Actualités

La Baie est le plus ancien et le plus pittoresque arrondissement de la nouvelle ville de Saguenay.  Au fond du fjord, ses battures sont spectaculaires. Le territoire actuel de La Baie aurait été fréquenté par les tribus innues du Saguenay. Sur les rives de la baie des Ha! Ha!, La Baie fut le premier pôle colonisé au Saguenay–Lac-Saint-Jean lorsque la Société des Vingt et un s’y est installée en 1838.

La grande profondeur navigable de la baie des Ha! Ha!, même près de ses rives, a permis de développer rapidement les installations portuaires les plus importantes de la région à la suite de l’arrivée du chemin de fer en 1910. Ces eaux profondes sont aussi ce qui en fait ces dernières années un point d’escale majeur des bateaux de croisière qui fréquentent le Saguenay et le St-Laurent. Autour de ces installations portuaires, dans l’axe de la rue Victoria au centre-ville, on trouve bon nombre de bons restaurants et de belles auberges. La Baie compte plusieurs adresses homosympas.

C'est à La Baie qu'est situé l'aéroport et la base militaire de Bagotville , principal aéroport civil du Saguenay–Lac-Saint-Jean et l’une des deux bases militaires du Canada à héberger, en permanence, les chasseurs CF-18 de la force tactique aérienne.

L’arrondissement compte deux musées. À Grande-Baie, le Musée du Fjord se consacre au patrimoine historique, naturel et artistique de la baie des Ha! Ha! et du Fjord du Saguenay.

À Bagotville, le Musée de la Défense aérienne de la base militaire  est le seul musée consacré à l’aviation militaire au Québec. Logé dans une ancienne chapelle protestante, il est entouré d'un parc commémoratif où l’on peut observer des avions militaires de différentes époques.

L'arrondissement possède une salle de spectacles d’une capacité de 2 300 spectateurs, le Théâtre du Palais municipal. C'est le plus grand amphithéâtre de l’arrondissement et l’un des plus importants lieux de rassemblement de Saguenay. Chaque été depuis 1988, on y présente la fresque historique à grand déploiement, La Fabuleuse Histoire d'un royaume qui attire des dizaines de milliers de visiteurs.

À Grande-Baie, il faut visiter la Pyramide des Ha! Ha!, un monument commémorant le Déluge du Saguenay survenu il y a vingt ans en 1996. Réalisée sur un concept développé par l'artiste en art contemporain de La Baie, Jean-Jules Soucy, la structure en aluminium est décorée d'environ 3 000 panneaux de signalisation « Cédez le passage » munis d'une pellicule qui réfléchit la lumière.

Un escalier central permet d'y monter jusqu'à un promontoire d'observation. À l'intérieur, sur les parois de la pyramide, on trouve de nombreuses plaquettes dédiées à quelques familles. Ces plaquettes gravées contiennent les noms de certains citoyens de La Baie qui ont été concernés de près ou de loin par l'événement.

Chaque hiver, la baie des Ha! Ha! est recouverte d’une couche de glace, assez épaisse pour y accueillir des cabanes et des véhicules, afin d'y pratiquer la pêche blanche. Au plus fort de la saison, on compte près d'un millier de cabanes. On y pèche le sébaste, l'éperlan arc-en-ciel, l'ogac, la morue franche et le flétan du Groenland.

En visite au Saguenay, c’est l’occasion de découvrir les spécialités régionales. Si vous êtes familier avec ce pâté à la viande qu’on appelle familièrement de la tourtière dans la vallée du St-Laurent, rappelez-vous qu’on fait ici la ‘vraie’ tourtière, un pâté beaucoup plus grand traditionnellement à base de viandes de gibier et de pommes de terre coupées en dés. C’est l’occasion d’y goûter si ce n’est déjà fait.  Surtout ne pas confondre avec la cipaille ou six-pâtes de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent dont elle serait originaire. Si la tourtière fait indubitablement partie de la cuisine traditionnelle québécoise, elle n’échappe pas aux variantes régionales et c’est l’occasion de parfaire votre culture culinaire. Plusieurs établissements de la région vous feront découvrir avec plaisir ce qu’on appelle aussi la tourtière du Saguenay-Lac-St-Jean pour être certains de ne pas confondre.

