international du Jeune Cinéma de Montréal (1990-1991).

 
Il s’implique et initie de nombreux autres projets en arts, en cinéma d’auteur et dans divers secteur d’activités à Montréal et ailleurs pendant plusieurs années. Puis, En 2008, il crée en Gaspésie un tout nouvel événement dans les domaines du cinéma d'auteur et de l'art contemporain intitulé : Les Percéides – Festival international de cinéma et d'art de Percé. Il crée aussi La Nuit du cinéma à Percé, une activité de diffusion hivernale en plein air sur le site historique Charles Robin sur la plage de Percé dont l'activité a remporté en 2011 le prix Citoyen de la culture décerné par l'organisme québécois Les arts et la ville et l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Il est l'initiateur des Premiers États généraux du cinéma en Gaspésie qui se sont tenus à Percé en juin 2012, de l'École de cinéma d'été de Percé (2018-2019).

Les Percéides Les Percéides
Il nous reçoit dans le bâtiment historique, en plein cœur de la ville, construit en 1786 comme bâtiment de ferme, puis comme chantier de bateaux, jusqu’à ce que les artistes Suzanne Guité et Alberto Tommi y créent le Centre d’Art de Percé en 1956, qui a connu plusieurs époques et de nombreuses heures de gloire. Depuis 1990, il est la propriété des Bateliers de Percé et le bâtiment est l’hôte de plusieurs activités au fil des ans. Les Percéides ont entrepris un partenariat avec Les Bateliers en 2017, notamment pour l’aménagement d’une salle de cinéma. François Cormier et son équipe mijotent depuis un projet de renaissance du Centre d’art avec plusieurs partenaires du milieu.

Entretemps, il accueille les organisateurs des Percéides qui fêtent 15 ans en août 2023, qui promet d’être une édition hors de l’ordinaire, avec entre autres le comédien, metteur en scène et cinéaste Québécois Luc Picard comme président du jury. On prévoit présenter 110 films à Percé et Gaspé. Le défi de l’organisation qui compte une trentaine de personnes dans son équipe de production : innover, année après année, assure François Cormier.


Visionnez la bande-annonce du Festival Les Percéides 2023.

Les Percéides


En plus des nombreux partenariats locaux et régionaux qu’il entretient depuis plusieurs années, Le Festival Les Percéides s’est constitué un solide réseau national et international formé d’une centaine d’organisations professionnelles du cinéma : distributeurs de films, festivals de cinéma, institutions d’enseignement du 7e art, etc.


Les Percéides offre, depuis 2008, au public local et régional un accès à diverses formes de cinéma d’auteur d’ici et d’ailleurs en saison estivale. Il propose également, depuis 2015, la Grande Rencontre des arts médiatiques en Gaspésie, un événement rassembleur centré sur les arts médiatiques et les pratiques expérimentales contemporaines qui en découlent.

Les Percéides Les Percéides
Après une carrière et un cheminement de vie aussi remplis de réalisations, qu’est-ce qui peut encore faire rêver François Cormier ? « Réaliser à Percé un nouveau pôle culturel et artistique au Québec ». Il est déterminé à ce que ce projet se concrétise. En parallèle, il s’investit avec les Bateliers pour que le bâtiment historique puisse être restauré rapidement. Il en fait une priorité.


On comprend que lorsque François Cormier s’engage dans un projet, il finit toujours par se réaliser. Ainsi, à la suite d’une campagne de socio-financement en 2019, la salle de cinéma a dorénavant des vrais sièges installés sur une estrade en dénivelé. Exit les chaises de salle paroissiale d’auparavant ! Les Percéides ont inauguré la nouvelle salle de cinéma en juillet 2022, en même temps qu’un tout nouvel espace bar, lounge et espace co-working .connexe à la salle de cinéma.

Les Percéides

FESTIVAL LES PERCÉIDES
perceides.ca
162, route 132 Ouest
Percé (Québec) G0C 2L0
418 782-4379

Du 2 août 2023 au 30 juin 2024


À l’occasion du 50e anniversaire du décès du maître verrier, peintre-décorateur et fresquiste Guido Nincheri (1885-1973), le Château Dufresne, musée et lieu historique patrimonial, commémore de belle façon un personnage d’importance nationale.


Nincheri. Du profane au sacré propose de revisiter le Château en s’attardant, de salle en salle, à l’œuvre remarquable réalisée par Guido Nincheri, à la demande des frères Dufresne. C’est d’ailleurs au Château Dufresne que loge le legs le plus important de l’art profane de Nincheri. Les peintures murales et les verrières réalisées par cet artiste originaire de Florence sont l’attrait majeur de cette ancienne maison bourgeoise transformée en musée.