Au cœur de L’Anse-Saint-Jean, tout près de la marina, l’Auberge La Fjordelaise offre en plus d’un petit déjeuner copieux au repas du soir une table d’hôte variée à saveur québécoise, faite d’onctueux potages, de produits du terroir, de viandes rehaussées par des sauces aux saveurs d’érable et de bleuets locaux, ainsi que des desserts maison exquis.

À deux pas, le chef Gilles Hamel, auteur du livre La cuisine authentique, est depuis juillet 2012 propriétaire et chef cuisinier du gîte Le Nid de l’Anse. Après avoir été chef conseil chez Corneau Cantin de 2003 à 2009, il s’est fait depuis traiteur et cuisine aussi pour ses hôtes. En prime, si vous le cuisinez bien, il vous fera découvrir les secrets bien gardés de la région comme la plage de l’Anse-Saint-Étienne qu’il affectionne.

Autrefois situé juste en face de la marina, le restaurant L’Islet est depuis décembre 2016 déménagé aux pieds du centre de ski du Mont-Édouard. Maintenant connu comme L’Islet sur la montagne, ce restaurant offre toujours un menu concocté à partir de produits anjeannois, comme le cerf, le sirop d’érable, les pleurotes, les petits fruits et la truite fumée sur place. Les menus spéciaux du vendredi offrent un excellent rapport qualité-prix. Si  l’établissement a perdu sa vue sur l’anse, il a gagné une vue sur le Mont-Édouard et une belle terrasse estivale sous les arbres.

De passage à l’Anse-Saint-Jean, les épicuriens et les plus gourmands voudront s’arrêter chez Kao Chocolat où tous les chocolats sont fabriqués à la main en petites quantités de manière artisanale et traditionnelle. Sans agents de conservation ni saveurs artificielles, les saveurs varient selon le moment de l’année pour faire place aux fruits de saison, herbes fraîches du jardin et plantes sauvages de la forêt boréale.

Moncton, à une trentaine de km de Shédiac, est au cœur de la principale agglomération du Nouveau-Brunswick. Après avoir résisté longtemps au bilinguisme malgré que plus du tiers de sa population soit francophone, la ville a su en tirer avantage depuis des décennies en attirant un grand nombre d’entreprises  de services ayant besoin d’une main d’oeuvre bilingue ou francophone. En croissance rapide depuis, l’agglomération a dépassé celle de Saint-Jean.  C’est aujourd’hui le siège de plusieurs institutions acadiennes dont l’Université de Moncton, la seule université francophone de la province.

Ce dynamisme a attiré de nombreux jeunes francophones qui ont quitté les régions rurales acadiennes, attirés par cette région métropolitaine  de 150,000 habitants et a contribué à faire croître rapidement la ville jumelle de Dieppe, la ville majoritairement francophone de l’agglomération.

Point de jonction ferroviaire et routier vers la Nouvelle-Écosse et les Iles du golfe, Moncton est le principal centre de la vie gaie au Nouveau-Brunswick. Pour prouver son ouverture à la communauté LGBT, la ville a peint plusieurs traverses pour piétons de la rue principale au cœur du centre-ville aux couleurs de l’arc-en-ciel. L’agglomération a son propre festival de la fierté LGBT, Rivière de fierté en août. Le club gai et lesbien Triangles, opéré depuis 20 ans par l’acadienne Stella Fougère, est le doyen et l’un des rares clubs gais encore en opération dans la province.

Les marées spectaculaires de la baie de Fundy se répercutent sur la rivière Petitcodiac qui traverse la ville en produisant un mascaret impressionnant, un phénomène naturel observable tous les jours au cœur de Moncton où le courant de la rivière s’inverse à la stupéfaction des touristes.