Plus de 18 années auraient été nécessaires pour réaliser les décors intérieurs du Château, du début des années 1920 jusqu’aux années 1940 environ. Pour souligner cette œuvre unique, le Musée puise dans les réserves de ses collections. Il présente des esquisses créées par l’artiste pour ses projets décoratifs au Château. Ce sont les seules connues et préservées à ce jour. Le nouveau parcours de visite numérique accessible par codes QR remet en contexte et enrichit notre connaissance de cette œuvre in situ de Nincheri qui, à quelques reprises, a bien failli disparaître en totalité.


Quant à l’expression de l’art sacré de Guido Nincheri, elle est encore aujourd’hui très présente dans de multiples lieux significatifs du patrimoine religieux du Québec et d’ailleurs. Elle trouve écho dans notre nouvelle exposition temporaire Sacré Nincheri qui rassemble une sélection de quelque 40 œuvres originales, dessins, aquarelles, études, calques et croquis, ainsi que des documents d’archives inédits et des artefacts provenant du Studio Nincheri. Autant de façons de constater la contribution exceptionnelle et méconnue de cet artiste à l’art religieux. Un artiste étonnant par sa démarche artistique distinctive et par ses talents remarquables.


Nincheri est l’un des artistes canadiens les plus influents de son époque dans le domaine de l’art religieux et, sans aucun doute, l’un des plus prolifiques. Une vidéo produite pour l’exposition par Simbioz, L’aventure du Studio Nincheri, retrace sa carrière d’artiste- décorateur-entrepreneur qui s’étale sur près de six décennies. Principal artisan de l’essor du vitrail au Québec, il a aussi introduit la technique de la fresque en Amérique du Nord. Concepteur et maître d’œuvre, il a signé les décors d’innombrables églises au Québec, au Canada et dans plusieurs États de la Nouvelle-Angleterre.


Autour de l’exposition

Tout au long de l’année, le Château Dufresne dévoilera une programmation d’activités éducatives et culturelles. Ces activités sont organisées en collaboration avec différents partenaires. Suivez notre page Facebook pour en savoir plus.


Cette exposition a été rendue possible grâce à la participation financière du Fonds du patrimoine culturel québécois en vertu du programme Aide aux projets-Appel de projets pour le soutien aux initiatives de commémoration du ministère de la Culture et des Communications du Québec, de Patrimoine canadien et de la Fondation David M. Stewart. Le Château Dufresne remercie pour leur précieuse collaboration : la famille Nincheri, le Conseil du patrimoine religieux du Québec, la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, la Société historique de la Côte-Nord, la Corporation église Sainte-Amélie de Baie- Comeau, Encadrex, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée des Sœurs de Sainte- Croix.

Château Dufresne
À propos du Château Dufresne, musée et lieu historique patrimonial
Le Château Dufresne est une somptueuse résidence jumelée, d’inspiration Beaux-Arts, dans laquelle vivait une famille bourgeoise francophone durant la première moitié du siècle dernier. Ce lieu a abrité le premier Musée national d’art contemporain du Québec et un premier Musée des arts décoratifs, avant de devenir lui-même un établissement muséal et patrimonial.

Château Dufresne
chateaudufresne.com
2929, Av. Jeanne-d'Arc
Montréal (QC) H1W 3W2
Renseignements :

communication@chateaudufresne.com 514 259-9201

Quand Vincent Imbeault, alors papa à la maison, il y a une vingtaine d’années, s’est mis à la recherche d’un bon savon pour son bébé naissant, et qu’il ne trouvait pas ce qu’il désirait, il eut l’idée de demander à sa grand-mère de lui montrer comment fabriquer le savon du pays avec la méthode traditionnelle.

 
Ce fut le début de la grande aventure qui a mené à la création de la Manufacture de savon Borale de Baie-Comeau, en 2012. Elle loge dans un magnifique bâtiment, autrefois un établissement bancaire, au centre-ville, au design épuré et invitant.

 
« Voulant peaufiner sa technique, il a été mentoré par des maîtres savonniers français et italiens, qui lui ont appris la méthode traditionnelle pleine cuisson pour faire un savon extra pur. Cette méthode différente offre plusieurs avantages, dont d’être doux pour tous les types de peaux et de durer plus longtemps », explique la directrice générale, qui est dans l’entreprise depuis 9 ans, Suzan Arsenault.

Borale
La méthode à froid permet de produire des savons en moins d’une heure. Avec la méthode marseillaise, au contraire, on travaille avec des cuves classiques ouvertes et une chaleur directe. « La pâte cuit très longtemps », explique le maître savonnier. La pâte est ensuite lavée pour enlever toutes les impuretés et l’excès de glycérine. Il faut entre 10 et 15 jours pour faire une production. « C’est long, ça demande de l’attention, mais ça permet de garantir des savons qui ont une teneur minimum de 72 % de pâte à savon extra pur », assure-t-il.

 
Borale offre maintenant 20 sortes de savons extra purs, sans parfum artificiel (sauf les arômes naturels des produits utilisés), ni colorant, ni produit chimique, ni agent de conservation, mais seulement des huiles essentielles dont les essences proviennent surtout de la forêt boréale. « On propose quatre catégories de savons, pour répondre aux demandes de la clientèle : savon à mains, soins corporels, lessive et entretien ménager », précise Suzan Arsenault.

Borale
« On fait un produit différent, qui ne se trouve pas ailleurs. On sait qu’on fabrique des produits d’une qualité exceptionnelle. Il s’agit de quelque chose de très niché parce que notre méthode de fabrication diffère des autres savonniers au Québec », de faire valoir le fondateur de l’entreprise, Vincent Imbeault, dans une entrevue à un magazine du secteur de l’agroalimentaire et de l’entrepreneuriat du terroir. « C’est beaucoup plus complexe, plus long, mais ça donne un produit tellement différent », ajoute-t-il.


Ils sont vendus principalement à leur boutique ou par internet et sont distribués aussi dans quelques pharmacies. Toutefois, l’entreprise travaille fort à développer de nouveaux concepts marketing pour élargir sa distribution, assure la directrice générale. On pense entre autres aux centres jardins (par exemple Botanix) et les chaînes de pharmacies.

Borale
Il faudra donc probablement aménager une nouvelle manufacture pour permettre d’élargir la production. Vincent Imbeault est reconnu comme un entrepreneur sans demi-mesure qui se consacre totalement à sa mission.

« Comme mes valeurs s’insèrent dans tout ce que je fais dans la vie, je ne peux faire autrement qu’avoir une grande préoccupation pour l’environnement dans mon entreprise. Mes savons sont aussi bons pour la santé humaine que pour l’environnement ». Évidemment, il n’y a pas que le produit qui doit être irréprochable, mais aussi tout ce qui entoure sa fabrication. Le maître savonnier opte donc pour des ingrédients non toxiques, mais travaille aussi à réduire son empreinte environnementale dans toutes les étapes de fabrication.


Borale est née de valeurs fortes qui reposent principalement sur deux aspects. Tout d’abord, la volonté d’offrir des produits sains, utilisables en toute quiétude, pour tous les membres de la famille. Deuxièmement, le désir de travailler avec les richesses de la forêt boréale qui l’entoure pour créer des produits aux bienfaits et aux arômes uniques.

Borale
Il est possible de visiter la Manufacture et en apprendre un peu plus sur le processus de saponification. On peut aussi commander en ligne avec livraison partout au Canada.

Manufacture de savon Borale
borale.ca
4, Place La Salle
Baie-Comeau (Québec) G4Z 1K3
(418) 298-1888

Avec une programmation qui culminera le dimanche 13 août par le retour du grand défilé, à partir de 13 h, sur un parcours de 2,9 km de long, les célébrations de la 16e édition Fierté Montréal 2023 semblent avoir fait le plein d’énergie au cours de l’année.


Le défilé, qu’on promet être le plus grand jamais présenté à Montréal, avec ses dizaines de contingents représentant autant d’organismes communautaires de la diversité, et totalisant des milliers de marcheurs, prendra son élan dans l'ancien Village gai du centre-ville ouest, sur le boulevard René-Lévesque de la rue Metcalfe à la rue Alexandre DeSève, au cœur de l'actuel Village à l'est.

 Fierté Montréal
Bien entendu, on observera la Minute de Silence à 14h30 à la mémoire des vies perdues beaucoup trop tôt en raison du sida, de la lesbophobie, de l’homophobie, de la biphobie et de la transphobie. On profitera également de ce moment pour commémorer la vie des femmes, filles, enfants et personnes bispirituelles ou LGBTQIA+ autochtones disparues ou assassinées.

 
Fierté Montréal encourage les gens à utiliser le transport en commun pour venir voir le Défilé et poursuivre la fête dans le Village et à l’Esplanade du Parc olympique (métro Pie-IX) pour le Méga T-Dance et le spectacle de clôture.

Fierté Montréal
Les journées communautaires
L’autre grand événement du festival, ce sont les Journée communautaires. Elles ont lieu sur la rue Sainte-Catherine Est, en plein cœur du Village, les vendredi 11 et samedi 12 août 2023. Elles seront ouvertes au public de 11 h à 18 h. Des dizaines d’organismes y sont présents pour faire valoir leur action et leurs services. On y trouve aussi une multitude, de commerces, d'entreprises, de clubs sportifs et socioculturels impliqués auprès des communautés 2SLGBTQIA+.