Édith Butler est une figure emblématique de l’Acadie. Elle a largement contribué à faire connaître la culture acadienne et son village natal de Paquetville à travers la francophonie. Née en 1942, elle célèbrera en 2017 son 75e anniversaire. Sa carrière a débuté au milieu des années 1960 à Moncton et a été propulsée grâce à l'émission Singalong Jubilee. Très vite, elle acquiert une popularité et est invitée à participer à différents festivals folk au Canada et aux États-Unis. En 1970, elle représente le Canada à l'Exposition universelle d'Osaka et donne 500 représentations partout au Japon. Elle fait par la suite plusieurs tournées en Irlande, en Angleterre et aux États-Unis.

C'est en 1973, au moment de la sortie de son premier album Avant d'Être Dépaysée  qu'elle rencontre Lise Aubut qui deviendra son imprésario et sa biographe. Commence alors une série de spectacles et de disques qui l’amèneront en tournées autant au Québec qu'en Europe où elle se produit dans les plus grands festivals européens et dans des salles parisiennes aussi prestigieuses que l'Olympia, Le Théâtre de la Ville, L'Européen et même La Madeleine. Elle est faite en 1975 officier de l'Ordre du Canada.

Au Québec, sa carrière sur scène l’a amené du Patriote à La Place des Arts en passant par toutes les grandes villes ainsi que tous les festivals importants, des Francofolies de Montréal au Festival d'été de Québec en passant par le Festival de Saint-Tite . Elle lance plusieurs albums populaires et traditionnels entre 1973 et 1985, et se tourne vers les albums de partys (Le Party d'Édith en trois volumes) qui obtiennent un bon succès entre 1985 et 1989.

Elle revient à des chansons plus engagées à partir de 1990. On retient parmi ses titres les plus importants Je vous aime, Ma vie recommence, C'est beau l'amour, C'est une chanson d'amour, J'étions fille du vent et d'Acadie, Escarmouche à Restigouche, Hymne à l'espoir, Un million de fois je t'aime et Paquetville.

Elle fait aussi du théâtre en participant à la pièce d'Antonine Maillet Le tintamarre aux côtés de Viola Léger. En 2003, après sept ans d'absence sur disque, elle enregistre Madame Butlerfly. Elle passe ensuite l'essentiel de sa carrière en tournée partout au Québec et au Nouveau-Brunswick, visitant principalement les écoles et les petites salles de concerts. Elle lance l'album Le retour à l'automne 2013. Avec 50 ans de carrière internationale et deux millions de disques vendus, la fille de Paquetville  a mis l’Acadie sur la carte.

La côte de la Haute-Côte-Nord a été explorée dès le début du XVIIe siècle par Samuel de Champlain. C’est à lui que l’on doit les noms Les Escoumins et Bergeronnettes. Si le premier nom vient de la langue innue, le nom  les Bergeronnettes viendrait du fait que Champlain y aurait vu des alouettes qu’il avait confondu avec les bergeronnettes.

Avec le traversier qui la relie à Trois-pistoles sur la côte sud, la ville des Escoumins en est une de services. En plus du tourisme, la foresterie et la pêche sont des activités économiques importantes. Une des attractions touristiques les plus réputées est la croisière à bord d'embarcations légères, permettant d'approcher les mammifères marins qui fréquentent l'estuaire du Saint Laurent : rorqual commun, baleine à bosse, beluga,et le phoque. De plus, l'entrée du Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, située aux Escoumins, est l'un des sites de plongée les plus recherchés à l'est du Canada grâce à la diversité des espèces qui habitent les fonds marins. La municipalité possède également une rivière à saumons. Étant donné le relief sous-marin abrupt, les mammifères marins (principalement les belugas et les petits rorquals) fréquentent le rivage des Escoumins de très près.