Fierté Montréal

Selon les organisateurs, le Festival de Fierté Montréal constitue désormais le plus important festival LGBTQ du Canada et le plus grand rassemblement LGBTQ du monde francophone. Fierté Montréal attire un très grand nombre de visiteurs locaux et internationaux.

Fierté Montréal

Pour plus de détails sur la programmation à l’Esplanade du Parc olympique et ailleurs, visiter le site fiertemontreal.com

Ce grand concert gratuit de l'Orchestre métropolitain au pied du mont Royal est assurément l’événement le plus attendu de l’été pour les amateurs de musique classique. Dirigé par Yannick Nézet-Séguin, ce rassemblement est une occasion unique de vibrer avec l’OM et 50 000 personnes réunies dans ce lieu emblématique de la métropole. Une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie!

La présence d’un invité spécial, le pianiste virtuose Alain Lefèvre, mettra en lumière la sublime Rhapsodie romantique pour piano et orchestre, une œuvre du compositeur québécois André Mathieu. À ses côtés, les thèmes passionnés de Dvořák, les paysages majestueux de Jean Coulthard et les rythmes endiablés de Márquez compléteront ce programme enivrant aux influences variées, à l’image d’une ville cosmopolite comme Montréal!

Ariane Moffatt
Le chef d'orchestre a révélé la veille qu'Ariane Moffatt serait une invitée surprise de ce concert qui est désormais une tradition de l'Orchestre métropolitain. La soirée est animée par la comédienne Katherine Levac. À la veille du Festival de la Fierté, la communauté artistique LGBT y sera donc bien représentée.


Concert gratuit de l'Orchestre métropolitain 

Parc du mont-Royal

Montréal, le 2 août 2023 à 20h

Sandra Blais et André Gauthier, propriétaires de la ferme Purmer, sur l’île Grosse Boule à Sept-Îles, sont de gens dont la résilience est réellement surdimensionnée. Leur entreprise d’élevage de moules créée en 1994 par un pêcheur commercial de la région, Serge Gagnon, qu’ils ont acquise en 2007, ne l’a pas eu facile à ses débuts.


Passionnée de la mer, restauratrice de longue date, Sandra Blais (photo) se lance corps et âme dans la mariculture et commence à y cultiver des moules. Au fil des années, elle y installe des yourtes et développe le potentiel touristique d’une ferme unique en son genre : un camp de jeune, un site de villégiature, des excursions en mer et toute une gamme d’activités de plein air !

PurMer
Mais un événement malheureux survenu en automne 2013, alors que ça devait être l'aboutissement de cinq années de dur labeur pour les entrepreneurs qui envisageaient de commencer la commercialisation de la moule, élevée depuis 2008 dans la baie de Sept-Îles, les a forcés à la mettre aux poubelles plutôt que sur la table en raison des risques de contamination laissés par les 5000 litres de mazout qui ont fui des installations industrielles de la minière Cliffs Natural Resources dans la baie de Sept-Îles.

PurMer
« C'est certain qu'on est encore amer d'avoir travaillé autant et de ne pas en avoir récolté les fruits », déclarait Sandra Blais à l’époque. « Les premiers mois ont été difficiles, mais ça nous a appris que dans la vie, aujourd'hui t'es là, et demain, tu ne sais pas », ajoutait-elle avec optimisme. Le couple a donc remis à l'eau, en juillet 2014, 50 000 livres de moules qu'ils souhaitaient cueillir à l'automne 2017.

 
C’était alors sans se douter qu’en 2018, ils devraient encore remettre ça puisque leurs installations ont été envahies par les algues. Il en fallait davantage pour les décourager. La diversification des cultures allait être leur bouée de sauvetage. Alors qu’on avait déjà introduit le pétoncle, on allait ajouter la culture d’algues pour la consommation. Les huîtres se sont maintenant ajoutées aux cultures.

PurMer
Au cours des dernières années, les productions ont repris de la vitesse, sauf pour le pétoncle qui n’a pas été produit en 2023, l’eau de la baie étant trop chaude. Eux qui ne s’y connaissaient aucunement au début en mariculture ont vite appris de formations sur Internet et d’un séjour d’André, le menuisier de carrière, sur la Basse-Côte-Nord avec des pêcheurs qui lui ont appris les rudiments de la mariculture.