Dans le village voisin, aux Bergeronnes, les baleines sont si proches, qu'on peut les voir de la terre au Cap-de-Bon-Désir.  Pionnier des croisières aux baleines, ses attraits touristiques sont nombreux: ressource faunique,  sites archéologiques et un patrimoine bien conservé. Avec un nombre impressionnant de visiteurs à chaque année et une demande touristique sans cesse grandissante, les Bergeronnais ont su conserver la beauté de la nature, leur simplicité et leur chaleur tant recherchées. Destination par excellence pour l’observation des baleines, le kayak de mer et la plongée sous-marine, Bergeronnes charme par son histoire, sa nature, son calme et son accueil.

En poursuivant la route 138 vers Baie-Comeau, il faut découvrir Longue-Rive, sa longue plage de sable en bord de mer et ses marais salés. La plage est longue de 7 km et on y accède facilement du Gite de la Baie Au soleil couchant. C’est aussi un excellent point de départ pour explorer ses marais salés parmi les plus grands du Québec. Ces marais attirent plusieurs espèces d'oiseaux telles que des canards barboteurs, passereaux et oiseaux de rivage. Longue-Rive est l'un des meilleurs endroits pour l'observation d'oiseaux de rivage en migration. Fin août, le Festivent de Longue-Rive, attire les amateurs de cerfs-volants, de paramoteur, de parachute, de buggy sur plage, de planche à voile et de kitesurf.

Le village voisin de Portneuf-sur-mer se trouve au centre d'une grande baie de plus de 40 kilomètres qui s'étend de Longue-Rive à Forestville. Cette localisation donne un bord de fleuve à pente très douce et  très sablonneux exempt de déchets et autres

En route vers la Minganie ou la Basse-côte-Nord, Sept-Îles est un arrêt incontournable. Avec plus de 28,000 habitants en comprenant les communautés innues d’ Uashat mak Mani-Utenam, cette ville industrielle est la principale agglomération de la Côte-Nord.

L’archipel, qui donne son nom à Sept-Îles, est un amalgame de divers milieux écologiques mis en valeur par un relief accentué de paysages marins d’une qualité exceptionnelle. Âgées d’environ 565 millions d’années, les îles de l’archipel de Sept-Îles sont composées en grande partie d’anorthosite et de granite. Témoins  privilégiés de l’histoire de la région, elles ont vu  leur sol foulé par les pêcheurs basques,  l’explorateur Jacques Cartier.  Elles ont aussi vu des coureurs des bois, des Innus et des marchands aller et venir au poste de traite non loin de chez elles.

Jusque dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Sept-Îles ne sera toutefois qu’un poste de traite. Les premiers habitants vinrent de la Minganie et des Iles de la Madeleine attirés par la pêche. Après un premier développement industriel au début du XXe siècle, l'exploitation minière propulse l'économie locale dans la 2e moitié du XXe siècle et  Sept-Îles devient alors une capitale régionale, passage obligé pour accéder aux exploitations minières de Labrador City et de Schefferville plus au nord.

Les touristes sont attirés par les km de plages de sable qui entourent Sept-Iles. Des plages à perte de vue et un paysage à couper le souffle qui vous attend à proximité du centre-ville. Celle de Gallix, avant d’arriver à Sept-Iles par la 138 a plus de 14km.

En août, le Festival Innu Nikamu est l’un des plus importants festivals de musique et des arts autochtones en Amérique du Nord. Depuis 30 ans, c’est aussi le lieu de rassemblement des artisans et des touristes qui visitent la région. Il perpétue la tradition des grands rassemblements traditionnels estivaux

Des jolis villages du Kamouraska, au début de l’estuaire,  en passant par les villes pittoresques de Rivière-du-Loup, Cacouna et Trois-Pistoles, on passe progressivement des paysages de la vallée du Saint-Laurent aux paysages spectaculaires de mer à perte de vue. Le bleu devient omniprésent.

Rivière-du-Loup, la principale ville de la région avec ses 20,000 habitants, est un carrefour important qui relie le Témiscouata (et de là toute la vallée du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick) à Charlevoix et au Saguenay via le traversier qui va à Saint-Siméon. C’est à Rivière-du-loup que le réseau autoroutier de la Transcanadienne bifurque à travers le Témiscouata vers les provinces maritimes.

Des croisières permettent d’aller observer les baleines du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent au large. Profitez d’un point de départ unique sur la rive sud du Saint-Laurent pour découvrir le plus beau site d’observation des baleines et partez à la rencontre des figures emblématiques du Saint-Laurent : rorquals, bélugas, phoques, marsouins et oiseaux. Au fil de la croisière, vous serez émerveillés par la beauté du littoral parsemé d’îles et de phares ancestraux qui ont façonné l’histoire de la région.

Sur la rive, le parc de la Pointe, aux pieds de la pointe escarpée qui s’avance dans le fleuve, est un site naturel qui donne accès au Saint-Laurent.  La Pointe de Rivière-du-Loup constitue depuis longtemps un endroit fort prisé des nombreux touristes qui viennent dans la région, entre autres pour les bienfaits de l'air salin. Dimportants travaux d'aménagement ces dernières années ont redonné au site son charme d'antan.

Au coeur de la ville, la rue Lafontaine est le principal pôle de sorties. Cette artère commerciale ancienne concurrencée depuis des décennies par les grandes surfaces accueille maintenant bon nombre de restos, bars et cafés. À deux pas, le parc Blais est un lieu de rassemblement où se tiennent de nombreuses manifestations culturelles durant la saison estivale. En hiver, le parc se transforme en un anneau de glace au plus grand plaisir des patineurs.

À proximité, sur les berges de la Rivière du Loup qui traverse la ville et à laquelle elle doit son nom, le parc des Chutes et son secteur du Platin proposent l'interprétation du patrimoine hydroélectrique de la ville. Une chute d'une hauteur de 33 mètres constitue l'un des points d'attraction majeurs du site.

Des sentiers pédestres ainsi que des aires de repos et de pique-nique invitent à la détente et à la découverte. La  majeure partie du parc est vouée à la mise en valeur des écosystèmes et de la biodiversité en milieu urbain. Deux passerelles donnent accès aux deux rives de la rivière du Loup. L'une est située au bas de la chute, tandis que l'autre, qui se trouve au-dessus de celle-ci, vous donne l'occasion d'avoir une vue en plongée de la chute. Ce parc a été pendant longtemps un lieu de rencontre pour les hommes gais de la région.

D’un point de vue patrimonial, le  Vieux-Saint-Patrice à l’ouest de la rue Fraser, rappelle cette époque où la bourgeoisie anglo-canadienne avait fait de ce secteur en bord de mer ses quartiers d’été. En y installant ses quartiers d’été de 1871 à 1890, le premier ministre canadien John A. MacDonald y attira de nombreux membres de ses cabinets. Au XXe siècle, les hommes politiques Ernest Lapointe et Louis Saint-Laurent poursuivirent cette tradition.  Aujourd’hui, le quartier compte de dizaines de somptueuses villas entourées de superbes aménagements paysagers.

Un des bijoux du circuit patrimonial du Vieux-Rivière-du-Loup, c’est le domaine seigneurial Fraser, classé site historique qui comprend un manoir, ses dépendances et son terrain. Le manoir, a été construit en 1829.

Le village voisin de Notre-Dame-du-Portage à l’ouest de Rivière-du-loup constitue l’un des villages les mieux préservés de cette époque où la bourgeoisie des grandes villes séjournait l’été dans le Bas-Saint-Laurent. Le village compte un grand nombre de résidences centenaires qui furent autant de résidences d’été devant l’un des plus beaux paysages sur le Saint-Laurent. La petite plage de sable près du quai est très appréciée des gens de la région qui s’y baignent dans le Saint-Laurent.