Grosse Boule, un paradis
Depuis 2018, en plus de l’univers fascinant de la mariculture, le décor enchanteur de l’île Grosse Boule, en plein cœur de l’archipel des Sept Îles dévoile tous ses secrets. Outre déguster les produits, on y apprivoise la culture des algues ainsi que l’élevage de moules et de pétoncles. Ceux qui s’y rendent en excursion ne voient plus les fruits de mer de la même façon par la suite.

PurMer
L’accès au site s’effectue par bateau pneumatique. Le trajet depuis la marina de Sept-Îles dure environ 15 minutes selon les conditions météorologiques.

PurMer

Le camp éducatif Purmer accueille les jeunes âgés de 8 à 13 ans pour un séjour de 4 nuitées sur l’île Grosse Boule. Les enfants ont le plaisir de découvrir les secrets de la mariculture et les beautés naturelles de l’archipel des Sept Îles et de vivre l’excitation de passer la nuit sous l’une des yourtes modernes et bucoliques.

PurMer
Les biologistes sur place interprètent et expliquent le processus d’élevage de moules et d'algues lors d’une excursion en zodiac autour des installations de la ferme. Les visiteurs sont ensuite invités à une dégustation de pétoncles. Suite à cette inoubliable rencontre culinaire, les visiteurs de l’île se voient accorder un moment pour découvrir le site par eux-mêmes, pouvant ainsi prendre des photos. La ferme offre également des accommodements d’hébergement en yourtes pour 4 à 8 personnes.

PurMer
André Gauthier et Sandra sont aujourd’hui de fiers producteurs maricoles. Ils ont même refusé une offre d’achat généreuse pour leur île, plusieurs fois plus élevée que le prix payé. Tout ça parce qu’ils veulent laisser ce petit paradis en héritage à leurs descendants. Leur fille, Meggie, est déjà impliquée dans l'entreprise familiale en y venant passer ses étés pour collaborer avec ses parents.

 
Ferme maricole Purmer
ferme-purmer.com
Ile La Grosse Boule
Sept-Îles (QC) G4R 2P8
(418) 960-4915

Tout le monde qui passe par Longue-Pointe-de-Mingan, sur la Côte-Nord, et qui souhaite se rendre en excursion dans les îles de l’archipel ou encore se loger à proximité, en bord de mer, connaît l’enseigne Famille Vibert. Ce qui se cache derrière ce nom, ce sont des gens dont l’histoire est étroitement rattachée à ces lieux touristiques.


Les Vibert, ce sont Marius, le navigateur d’expérience, Danielle Kavanagh, sa conjointe et fille du dernier gardien du phare de l’Île aux Perroquets, Robert Kavanagh marié à Mary Collin, et leur descendance. C’est Emmanuelle Vibert, leur fille, qui est maintenant aux commandes de l’entreprise qui propose plusieurs services, activités et excursions aux nombreux touristes qui viennent chaque année découvrir ces curiosités de l’archipel mythique. Elle le fait avec passion et assure la relève de ses parents, à leur grand soulagement.

Famille Vibert

Danielle Kavanagh et Emmanuelle Vibert, mère et fille.


L’entreprise a débuté en 1992 avec la construction de la boutique Souvenirs Archipel Mingan. Durant le même été, un besoin fut constaté pour offrir de l’hébergement dans la région. En 1993, deux premières maisonnettes toutes équipées sont construites sur le terrain voisin, directement face à la mer. Le concept du « prêt à camper » fait alors ses effets.


En 1995, deux autres maisons apparaissent suite à la forte demande pour l’hébergement dans la région. En 1999, le complexe touristique actuel se complète. Il est désormais composé de 8 maisonnettes tout confort et 5 chambres en motel, en plus d’un terrain de camping donnant directement sur la plage. La boutique de souvenirs et d’accueil pour les excursions constitue le point fort de cet ensemble.

Famille Vibert
Entre temps, un service d’excursions avait débuté. Il permet aux visiteurs d’explorer les iles de l’archipel de Mingan, devenu une réserve de parc national en 1984, et la région. Marius Vibert coordonne les excursions. Homme d’expérience, il connaît très bien la mer et la région ce qui lui permet d’offrir des excursions personnalisées et intéressantes. Avec plus de 40 ans d’expérience sur un bateau, il connaît bien les détails qui rendent une excursion intéressante, que ce soit pour l’observation des baleines ou la photographie des paysages nature uniques.


Enfant et adolescente, Danielle Kavanagh a vécu ses étés sur l’île aux Perroquets qui ouvre la porte de la Minganie. Elle y a passé 19 ans et connaît très bien la mer ; l’océan fut son terrain de jeux. Le phare de l’île aux Perroquets est le premier dans la région à avoir accueilli une station de phare en 1888, il y a plus de 125 ans. Il a cessé ses opérations en 1976.

 Famille Vibert Les Vibert, trois générations de gens passionnés

Accueillir les gens et leur faire connaître son petit coin de paradis est une passion qui se dévoile aussi dans les peintures de Danielle. Encore aujourd’hui, elle prend plaisir à seconder sa fille dans l’accueil des touristes toujours heureux de la rencontrer et d’échanger avec cette femme pleine de souvenirs.

Famille Vibert Famille Vibert
« Le complexe touristique actuel est un rêve qui s’est réalisé et qui continue à se réaliser chaque jour », assure Emmanuelle Vibert. Avec le support et la collaboration de Parcs Canada, qui assure la protection, la sauvegarde et la gestion îles de l’archipel de Mingan, la Famille Vibert s’assure d’offrir toujours des excursions de qualité, grâces à ses trois bateaux confortables et sécuritaires, et à la présence de guides chevronnés de Parcs Canada sur place lors de l’arrivée des touristes qui profitent de l’une des deux excursions quotidiennes, lorsque la météo et la mer le permettent.

PurMer
Cet engouement pour les excursions aux îles ne se perd pas. Au contraire, avec la pandémie qui a permis à un nombre plus grand de Québécois de découvrir cette région, la popularité ne cesse d’augmenter. La Famille Vibert est prête à faire face à la musique pour répondre aux attentes, dans la mesure des disponibilités et de la capacité d’accueil, et ce dans le respect des consignes de Parcs Canada. Et sans oublier, bien entendu, l’héritage patrimonial que Robert Kavanagh a suscité avec son passage mémorable dans ce phare.


Des projets pour l’avenir ? Emmanuelle ose nous indiquer, du bout des lèvres, que l’entreprise songe à développer un concept d’hébergement insolite sur la plage. Elle n’en dit pas plus pour le moment, mais ses yeux brillent de passion. Peut-être verra-t-on son projet surgir en 2025, conclut-elle.


Les Maisonnettes des Îles
Excursions Famille Vibert
minganie.info
126, rue Bord de la Mer
Longue-Pointe-de-Mingan (Qc) G0G 1V0
418 949-2302

L'un des plus grands festivals musicaux annuels sans alcool au Canada présente en 2023 sa 39e édition à Mani-Utenam, sur la Côte-Nord, près de Sept-Îles. Le coordonnateur des activités, Normand Junior Tshirnish-Pilot, en poste depuis 2022, est bien au fait de la réalité de ces communautés. C'est en travaillant auprès des jeunes, alors qu’il était à la GRC, qu'il s'est aperçu du besoin de ces derniers d'avoir des lieux de rassemblement et de divertissement.

 Festival Innu Nikamu Normand Junior Tshirnish-Pilot, coordonnateur

Passionné de musique et de cinéma, le coordonnateur a travaillé fort avec son équipe et avec plusieurs bénévoles afin que le festival 2023 laisse place à un bon nombre d'artistes autochtones et allochtones, tout en misant sur la présence d’artistes québécois réputés, comme Richard Séguin, Roxane Bruneau, Émile Bilodeau, Souldia et quelques autres. Signalons aussi la présence des artistes innus bien connus Florent Vollant et Claude Mckenzie (ex-Kashtin) qui enrichiront la programmation de leur participation.

Festival Innu Nikamu 

Richard Séguin et Florent Vollant sur la même scène


Un volet PRO en 2023 pour la recherche de talents
Pour la première fois cette année, le Refrain, regroupement des festivals régionaux artistique indépendants, et le Festival Innu Nikamu, présentent des rencontres professionnelles. Normand Jr, qui est également responsable de la programmation et du marketing du Festival, se réjouit de cette initiative exceptionnelle.


C’est à la suite d’une discussion entre Mathieu Mackenzie, membre du groupe Maten et copropriétaire du label Makusham Musique, et Dominique Malo, directrice générale du REFRAIN, que l’idée de rendre plus visible les artistes autochtones auprès des organisateur.trices de festivals et des intervenant.es de l’industrie, a été évoquée. C’est donc ainsi qu’est née l’idée d’un rendez-vous PRO à l’occasion du festival autochtone.

Festival Innu Nikamu 
Ces rencontres professionnelles ont pour but d’assurer un repérage d’artistes ainsi qu’une meilleure compréhension des réalités autochtones par les membres de l’industrie. Ce volet permettra également d’ajouter un grand nombre de prestation musicales en vitrine. Cet événement sera l’occasion pour les artistes autochtones d’explorer les différentes structures en place dans le milieu (financement, outils pour le développement de carrières…) grâce à la participation d’intervenants reconnus et réputés en la matière (SOCAN, ADISQ, Musicaction, etc.).

Enterrer un passé tristement célèbre
Innu Nikamu, qui signifie « il chante » en innu, a lieu à chaque année à Mani-Utenam sur la Côte-Nord au Québec au mois d'août depuis 1984. Les artistes rassemblés au sein de cet évènement, pour la majorité de nationalité autochtone, sont conteurs, chanteurs, musiciens, compositeurs. Créé par une petite équipe de rêveurs, le Festival Innu Nikamu est porté par toute une communauté qui se réunit autour de la musique et exprime son identité à travers son art et sa créativité.

 Festival Innu Nikamu
Cette grande fête familiale, sans alcool, crée un rapprochement entre les différentes nations autochtones qui s’y rencontrent ou s’y retrouvent annuellement, durant ces six jours de prestations de musiciens et d’artistes-interprètes. "Une majorité de la population locale a appuyé ce projet à l'époque, et on s'en est fait une fierté depuis le temps. Cela ajoute à la magie de l'événement année après année", explique Normand Jr, qui est plus jeune que le Festival lui-même.


Pour la petite histoire, la communauté de Maliotenam est depuis longtemps un point de rencontres et de rassemblements pour le peuple innu de la région, rappelle Normand Junior. Après la fermeture définitive du pensionnat vers le milieu des années 1970, qui a connu des événements malheureux à l’époque (on parle de mauvais traitements et d'agressions sexuelles chez les enfants), celle-ci prend un nouvel essor et se forge la réputation de berceau d’artistes et de musiciens. L’évènement, un des seuls situés sur une réserve autochtone, se tient toujours sur le site bucolique de l’ancien Pensionnat Notre-Dame de Maliotenam, transformant ainsi cet endroit au lourd passé, en lieu de célébration d’une culture qui refuse de s’éteindre.

Festival Innu Nikamu
En 2023, le Festival Innu Nikamu a lieu du 1er au 6 août. Mani-Utenam est situé à 15 minutes à l’est de Sept-Îles.


Festival Innu Nikamu
innunikamu.ca
2, rue Innut
Mani-Utenam (Qc) G4R 4K2
(418) 927-2476

Si on se fie aux propos de la nouvelle directrice générale du Musée régional de la Côte-Nord depuis deux ans, Joanie Jacques, l’établissement pourra se doter d’une nouvelle exposition permanente pour remplacer celle en place depuis quelques années sous le thème « Terres de sens : le Grand voyage ».


Le concept de cette exposition facilite la compréhension de l’aventure humaine et sociale qui s’amorce il y a environ 9000 ans sur le territoire de la Côte-Nord et offre une vision critique et moderne de l’histoire régionale.

Musée Côte-Nord
Dans le cadre de la demande d’agrément au ministère de la Culture du Québec de son plan stratégique pour les cinq prochaines années, le conseil d’administration suggère qu’on puisse développer une exposition permanente qui permette d’apporter de nouveaux éléments intéressants dans le contexte de son mandat.


Situé au cœur de la vie culturelle de Sept-Îles, le Musée régional de la Côte-Nord est un musée d’art, d’histoire et d’archéologie qui se consacre à la conservation, à l’étude et à la mise en valeur du patrimoine régional nord-côtier. Il soutient la réalisation de projets d’expositions, d’événements et de rencontres entre partenaires culturels afin d’offrir à ses communautés un lieu de convergence des savoirs et des expériences de découvertes enrichissantes.


C’est en 1976 que le Musée des Sept-Îles est fondé par l’artiste André Michel, ce qui constitue une étape importante dans la protection du patrimoine nord-côtier ainsi que dans le développement de ses arts visuels. En 1991, il devient le Musée régional de la Côte-Nord.
Le Musée présente des expositions, des conférences, des mini-spectacles et devient le point de ralliement des amateurs d’art et d’histoire à Sept-Îles. Devant l’augmentation des collections et le nombre croissant de visiteurs, en 1986, soit dix ans après l’ouverture du Musée des Sept-Îles, un nouveau bâtiment était inauguré.


Entre 2017 et 2019, d’importantes rénovations ont été apportées au bâtiment grâce à diverses sources de financement public et privé.
« Le mandat régional du Musée régional de la Côte-Nord implique qu’il soit présent ou du moins sensible aux activités et aux événements culturels du vaste territoire nord-côtier », explique Joanie Jacques. Le milieu scolaire constitue une clientèle importante qu’on souhaite continuer à accueillir et à bien servir.

Musée Côte-Nord

Une mission bien précise
Le Musée oriente son action en fonction de trois grands objectifs principaux :
- promouvoir, par une muséologie d’intervention à l’échelle régionale, la mise en valeur du patrimoine nord-côtier ;
- protéger, conserver, étudier et présenter le patrimoine nord-côtier, particulièrement celui lié à l’exploitation de la faune marine et terrestre et à l’extraction des richesses du sous-sol ;
- promouvoir l’art par la diffusion des œuvres des artistes locaux, tout en présentant des expositions variées en provenance de l’extérieur.


Les entrepôts du Musée contiennent plus de 10 000 artéfacts divers en lien avec le développement des divers milieux de la Côte-Nord au fil de son histoire. On souhaite en faire une présentation régulière en rotation dans une des salles. Pour la 3e salle, on compte sur des expositions itinérantes ou provenant d’autres musées du Québec, comme celle du Musée Pointe-à-Callières de Montréal qui se tient jusqu’en octobre 2023 : 𝙏𝙧𝙖𝙞𝙣, 𝙩𝙧𝙖𝙣𝙨𝙥𝙤𝙧𝙩𝙚𝙪𝙧 𝙙𝙚 𝙧𝙚̂𝙫𝙚𝙨 pour voyager d'un océan à l'autre, de la fin du 19e siècle à aujourd'hui.

Musée Côte-Nord
L’exposition met en valeur une centaine de trains miniatures et des objets du monde ferroviaire. Des modèles réduits témoignent du travail des trains marquants de nos grandes entreprises, comme les outils, les costumes et les objets de gares. Afin de régionaliser le contenu, l’équipe du Musée de la Côte-Nord ajoute une section intitulée « Des ressources et des rails ». On y retrouve des photos et des cartes sur les réseaux ferroviaires nord-côtiers anciens et actuels.


Joanie Jaques et son équipe de professionnels travaillent étroitement pour attirer les clientèles et répondre aux attentes. Le Musée travaille aussi avec le Vieux poste de traite du secteur Uashat, dont il est propriétaire. Le Vieux-Poste est un site d’interprétation historique présentant la vie au quotidien dans un poste de traite des fourrures au 19e siècle. Il propose une expérience surprenante fondée sur la rencontre, au fil du temps, des cultures innue et eurocanadienne.

 Musée Côte-Nord
Finalement, la boutique du Musée offre aux visiteurs la possibilité de faire tout au long de l'année des achats originaux et de qualité : œuvres d'artistes et d'artisans nord-côtiers, produits dérivés des expositions en cours, créations originales, griffes distribuées en exclusivité, cartes de vœux, livres de recettes originaux, etc. Bref, lors d’un passage à Sept-Îles, une visite au Musée s’impose.

Musée Côte-Nord

Musée régional de la Côte-Nord
museeregionalcotenord.ca
500, boul. Laure
Sept-Îles (Québec) G4R 1X7
418 968-2070

LGBT+ Baie-des-Chaleurs – Association pour la diversité sexuelle et de genre est un organisme communautaire autonome qui œuvre depuis 2011 pour l’ensemble des communautés 2SLGBTQIA+ (autochtone, francophone, anglophone et allophone) de la Baie-des-Chaleurs.

 
L’organisme dont les bureaux logent à New-Richmond, en plein cœur du territoire des quelque 25 municipalités desservies, s’acharne à défendre les droits et intérêts des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, Two-Spirit, queer, intersexuées, asexuelles et celles en questionnement, reconnu.e.s sous l’acronyme 2SLGBTQIA+.

 
Née d’un flagrant besoin de soutien émanant des personnes de la région et créée dans le but de venir en aide à ces communautés, l’association est officiellement reconnue depuis 2013 par le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie et par Justice Québec.

LGBT+ Baie des Chaleurs
L’organisme couvre le territoire non cédé de la Baie-des-Chaleurs en Gespe’gewa’gi aujourd’hui appelé Gaspésie. Elle offre ses services dans les MRC de Bonaventure et d’Avignon, qui comprennent 24 municipalités et 2 communautés autochtones. L’équipe travaille fort pour être disponible et inclusive pour les communautés francophones, anglophones, autochtones et allophones présentes sur le territoire.

 
LGBT+-BDC s’est donné une nouvelle coordination générale en la personne de Corinne Lamy au cours des derniers mois. Elle travaille ardemment à compléter le plan d’action stratégique, à revamper et améliorer le site Web et à réaliser davantage de communications avec les membres des diverses communautés. Corinne ajoute qu’elle et ses collègues vont discuter de la possibilité de tenir une première Fierté BDC au cours des prochaines années.


Les personnes intéressées peuvent s’inscrire à l’infolettre et devenir membres en se rendant sur le site Web https://lgbt-bdc.net

LGBT+-BDC

lgbt-bdc.net130, boul. Perron O.
New Richmond (QC) G0C 2B0
581-886-5428