Pour découvrir la vie insulaire de l’estuaire, découvrez le circuit patrimonial de la pittoresque Ile Verte.  À quelques km de Rivière-du-Loup, l’Ile Verte est une destination idéale pour décrocher du stress de la vie moderne. Dans cette ile dont la population ne dépasse pas 50 habitants, on nomme les maisons par leurs anciens occupants. Le circuit touristique, comprend trois attraits importants: l’École Michaud, le Musée du squelette et le site du Phare. Le Phare de l’île Verte est un des premiers phares du Canada et le tout premier à être érigé sur le St-Laurent. Construit entre 1806 et 1809, il hébergea plusieurs gardiens et ce, jusqu’en 1972. Il est aujourd’hui considéré comme monument national et comme destination de choix pour les visiteurs du Québec.

En visite aux Îles, c’est l’occasion unique de découvrir les spécialités de l’archipel. Depuis 1979, la Table des Roy à Cap-aux-meules est  le rendez-vous incontournable des amateurs de cuisine créative. Dans sa maison ancestrale revampée aux accents contemporains, la chef Johanne Vigneau continue de surprendre et charmer. Au gré de leur arrivage, la courte carte met en vedette les plus beaux des produits des iles, jouant le terre et mer souvent autour de recettes revisitées inspirées du patrimoine culinaire madelinot. Maquereau, flétan, morue, pétoncles Princesse, huîtres, ris de veau, jeune boeuf  ou fromages des iles ne sont qu'un aperçu des produits qui se retrouvent au menu. Et les desserts sont  tout simplement mémorables.

À Havre-Aubert, à l'entrée du site historique de la Grave, l'Auberge chez Denis à François vous invite au délice  dans le décor élégant de sa salle à manger. Au menu, des spécialités au goût du terroir : homard en coquille, pot en pot aux fruits de mer, paëlla aux fruits de mer, loup-marin aux petits oignons, tartare d’agneau, assiette du pêcheur. Le midi, les moules frites ou la  soupe au poisson sont populaires.

À Havre-aux-maisons, le resto-bar La Moulière au Domaine du Vieux-Couvent est une institution réputée avec sa  cuisine de type bistro offrant ce que les Îles produisent de meilleur. Avec sa vue imprenable  sur la Baie de Plaisance et l'Île d'Entrée dans sa toute nouvelle verrière, venez déguster ces produits régionaux tout en appréciant les magnifiques couchers de soleil que vous offre l'emplacement.

Au cœur de Cap-aux-Meules, Aux pas perdus, un resto coloré, branché et animé, sert une cuisine bistro goûteuse, inventive et sans prétention. Sur la carte variée et original,  une attention particulière est portée à l’utilisation des produits locaux. Que ce soit pour les crustacés ou encore le bœuf à burger, les pommes de terre, la laitue… tout ce qui peut être acheté localement sera servi ici. Depuis l’ouverture en juin 2000, Les Pas Perdus sont devenus un arrêt incontournable où il fait bon prendre un verre, simplement casser la croûte ou pour  un repas plus raffiné, profiter de la terrasse agréable avec foyer ou discuter entre amis dans une ambiance des plus sympathiques.

À Havre-aux-maisons, pour emporter ou déguster en bordure de la route en admirant la Petite Baie, les sœurs Arseneau vous attendent  à Pizza d'la Pointe, un resto convivial dans un décor rustique et coloré offrant un vaste choix de pizzas sur pâte fraîche et quelques accompagnements.  Sa spécialité est la  pizza du pêcheur qu’il faut déguster. Juste à côté, vous pourrez vous sucrer le bec chez Hélène des Iles. Hélène Arseneau vous y attend dans sa petite pâtisserie artisanale pleine d'amour et de sucrées de bonnes choses. Toutes les pâtisseries et viennoiseries sont faites ici sur place avec amour. Quel plaisir de goûter à la saveur des croissants ou des macarons faits maison!

Saguenay, la plus importante ville de tout l’Est du Québec, offre un large éventail de tables accueillantes.

À La Baie, elles se concentrent autour du Plateau Victoria, près du terminal de croisière. Une adresse branchée, le Bistro-café Summum allie bistronomie et culture et est très courue. Non loin de là, dans l’atmosphère chaleureuse d’une maison centenaire, le restaurant L'Opia propose une cuisine du moment qui combine fraîcheur et audace dans une ambiance accueillante et chaleureuse où les couleurs vives du décor et la musique se mélangent à la vue sur la baie. Sur la rue Bagot, le restaurant Orphée  propose une cuisine méditerranéenne dans une formule Apportez votre vin. Tout près du terminal de croisière et jouissant d’une merveilleuse vue sur la baie,  le resto-bar Le Pavillon Noir se spécialise en viandes fumées et grillades. Vous pouvez y prendre un verre et accompagner votre 5 à 7 de grignotines, nachos ou calmars frits.

Plusieurs auberges homosympas offrent aussi des services de restauration. Sur les rives du fjord  au coeur de La Baie, l’Auberge des 21 propose à son restaurant Le Doyen une fine cuisine régionale actualisée. Depuis 26 ans, cette auberge occupe une place de choix parmi les relais gourmands du Québec. Au gré des arrivages, elle privilégie les produits régionaux, notamment des aliments sauvages méconnus, dont quenouilles, pimbina, chicoutées, violettes sauvages et fleurs de mai pour créer une cuisine actualisée, qui s'inspire des traditions locales et des mets autochtones.

Les auberges nichées sur le bord du fjord offrent aussi  d’excellentes tables. Fière de son virage écologique, l’Auberge de la Rivière Saguenay propose une cuisine faisant largement appel à ses propres légumes et fruits, ainsi qu’à des produits équitables. L’Auberge des Battures mise de son côté sur une fine cuisine mettant à l’honneur les produits du terroir. D’inspiration française ponctuée par l’environnement québécois, sa table a été primée lors des grands prix du tourisme québécois. La salle à manger Les Outardes offre une vue panoramique sur le fjord.

Carleton-sur-Mer est depuis longtemps une destination touristique importante de par ses plages sur la baie, ses eaux baignables et ses établissements de thalassothérapie. Le barachois est le site d’un des plus beaux campings municipaux du Québec. À Carleton, le bistro du Naufrageur est le rendez-vous des amateurs de musique et de bière de cette micro-brasserie gaspésienne.

À une vingtaine de km de Carleton-sur-mer, au Parc national de Miguasha à Nouvelle, les poissons et les plantes fossiles racontent la vie, cette vie qui existait sur notre planète, il y a 380 millions d'années, à cette époque où les espèces ont effectué le passage de la mer à la terre. Véritable trésor du patrimoine naturel, le parc national de Miguasha émerveille les visiteurs à qui l'on raconte une histoire aussi fascinante que celle des dinosaures. Pour la qualité de conservation de ses fossiles et pour leur importance dans la compréhension d'une page de l'évolution, le parc est inscrit, depuis 1999, sur la prestigieuse Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Parmi  les adresses homosympas, mentionnons l’Auberge Wanta-Qo-Ti  qui signifie "Paix et sérénité"  à Escuminac, tout près du site de Miguasha. Ici tout invite à la détente: la vue sur la mer et la Baie des Chaleurs, la beauté des paysages, le jardin, la douceur et le son des vagues, le calme de la maison, les chambres colorées et joliment décorées. Sans oublier la gentillesse de l'hôte de la maison.

À Maria, tout près de Carleton-sur-mer, l’écrivain Sylvain Rivière vous reçoit à son gite poétique Lavandésie entre une mer de lavande et la Baie-des-Chaleurs. Ce gîte se veut un lieu d’accueil, de rencontre et d’échange, dans une ambiance tout conviviale avec ses trois chambres colorées. Vous pourrez déambuler dans les sentiers, traverser le champ de lavande pour en humer les effluves, en cueillir un brin ou tout simplement vous asseoir pour rêvasser ou vous étendre pour la sieste.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives